Dollar glissant

 |   |  327  mots
Par Muriel Motte, rédactrice en chef à La Tribune.

Le grand balancier monétaire s'est remis en branle. En deux mois le dollar a perdu 10% de sa valeur face à un panier de grandes monnaies. Il fallait débourser 1,25 dollar pour obtenir 1 euro début mars, il en faut 1,40 aujourd'hui et il en faudra probablement 1,45 sous peu annoncent les stratèges de banque. Comme toujours, on peut voir le verre à moitié plein. Le dollar recule parce que le pire de la crise économique et financière est passé. Depuis quelques semaines, les marchés d'actions et de matières premières sont portés par ce fol espoir, étayé par quelques statistiques.

En Europe, l'indice qui synthétise l'activité dans l'industrie et les services est à son plus haut niveau depuis huit mois. Aux Etats-Unis, le moral du consommateur s'améliore, et la Chine voit les premiers fruits de son plan de relance à 460 milliards d'euros. L'hiver économique fait place à un timide printemps. Exit le dollar comme couverture en période de grands froids. Le billet vert fait les frais du réveil de l'appétit pour le risque.

Mais on peut aussi voir le verre à moitié vide. Le roi dollar vacille car si la crise semble jugulée, il faut maintenant en payer l'addition. L'Amérique a besoin d'argent, de beaucoup d'argent - plus de 3.000 milliards cette année selon la banque Goldman Sachs - pour combler son déficit budgétaire et financer son plan de soutien aux banques. On craint la mauvaise humeur de la Chine, premier créancier étranger qui promet d'être plus regardant à l'avenir, et le couperet des agences de notation qui pourraient confisquer aux Etats-Unis leur "AAA", synonyme de bas coûts de financement. Enfin, les marchés redoutent que la politique activiste menée par la banque centrale américaine pour éviter la déflation ne dégénère en? anticipations d'inflation. Le débat agite les membres de la Fed elle-même. L'été s'annonce chaud sur les monnaies.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je vous parie un dollar que dans 6 mois, 1 euro= 2 dollars
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bruxelles le 26 mai 2009
Vous citez le chiffre de 3 trillions de dollars dont auraient besoin les Etats Unis pour financer leur déficit budgétaire d'ici la fin de l'année. Selon les chiffres officiiels du gouvernement U.S. le déficit atteindra cette année 1,8 trillion de dollars ( les 2000 milliards n'étant pas à exclure). Mais ceci ne comprend pas l'endettement des fonds de pension du gouvernement ni les trous de la sécurité sociale et/ou système de santé. En incluant en toute logique, l'ensemble de ces déficits, on ne serait pas loin des 5000 milliards de $ pour la fin de cette année. Je me demande où ils vont les trouver car la confiance à l'endroit du dollar-étalon international devient précaire. Je ne pense pas qu'une agence de quotation américaine oserait revoir l'attribution des AAA pour les Bons du trésor mais alors que reste-t-il comme solution. Imprimer de l'argent, ce qui signifie que nous allons bon train vers une inflation généralisée car il ne s'agit que de richesses factices. Attendons de voir la suite de "leurs" guerres en Irak, en Afghanistan si pas au Pakistan et des budgets militaires devenus incontrôlables. Quant au rapport Euro, Dollar mais aussi la position du Renminbi, toutes les suppositions sont valables.
Maximilien
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La Chine a déjà décidé que les bons du trésor américain ne sont plus AAA,et elle commerce avec le Brésil en troc sans passer par le Dollar... d'ici à ce que les américains fassent aux chinois le coup de l'emprunt russe...!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :