Scandale AIG : la valeur des contrats

 |   |  338  mots
Par Sophie Gherardi, directrice adjointe de la rédaction de La Tribune.

Le ton monte aux Etats-Unis autour de ce qu'il faut bien appeler le scandale AIG. Le géant de l'assurance, qui a eu le malheur de couvrir les risques de défaut sur des crédits à risque, a dû être sauvé de la faillite par le Trésor en trois énormes apports totalisant 180 milliards de dollars.

A la fin de la semaine dernière, l'opinion américaine a découvert que ces sommes hallucinantes servaient pour moitié à indemniser des banques - dont Société Générale pour 12 milliards de dollars. Pire encore, même si les montants en jeu sont moindres, les dirigeants d'AIG se sont vu octroyer 165 millions de dollars de bonus au milieu de la débâcle.

Le président Barack Obama, malgré sa placidité légendaire, a dit "s'en étrangler de colère". Il a demandé au secrétaire au Trésor, Tim Geithner, d'explorer tous les moyens légaux pour récupérer cet argent. Le procureur général de l'Etat de New York, Andrew Cuomo, a déclaré hier que la justice se saisissait de l'affaire. Et un sénateur républicain de l'Iowa, Charles Grassley, a suggéré que les responsables d'AIG s'excusent à la japonaise avant, soit de se démettre, soit de se suicider?!

Edward Liddy, le PDG d'AIG, doit être entendu aujourd'hui à la Chambre des représentants. Peu de chances qu'il s'y fasse hara-kiri. Sa défense sera simple?: si son entreprise a payé, c'est parce qu'elle y est engagée par contrat. Or, en droit anglo-saxon des affaires, le contrat prime toute autre considération. L'intérêt général, la force majeure, les circonstances exceptionnelles, toutes ces notions ne pèsent rien.

Pour invalider les contrats - sauf vice de forme toujours possible - il faudrait qu'AIG soit déclaré en faillite, ou nationalisé à 100% (et encore). Ou que le Congrès américain vote une loi. Non pour interdire ces versements, car la loi n'est pas rétroactive. Mais pour les taxer, par exemple, à 99%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
On oublie de dire que les "contrats" des petits futés d'AIG étaient pour le moins étranges... Le contrat établissait une salaire, pour 2009, de... 1 $! Puis le même contrat établissait, en échange, l'obligation de verser les bonus pour l'année 2008. Et, enfin, le contrat obligeait les bonus 2008 à être identiques à ceux de... 2007! Et ce, quelle qu'ait été la performance en 2008. Pas besoin de faire un dessin. Peut-on faire n'importe quoi en matière de contrats? Autre question: si les contrats ne peuvent être attaqués, ceux qui les ont établis, par contre...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je suis sidéré que l'on parle autant de ces bonus. Certes, ils sont scandaleux, mais c'est une goutte d'eau ! Il s'agit de centaines de milliards de dollars de pertes, pas de 160 millions.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ce ne sont pas ceux qui recoivent les bonus qu'il faut incendier, mais ceux qui ont signe et contre signe le contrat au nom de l'entreprise en leur octroyant ce type de compensation.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
cela montre que nos banquiers n'ont toujours pas tout dit . Imaginons qu'AIG par sa dette colossale serait "tombé" qu'aurait nos banquiers. La transparene n'est toujours pas d'actualité malgré les prommesseS cela montre une nouvelle l'opacité du secteur financier et donc vers une impossibilité de la moralisation du système et une sortie réeelle de cette crise.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
"en droit anglo-saxon des affaires, le contrat prime toute autre considération. L'intérêt général, la force majeure, les circonstances exceptionnelles, toutes ces notions ne pèsent rien.". C'est bien là le problème, le droit coutumier : Il n'existe pas de Code ni de lois pour encadrer les accords contractuels aux Etats Unis, seuls les juges peuvent arbitrer en cas de contestation, et on ne voit pas ce qu'Obama peut faire, hormis le chantage. Les mêmes causes entraînant les mêmes effets, on ne voit pas comment faire cesser l'abus dans les rémunérations, puisque ceux qui décident sont les mêmes que ceux qui touchent (Membres du Conseil d'Administration + Dirigeants).
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les bonus sont par définition des éléments de part variable soumis à conditions de performance individuels et collectifs. J'ai du mal à croire que "contractuellement" AIG ait été obligé de verser ces bonus dans la mesure où la performance collective a été aussi déplorable.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :