La taxe carbone, l'impôt bobo

 |   |  431  mots
Par François Lenglet, rédacteur en chef à La Tribune.

Ségolène Royal et son intuition politique ont encore fait mouche, prenant pour cible la future taxe carbone que prépare le gouvernement pour le budget 2010. Impôt "injuste" selon la dirigeante socialiste, cette nouvelle contribution va "assommer" les ménages qui n'ont pas le "libre choix de rouler propre". Les ménages ruraux en particulier, qui se trouvent bien souvent contraints d'aller travailler en voiture, faute de transport en commun. C'est le paradoxe de la vie moderne : le rat des champs pollue davantage que le rat des villes, au moins lorsqu'il se déplace. Achetant davantage d'essence, le rural paiera donc plus de taxe que le citadin?

D'où l'engouement des bobos parisiens pour ce nouvel impôt sorti du cerveau fécond de notre expert en créativité fiscale, Michel Rocard : ils sont pour, puisqu'ils roulent à vélo ou en métro. La taxe carbone a cela de bon qu'elle donne aux citadins une bonne conscience à faible prix. En revanche, pour les provinciaux et les habitants de la grande banlieue, la paix intérieure sera plus dispendieuse.

Le gouvernement projette de corriger cette inégalité avec un mécanisme de redistribution qui pourrait être le "chèque vert". Ici, il faut s'arrêter un instant, car le mystère de la taxe carbone devient aussi épais que la chevelure de son deuxième père spirituel, Jean-Louis Borloo. Le chèque vert est une allocation versée aux ménages, dont le montant varierait en fonction des ressources, du nombre d'enfants, du lieu de résidence, etc. Et peut?être aussi de la couleur des yeux du chef de famille.

Où trouvera-t-on l'argent de cette nouvelle allocation ? Il sera fourni par le produit de la taxe carbone elle-même. Les ménages "vertueux" feraient ainsi une plus-value - ils recevraient davantage qu'ils ne paieraient en taxe - tandis que les "vicieux", gros émetteurs de carbone et autres propriétaires de 4×4, y seraient de leur poche. Brillant échafaudage intellectuel, ce dispositif est à peu près incompréhensible : comme tous les enfants, il ressemble à ses deux parents.

Au plan politique, la taxe carbone est donc devenue une machine à prendre des coups. D'autant qu'elle intervient après une litanie de nouveaux prélèvements. Et alors qu'Eric Woerth, ministre du Budget, pourchasse les exilés fiscaux au-delà des frontières, avec des déclarations menaçantes. Insensiblement, le visage du gouvernement est en train de changer en matière d'impôt. Arrivé il y a deux ans pour libérer la croissance, le voici qui ne pense plus qu'à remplir les caisses.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Très bonne analyse, véritablement !

Totalement vraie !

Une grande perspicacité Monsieur !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
parce qu'il n'en existe q'une quantité finie, qu'on le veuille ou non, le prix du pétrole va croître :
ou on laisse faire et les "ruraux"finiront par payer mais ne bénéficieront d'aucune compensation
ou on accompagne la hausse au moyen d'une taxe qui incite à changer les comportements et qui donne les moyens d'amortir le coûts pour les foyers les plus exposé

c'est plus simple à comprendre comme ça ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@mperrig : dans un autre pays comme les USA ou la Chine, oui la taxe carbone aurait une influence mais en France, on paie déjà plus de 70% de taxes sur le pétrole et nous payons déjà notre essence plus chère que la Suède pays qui pourtant a une taxe carbone ! Arrêtons !
Il faut arrêter de taxer pour taxer, ça n'a jamais rien changé. Ce qui marche c'est les bonus et les primes. C'est de mettre de nouvelles normes écologiques pour les logements neufs, c'est de construire des parkings sous terrains partout pour que les gens puissent y laisser leur voiture et prendre les transports en commun, c'est construire des transports en commun de partout, remettre en route des lignes supprimées, c'est augmenter la garantie de certains appareils pour éviter le gaspi et donc la production de CO2 pour rien, c'est taxer les produits importés qui émettent plus de CO2 que le local etc.
Bref, faire de l'écologie, c'est tout sauf la taxe carbone qui est une idée stupide et qui ne fera que délocaliser le CO2 !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
En résumé, encore une décision hâtive et ... imbécile. Qui va au final ne satisfaire personne.
Quant aux ruraux (j'en suis), en fonction des régions où l'on habite (en montagne, enneigé au minimum 3 mois par an...) n'en déplaise aux écolos intégristes, mais je possède un 4x4 (et même deux avec celui de mon épouse!), mais on préfère polluer (un peu!) et payer un peu plus cher (on assume), pour avoir la garantie de pouvoir se rendre à notre boulot (vous en connaissez, vous, des patrons qui accepteraient 3 mois d'absence consécutive pour cause d'enneigement?).

Alors cette taxe carbone, c'est soit transformer à terme nos campagnes en déserts, soit accepter que nos belles régions ne soient plus peuplés que de gens (très) aisés venu se "mettre au vert".

Une bonne solution, ce serait de nous autoriser à rouler avec autre chose que du gazole ou de l'essence... et là, vous pouvez faire confiance à la débrouillardise française, nous aurions des solutions pour moins polluer!

Ha, j'oubliais un peu vite... cela ferait n manque à gagner pour notre (cher!) gouvernement!

Sans même parler du projet "SAMASH"...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Cet impôt existe depuis 1991 en Finlande. Redoutable actualité! Ce qui paraît le plus sérieux, c'est de refonder la fiscalité en créant une fiscalité écologique, qui taxe également les habitants des villes, très gros consommateurs collectifs, et beaucoup plus que les ruraux et les banlieusards.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Cet article détaille les choses !C'est bien
Ségolène a eu raison de s'opposer à cette taxe nouvelle !
L'impôt sur le revenu voilà l'impôt à) augmenter pour lutter contre endetttement et investir dans les énergiies peu pulluantes !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Cette taxe inventée par un cénacle de Bobos parisiens, gauchos verdissants,
est inventée par un "spécialiste" de la taxation tout azimuth, mal remis d'un AVC qui à laissé des traces, est une idée stupide et aura un résultat
desastreux sur notre économie déjà mal en point. Inflation des coûts par les taxes, répzrcution sur les prix de vente, donc diminution du P.A. Enfin c'est dommage que seule Ségo-Royale ait le flair politique de la critiquer
ouvertement. Un plus non négligeable pour elle.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
je suis sans doute ce que vous appellez un bobo, suis je pour autant gauchiste, verdisants ?

on a rien a voir avec tout ça, alors foutez nous la paix, merci
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Faire de la politique c'est aussi raisonner sur le long terme. Deux questions doivent toujours rester à l'esprit:
- Y-a-t-il ou non un réchauffement climatique?
- Les réserves d'hydrocarbures sont-elles ou non illimitées?
Si l'on répond oui à ces deux questions, il convient de préparer l'avenir et d'abord en adaptant la fiscalité à ces enjeux.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Incontestablement c'est une idée " géniale " de nantis et de bobos qui ressemble comme 2 gouttes de pétrole à une imposture. L'hiver dernier on donnait à certains une prime au remplissage des cuves à fuel. C'est un coup de poignards aux ruraux et aux amoureux de la campagne y compris les classes moyenne qui y ont une résidence secondaire souvent d'origine familiale qui seront surtaxées pour y aller et pour se chauffer. Alors y ils iront beaucoup moins souvent voire plus du tout, les anciens n'iront plus retrouver leur région pour leur retraite et c'est l'économie locale qui déjà bien mal en point sera complètement asphyxiée. Et puis surtout pour les autochtones qui peut se permettre d'investir des sommes colossales pour changer un système de chauffage parfois récent et incomplètement payé ou pour acheter une voiture sobre et propre qui n'existe pas, quoique ......
A ce propos, un quotidien national populaire très connu a publié récemment un article sur une PME de Vulaines-sur-Seine dans le 77 qui a mis au point un kit valant 950 ? adaptable aux moteurs essence et diesel permettant d'abaisser la consommation de 15 à 45% et déjà installé par 40 garagistes en France . D'après le journal, l'entreprise a contacté le ministère chargé de l'écologie et la région IDF mais n'a eu aucune réponse. Voilà de la vraie écologie messieurs les " Verts " et autres taxeurs.
Mais bien sûr c'est tellement plus malin de taxer la pollution pour la faire baisser un tout petit peu que de la faire beaucoup baisser en faisant faire des économies substancielles aux citoyens.
Un petit rappel aussi : les cours du gaz ont baissé de 50 %, l'avez-vous vu ? svp, réfléchissez un peu à tout çà.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il ne faudrait pas bouter Langlet (l'excellent) hors de France: ses analyses sont trop pertinentes. Bravo!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
je m en souviendrai aux moments des regionales!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Mr F.Lenglet parle juste ! Probablement sous l'influence des commentaires très souvent jsutifiés et acerbes des Internautes de la Tribune...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Une nouvelle taxe...a QUI profitera cette manne !!!!! une nouvelle action cottée en bourse...ET RIEN D'AUTRE !!!!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
J'ai déjà dit que cette taxe était un piège à cons et je m'explique.A partir de bons sentiments initiés par des écolos pas très réalistes ,SARKOZY met en place une usine à gaz pour "pomper"un peu de fric et pas du tout pour initier une politique de reconversion de notre économie dans une optique franchement verte.La "mère" DUFLOT ,comme le corbeau de la fable ,jure que l'on ne l'y prendra plus .Trop tard.Heureusement,les français sont très majoritairement contre cette taxe .Ils sont moins naïfs eux.J'aimerai bien que cela se traduise par un coup de pied aux fesses à la majorité lors des régionales:faut être logique tout de même....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je crois que tout ceci manque d'explications, le problème est immense:

Première hypothèse: L'énergie fossile va en se raréfiant, et son prix va augmenter en moyenne mais subir de très fortes variations laissant croire à l?incertitude de l?issue. Egalement, l'utilisation du charbon de façon intensive serait un suicide collectif s'il on s'en tient aux recommandations du GIEC. Si vous n'êtes pas d'accord avec cette hypothèse : allez-vous renseigner (IFP, AIE, EDF, SHELL, Exxon Mobil, Total, ASPO,?).

Seconde hypothèse: Pour le citoyen lambda, réduire l'utilisation des énergies fossiles en grande partie passera par au moins trois actions: isoler les logements, réduire ces déplacements (carbonés bien sûr!), manger moins de viandes. (C?est succinct mais ça donne une assez bonne image). Autrement dit ce n'est pas la LUNE, mais il faudra s'adapter et ça passe surtout par un changement de comportement.

Première exemple: On ne veut pas de taxe carbone
Vais-je investir dans l'isolation? Probablement non, ou peu, parce que si je calcule combien me coûte ces travaux, comparé au prix actuel des énergies, c'est pas du tout rentable, ou bien dans 20 ans. D?ailleurs, plus l?énergie augmente, plus le coût de l?isolation sera important et le déménagement difficile.

Second exemple: La taxe redistribuée
Vais-je investir dans l'isolation? Probablement oui, car si je calcule le coût des travaux sur le prix des énergies actuel et futur (car avec la taxe on connait l?augmentation minimal par an) la rentabilité de mon investissement sera atteint plus rapidement. En plus, en cas de revente du bien amélioré, le futur client y verra un avantage certain (c?est un INVESTISSEMENT). D?où l?intérêt que cette taxe soit suffisamment élevée pour être incitative mais pas trop haut pour éviter de tuer le pouvoir d?achat nécessaire pour investir. Tout ceci vaut également pour les entreprises.

Conclusion :
Abandonner la taxe pour avoir le « libre choix de rouler propre » est simplement un non sens; on n?a pas le choix, il faut abandonner les comportements non durables petit à petit, (désolé pour les rats des champs qui n?ont rien faire dans les champs). Le rural qui ne travaille pas dans la zone rural en question et qui consomme plus d?énergie fossile que la moyenne sera tôt ou tard face à des choix dramatiques. Et plus on tarde à prendre conscience des comportements non durables face à la crise énergétique de demain, pire sera la chute. Que vaudra une belle maison au milieu de rien, avec peu de terre à $300 le baril ? Croire que la voiture électrique sera la panacée, c?est à peu près comme croire que le Titanic ne coulera jamais, en effet, les énergies fossiles représentent 70% de l?énergie primaire consommée en l?an 2000 en France et ceci n?a guère évoluée en 10 ans (source Observatoire de l?énergie). Ne soyons pas puérils devant le danger, il faudra changer de comportement et la taxe nous montrera le chemin. (Les produits et les services les moins chers seront les plus écolos, aux fraudes près) Evidemment une redistribution par chèque et/ou par équipements (transport en commun, chauffage collectif, développement du bio, géothermie?) sera tout aussi nécessaire. En plus cerise sur la gâteau, dépenser moins d?énergie pour faire les choses, demande la plus part du temps plus d'humain. Peut-être que ceci nous permettra d?enrayer le chômage aussi.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je ne suis complètement d?accord avec les derniers postes Il est indispensable pour changer les mentalité qu?il y est une pression financière. Le citoyen comprend surtout quand sa touche son portefeuille, vu l?urgence. Dans une brève du figaro ce dernier article : « 20h10 Inquiétante fonte des glaces arctiques » Le fait qu?il y est un débat, même si cette taxe est imprafaite, permet de ne pas rester indifférent.


Je pense que cette contribution climat énergie est une bonne chose au départ, mais qu?elle est trop limité actuellement.
L?idée du principe pollueurs payer avec le bonus malus ou même pour les propriétaires de chiens en ville (les villes sont devenues plus propres) ainsi l?idée d?une redistribution aux ménages des recettes de la taxe vers les ménages les plus pauvres sont un début. Selon résidence (cf. INC Hebdo n° 1529) « . Les préoccupations des associations sur la taille des familles et sur leur lieu de) ont été entendues : l?Elysée souhaite que chaque adulte reçoive «46 euros s?il vit dans une zone desservie par des transports en commun, 61 euros s?il vit ailleurs». Chaque enfant donnera droit à 10 euros supplémentaires »
En quoi taxer le sans gène des citoyens est mal, si l?on a rien a se reprocher. Vivre en communauté, c?est d?accepter de vivre en harmonie et de respecter son prochain et son environnement.

La ou le bas blesse et je le redis : c?est sur son prix, même si elle sera évolutive, Toute les sources d?énergies ne seront pas taxer de la même façon (certaine exempté) selon .INC Hebdo n° 1529 : Privilèges du chauffage électrique : « La «taxe carbone» ne sera pas prélevée sur les factures d?électricité parce que, selon l?Elysée, cette énergie «émet très peu de CO2 en France, grâce au nucléaire et au développement des énergies renouvelables». C?est pourtant faux lors des périodes de forte consommation, notamment l?hiver : l?électricité est produite en partie dans des centrales thermiques au charbon, au fioul ou au gaz, fortement émettrices de CO2 »

Et sur les réglage pour indemniser au cas par cas, mais cela peut être discuter : toujours selon « Les situations de famille et les modes de vie sont tellement divers que des estimations précises sont difficiles à établir. De nombreux économistes s?accordent à dire que les familles les plus pauvres vivant en zone urbaine pourraient gagner quelques dizaines d?euros par an. En effet, le montant de leur crédit d?impôt devrait être plus élevé que le surcroît de dépenses dû à la taxe. Toutefois, les dépenses supplémentaires se feront sentir au jour le jour? Le «chèque vert» sera alors attendu avec impatience. A l?inverse, les ménages des zones rurales, très dépendants de la voiture, et ceux qui se chauffent exclusivement au fioul devraient payer plus qu?ils ne recevront. »

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :