L'iPad séduit et inquiète les Japonais

 |  | 312 mots
Lecture 2 min.
Le Japon est sous le choc iPad. L'Apple Store de Ginza, le quartier des marques de Tokyo, a été pris d'assaut vendredi lors de la mise en vente de la tablette du groupe américain. Une file d'attente de 1.200 personnes avait commencé à se former la veille dès le petit matin. « Apple Japon devrait supprimer son budget publicité. Le buzz mondial est tel avant que ses objets arrivent au Japon qu'il n'a pas besoin de réclame », plaisante le représentant à Tokyo d'un grand groupe publicitaire européen.Ce succès n'allait pas de soi. L'iPhone avait été accueilli avec scepticisme par l'industrie et les médias lors de son arrivée en 2008. Tous pensaient que le pays, qui a développé son propre écosystème mobile et électronique, résisterait à cet objet dénué des multiples applications prisées par les Japonais. Aujourd'hui, avec 1,7 million d'unités écoulées, l'iPhone représente 72 % du marché japonais des smartphones. L'iPad est sans doute promis au même destin. Pour l'industrie nippone, la tablette est un camouflet de plus. Elle se voit prise en ciseau entre des génies du marketing et de l'assemblage type Apple, dont les produits donnent le « la » mondial aux consommateurs, et des groupes sud-coréens type Samsung (et demain chinois) ultracompétitifs, qui l'attaquent sur les coûts. L'an dernier, le bénéfice d'exploitation de Samsung Electronics a représenté plus du double de celui des 9 premiers groupes d'électronique japonais. L'Archipel peut encore se targuer d'une belle domination sur les composants « non substituables », qu'ils sont seuls à produire et qu'on retrouve notamment dans les produits Apple. Néanmoins, même cette domination-là est remise en cause. Selon les premiers « désosseurs » de l'iPad, la part japonaise des composants de ce dernier a beaucoup diminué par rapport à l'iPhone, au bénéfice des Sud-Coréens. Régis Arnaud, à Tokyo

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :