Santander ne remplira pas ses objectifs pour 2010

 |   |  363  mots
L'augmentation des provisions, de 472 millions, due à des changements de normes comptables par la Banque d'Espagne, explique ce changement de prévisions.

Santander a reconnu qu'elle ne respectera pas ses prévisions. La première banque d'Espagne avait prédit qu'elle ferait aussi bien en 2010 qu'en 2009. Les résultats du troisième trimestre présentés Jeudi ne le lui permettront pas. Certes la marge d'intérêts augmente de 12,4 % à 21,9 milliards d'euros, mais le bénéfice net perd quant à lui 9,8 % à 6,08 milliards d'euros sur les neuf premiers mois.

Sur le seul troisième trimestre, le bénéfice net du numéro un de la zone euro, en terme de capitalisation boursière, a chuté de 26,4 % à 1,63 milliard d'euros pour un produit net bancaire en hausse de 8,4 % à 7,4 milliards, cette fois conforme aux prévisions du consensus.

Santander impute cette baisse aux provisions dues à la nouvelle norme comptable de la banque d'Espagne. Cette réglementation impose aux entités financières de provisionner 100 % des créances douteuses un an après qu'elles ont été déclarées comme telles. Santander a donc dû provisionner pour 472 millions d'euros. Sans cela, le bénéfice de la banque n'aurait chuté que de 5,1 % précise la direction de la banque. « Grâce à cet effort additionnel, Santander est désormais dans une position très confortable pour affronter Bâle III », a assuré Alfredo Saenz, vice-président et conseiller délégué de Santander.

Le bénéfice net baisse de 20 % en Europe continentale alors qu'il augmente dans toutes les autres régions où la banque opère, et notamment au Brésil qui enregistre une hausse de son bénéfice de 30,8 %. Le groupe a d'ailleurs pour objectif de tirer 45 % de ses bénéfices en Amérique latine en 2010.

le titre malmené

Les créances douteuses en Espagne, malgré leur hausse de 9 points en un an, à 3,88 %, restent largement sous la moyenne du secteur, de 5,6 %. Santander améliore, par ailleurs, sa solvabilité avec un Tier One à 9,7 % contre 9,2 il y a un an, et un core capital à 8,5 % contre 7,7 % en septembre 2009. L'action était sous pression durant toute la journée de jeudi, ces annonces n'ayan pas rassuré les esprits des investisseurs. le titre est plutôt malmené depuis le début de l'année avec un recul de plus de 20 %. G. L.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :