La rentabilité des assureurs durablement sous pression

 |   |  426  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Pour Swiss Re, la faiblesse des taux d'intérêt va pousser le secteur à relever ses prix et à être plus sélectif dans les pays développés.

L'assurance a bien résisté à la crise, mais le secteur devrait pâtir durablement de l'environnement post-crise. Telle est en tout cas l'analyse délivrée mardi par Swiss Re, deuxième réassureur mondial, lors de sa conférence « Economic Forum 2010 ». Dès la fin 2009, la plupart des sociétés avaient redressé leur solvabilité au niveau d'avant crise. Mais la faiblesse des taux d'intérêts pèse sur la rentabilité de leurs placements, de plus en plus concentrés sur l'obligataire, ce qui, outre les risques liés à la crise des dettes souveraines, les place face à un dilemme. Elles peuvent en effet être tentées par des actifs plus rémunérateurs, au risque de se voir sanctionner par les agences de notation et les investisseurs, qui restent préoccupés par la nervosité des marchés. Sans compter que la directive Solvabilité II devrait pénaliser la détention d'actifs risqués. Dans ce contexte, la meilleure option pour améliorer la rentabilité est de resserrer la politique de souscription, c'est-à-dire d'augmenter les tarifs et d'être plus sélectif en matière de risques, note Swiss Re.

retour progressif

En assurance de dommages, la demande, très liée à la conjoncture économique, devrait reprendre de la vigueur à mesure que la reprise se confirme. Swiss Re prévoit donc un retour progressif à la normale dans les pays développés, avec des primes en croissance réelle de 1,7 % en 2011 puis de 3 % en 2012 (1,6 % puis 2% en France), contre 0,3 % en 2010 (0,8 % en France). Mais la dégradation persistante des résultats techniques, notamment en auto, devrait continuer à peser sur la rentabilité des assureurs l'an prochain, qui auront du mal à relever leurs tarifs, la crise ayant rendu les clients plus sensibles aux prix. Pendant ce temps, les sociétés implantées dans les pays émergents profiteront d'un marché en croissance réelle d'environ 8 % sur 2011-2012, voire, en Asie, 13 % en 2011 et 10 % en 2012.

En meilleure posture, l'assurance de personnes (vie et santé) a renoué avec la croissance cette année dans les pays industrialisés, et devrait poursuivre son rebond en 2011 et 2012, selon Swiss Re. La progression des portefeuilles, autour de 3 % hors inflation, y sera cependant beaucoup moins rapide que dans les marchés émergents, qui devraient retrouver leur rythme de croissance normal, autour de 10 %, après un pic cette année (voir illustration). Le réassureur suisse note par ailleurs que la baisse des taux a aidé les assureurs vie à restaurer leur solvabilité. Certains pourraient donc être forcés de renforcer leur bilan lorsque les taux remonteront.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :