La fonction de conformité et contrôle davantage sollicitée

À la demande de l'Autorité des marchés financiers (AMF), des sociétés de gestion ont publié un rapport expliquant de quelle façon la fonction du RCCI (responsable de la conformité et du contrôle interne) a été affectée par la crise. 502 sociétés de gestion ont répondu (*).Première conclusion : la crise a finalement eu des effets limités et sans conséquence dommageable sur l'organisation et l'exercice de cette fonction, même si certaines sociétés de gestion ont connu quelques difficultés au début de la crise des subprimes. « La crise est arrivée de façon concomitante avec la directive MIF, rappelle Ephraïm Marquer, responsable de la conformité chez BNP Paribas AM. La plupart des sociétés de gestion avaient renforcé un certain nombre de points de contrôle, de conformité. »En situation de crise, l'information est l'élément central. Avoir à disposition des données fiables, exhaustives et pouvoir les traiter rapidement pour en extraire l'information synthétique et les indicateurs adéquats sont des éléments incontournables pour analyser et prendre des décisions.Validation a prioriPour Abdel Bencheikh, directeur des risques conformité et contrôles chez Natixis Asset Management, « la crise a influencé le fonctionnement même des métiers de conformité, de contrôles et des risques et leurs positionnements vis-à-vis des autres métiers de la sociét頻. D'où la seconde conclusion du rapport : les responsables de la conformité ont dû faire face à un surcroît de travail et de responsabilité. « Nous avons mis en place un comité hebdomadaire sur le suivi des questions de liquidité, de risques de contrepartie et de crédit, explique Ephraïm Marquer. Nous intervenons en amont pour donner notre avis sur différentes problématiques. » L'ampleur, la durée et la variété des crises qui se succèdent depuis trois ans ont renforcé la partie conseil et assistance de ces fonctions. Elles ont aussi instauré quasi systématiquement la validation a priori de tous les documents commerciaux et les propositions de gestion. « Les comités de validation des documents commerciaux sont devenus des lieux d'échanges pédagogiques avec les métiers sur les problématiques de communication et de transparence vis-à-vis des investisseurs », indique Abdel Bencheikh. T. S. (*) https://www.amf-france.org/documents/general/9487_1.pdf

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.