Le débat se recentre sur l'emploi des jeunes

 |   |  357  mots
C'est à Raymond Soubie, conseiller social sur le départ de Nicolas Sarkozy, qu'est revenu, dimanche, le soin de donner la feuille de route du prochain gouvernement, après le remaniement prévu en novembre. Mettre plus de justice dans la fiscalité et... favoriser l'emploi des jeunes seront donc les priorités pour la fin du quinquennat. Mardi, François Fillon en a remis une couche en déclarant aux députés UMP que, après la promulgation de la loi sur la réforme des retraites, le gouvernement « proposerait aux partenaires sociaux d'engager un dialogue sur l'emploi de jeunes et l'emploi des seniors ». Cette décision répond à la demande formulée lundi par François Chérèque, leader de la CFDT, d'une « négociation sur l'emploi des jeunes et des seniors ». Et aussitôt acceptée par la présidente du Medef, lors de l'émission « Mots croisés » lundi soir sur France 2.Cap donc sur les jeunes qui donnaient mardi encore de la voix contre la réforme des retraites et s'interrogent sur leur avenir. L'accent devrait notamment être mis sur la formation en alternance qui permet aujourd'hui de limiter quelque peu les effets de la crise sur les 15-24 ans, même si 23 % d'entre eux pointaient toujours au chômage au deuxième trimestre, selon l'Insee.Une nouvelle protection socialeLes seniors, via notamment le tutorat des jeunes, devraient également être concernés par cette négociation - eux, qui sont directement impactés par la réforme des retraites et qui sont sans cesse plus nombreux à venir grossir les rangs des demandeurs d'emploi (voir article page 4). Après l'épisode des retraites, une négociation sur ces sujets serait, pour Laurence Parisot, « une bonne façon de passer à autre chose ». Une formulation qui pourrait désigner le chantier de la dépendance des personnes âgées. Un sujet sur lequel les politiques de tous bords commencent à s'agiter. Mais il est vrai que le candidat Sarkozy à l'élection présidentielle avait promis la création d'une « cinquième branche de la protection sociale pour consacrer suffisamment de moyens à la perte d'autonomie ». I. M.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :