Dominos arabes

 |   |  352  mots
DR
DR
Par François Lenglet, directeur de la rédaction de La Tribune.

La fameuse théorie des dominos, inventée en Asie lors de la prise de pouvoir par les communistes, magistralement illustrée par la révolution de 1989 en Europe de l'Est, se met une nouvelle fois en oeuvre sous nos yeux : Tunis, Le Caire... Demain Alger ou Amman ? L'onde se déploie sur le monde arabe, faisant fi des frontières et des chars. Comme si le désir de liberté était contagieux, comme s'il était aiguillonné par une sorte de mimétisme à l'échelle, non pas seulement d'un pays, mais d'un continent.

Cette accélération de l'histoire nous révèle l'autre face de la convergence mondiale. Dans les dernières années, le rattrapage des émergents s'est effectué d'abord au plan économique, offrant de nouveaux marchés et déchaînant une concurrence mondiale aiguë qui a souvent effrayé un Occident d'autant plus inquiet qu'il traîne une lourde dette. Voici que la convergence politique marque une nouvelle étape, avec cette brèche ouverte dans le camp de la dictature.

C'est heureux d'abord pour les peuples qui ont eu le courage de soulever la chape de plomb, mais aussi pour nous. Cette révolution du Jasmin, quelle qu'en soit l'issue, offre une perspective nouvelle sur la confrontation entre les régimes autoritaires et les démocraties, entre le capitalisme d'Etat et celui du marché. Un tête-à-tête qui détermine l'histoire depuis deux siècles et s'incarne aujourd'hui dans la rivalité entre les Etats-Unis et la Chine. Oui, les dictatures peuvent sembler plus efficaces. Et pour cause. Un autocrate décide seul, en fonction des seuls intérêts de son clan. Oui, la démocratie peut sembler paralysée par la faiblesse de la classe politique, la versatilité des électeurs, l'obsession mortifère de la transparence. Et pour cause. Elle respecte l'individu jusqu'à l'excès, et lui donne toujours le choix.

La démocratie a donc des défauts, qui sont comme le prix de la liberté. Mais elle a aussi un avantage comparatif que les dirigeants arabes découvrent, à leur détriment : elle fait envie. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/02/2011 à 19:17 :
Les pays arabes oui, mais ce ne sont pas des concurrents. Les chinois, c'est pour quand? Ils ont su régler leur moteur économique, tout comme les allemands qui ont l'immense mérite de l'avoir fait démocratiquement!
Aux 2 bouts de la chaîne politique, il y a un même moteur qui marche, pragmatique. Cela veut peut-être dire que la réalité existe, malgré les systèmes politiques, et qu'il faut en tenir compte. Tout le monde n'a pas la même place dans le moteur, mais on ne peut pas compter sur "la main invisible et parfois aveugle du marché politique" pour en effectuer le réglage, car on a beau croire en la providence, ça ne marche pas... Ce n'est pas la démocratie qui a fait le XVIIIe siècle français, ni la révolution industrielle anglaise... ni la dictature, d'ailleurs, pas plus qu'une expérience de physique ne réussit seulement parce que la théorie est bonne, elle réussit avec les ingrédients de la réalité, bien combinés, et ce, malgré les différentes théories qui se battent autour d'elle pour l?interpréter.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :