Boursorama peine toujours à rentabiliser son modèle

 |   |  229  mots
Copyright Reuters
Le résultat chute en 2010 malgré la hausse des revenus.

L'année 2010 a été difficile pour Boursorama. La filiale de Société Généralecute; Générale a publié mardi une perte nette de 7,6 millions d'euros liée à une dépréciation de 29,8 millions sur sa filiale allemande OnVista acquise en 2007, comme elle en avait averti le marché la semaine dernière. Mais, même sans cette charge exceptionnelle, Boursorama afficherait des résultats en baisse de 10,2 % au dernier trimestre, et de 23,2 % sur l'année. Ce recul s'explique en partie par l'importance de ses investissements en marketing sur l'activité bancaire (28,4 millions), qui lui ont permis de doubler son rythme d'ouvertures de comptes courants sur l'année, à 60.700, avec à la clé des dépôts clients en hausse de 29 %, à 541 millions. C'est d'ailleurs la hausse des revenus de l'activité bancaire (+ 2 %), ainsi que les recettes publicitaires du site français (+ 14 %), qui ont permis au produit net bancaire du groupe de renouer avec la croissance (+ 2 %), après deux exercices dans le rouge.

Après avoir chuté en 2010 sous son niveau de 2008, « le résultat d'exploitation de Boursorama devrait renouer avec la croissance cette année grâce à un environnement plus porteur », indique son PDG Inès-Claire Mercereau. La combinaison de taux bas courts, d'une courbe des taux très plate et d'une chute des volumes échangés en Bourse ont en effet fortement pesé sur le modèle économique de Boursorama l'an dernier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :