Prisa est-il un investisseur européen ?

 |   |  187  mots
Une loi de 1986 stipule que des actionnaires extra-communautaires ne peuvent détenir « directement ou indirectement plus de 20 % du capital » d'un éditeur de presse en France. C'est la raison pour laquelle le nouveau propriétaire de « France Soir », le russe Alexandre Pougatchev, a adopté la nationalité française. C'est la même raison qui s'opposait à ce que le suisse Ringier rachète « Le Monde ». Quant à Prisa, après fusion, son capital sera détenu à 57,1 % par les actionnaires du fonds américain Liberty Acquisition, et donc il pourrait ne plus être de nationalité européenne selon ces critères. Et, si son offre sur «le Monde» est acceptée, Prisa en détiendra 35 %, soit plus que les 20 % autorisés. Toutefois, c'est une société baptisée Newco, détenue à parts égales par Prisa et Claude Perdriel, qui rachètera 70 % du quotidien. « En conséquence, Prisa ne détiendra pas la majorité de Newco, et donc Newco ne sera pas une société extra-européenne », souligne un proche de Prisa. Les opposants à Prisa soulignent que le problème reste entier car la loi cite aussi les participations « indirectes ». J. H.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :