Le résultat trimestriel de BNP Paribas est supérieur aux attentes du marché

 |   |  345  mots
Copyright Reuters
La banque française, qui a dégagé un bénéfice net en hausse de 14,6% au premier trimestre, a également confirmé son objectif d'un rendement des fonds propres de 15% à moyen terme. La banque déclare s'attendre a un impact "limité" de la restructuration de la dette souveraine grecque.

BNP Paribas a annoncé ce mercredi un résultat net en hausse de 14,6% au premier trimestre 2011, au-dessus des attentes, tant dans la banque de détail que dans la banque de financement et d'investissement. Cette performance a été possible grâce à un recul plus prononcé que prévu de ses provisions.

La deuxième banque de la zone euro par la capitalisation boursière, après Santander, a indiqué dans un communiqué avoir dégagé un bénéfice net de 2,616 milliards d'euros sur les trois premiers mois de l'année. Le consensus réalisé par la rédaction de l'agence Reuters faisait ressortir un résultat net de 2,24 milliards d'euros. Les revenus de la banque ont progressé de 1,3% sur le trimestre tandis que ses provisions pour mauvaises créances reculent de plus de 30%.

BNP Paribas s'attend a un impact "limité" de la restructuration de la dette souveraine grecque

BNP Paribas s'attend pour cette année à une baisse significative de ses provisions et table sur un niveau d'activité soutenu pour les prochains trimestres, a déclaré à l'agence Reuters son directeur général Baudouin Prot.

"Je m'attends à un niveau d'activité soutenu pour les prochains trimestres", a dit Baudouin Prot lors d'une interview. "Nous pensons vraiment qu'en 2011, le coût du risque au niveau du groupe sera significativement plus bas qu'en 2010."

"Le premier trimestre n'est pas une prévision pour l'année mais je pense qu'il est légitime de garder notre objectif de 15%", a-t-il ajouté à propos des prévisions de rendement des fonds propres de la banque.

Interrogé sur la croissance externe, la banque explique ne pas être dans une logique d'acquisitions. "Nous ne sommes pas dans une logique d'acquisitions. (...) Nous sommes très engagés dans la croissance organique", explique Baudouin Prot.

Le directeur général de BNP Paribas estime par ailleurs qu'une restructuration de la dette souveraine grecque, redoutée par les marchés, aurait un impact "limité" sur la banque. Il chiffre à 6,7 milliards d'euros l'exposition totale de BNP Paribas aux dettes souveraines de la Grèce, du Portugal et de l'Irlande.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :