BMW i3s : la voiture électrique chic, mais chère

 |   |  639  mots
Avec son autonomie doublée, l'i3 sort de sa condition de voiture exclusivement urbaine et autorise désormais des trajets à échelle régionale.
Avec son autonomie doublée, l'i3 sort de sa condition de voiture exclusivement urbaine et autorise désormais des trajets à échelle régionale. (Crédits : BMW)
La marque premium allemande double l'autonomie de sa voiture électrique et lui ajoute une version sport, et même un petit réservoir essence pour rassurer. L'i3 détonne toujours avec son élégance et sa ligne aussi moderne que futuriste. Elle reste toutefois très chère...

Elle a été parmi les premières voitures électriques de série du marché. L'i3 de BMW version 2017 est revenue plus musclée que jamais. Elle a ainsi doublé son autonomie pour désormais atteindre 300 km en normes NEDC. BMW en a profité pour diversifier sa gamme avec une version sportive et une option qui permet d'être équipé d'un petit réservoir essence de quelques litres (90 km environ).

Sort de son usage exclusivement urbain

Cela change évidemment tout puisque le nouvel i3 ouvre de plus grands horizons d'usage. Dans le cadre de notre essai, nous nous sommes aventurés dans les confins de l'Essonne en utilisant l'A10 qui permet de rouler, en partie, à 130 km/h. Évidemment, votre batterie sera utilisée plus vite qu'en usage urbain à distance égale, mais cela ne vous empêchera pas de sillonner la région et sortir la voiture électrique d'un usage exclusivement urbain.

Quant au mode sport, il 's'avère très énergivore... Et franchement, il n'en vaut pas vraiment le coup en termes de sensations sportives. Autant rester sur le mode Eco comfort, il permet une excellente autonomie en ville qui peut aller au-delà des distances parcourues grâce aux recharges produites grâce aux ralentissements et aux roulages en côte descendante par exemple.

Mais l'i3 n'a rien perdu de son confort de conduite, au-delà des avantages inhérents à la propulsion électrique (réactivité, souplesse...), l'i3 prolonge l'expérience à l'intérieur de la voiture. La connectivité est plutôt réussie avec la synchronisation smartphone sans passer par CarPlay ou Android Auto. Le tableau de bord, lui, arbore dans un design léché, les principaux indicateurs de conduite notamment le déplacement du curseur entre la charge et la consommation électrique.

Mais quelques fonctionnalités font quelques caprices... Ainsi, nous avons voulu passer à une propulsion thermique alors qu'il ne restait plus qu'une autonomie d'une poignée de kilomètre, le système nous a répondu que la commande n'était pas disponible. L'assistant de conduite n'est disponible qu'à basse vitesse (sous les 60 km/h) et est seulement destiné à la gestion des embouteillages. Enfin, l'i3 ne dispose pas de limiteur de vitesse ; malgré la présence d'un régulateur adaptatif. Dommage.

Un design futuriste et élégant à la fois

Au-delà, BMW offre une voiture plutôt sympathique sur son design! L'électrique est un prétexte pour la marque allemande premium pour sortir des canons de sa gamme historique, plutôt classique. Ici, tout sort de l'ordinaire. La silhouette de la voiture ne fait penser à aucun autre segment connu: ce n'est ni une berline classique, ni un SUV, ni un monospace... Pourtant, les proportions sont très équilibrées et harmonieuses. Si on ajoute la robe bi-ton, l'i3 se pare d'un style aussi élégant que moderne, voire même futuriste. Les portières qui s'ouvrent en sens opposé accentue l'originalité de la voiture, mais permet d'élargir l'espace pour pénétrer à l'arrière de la voiture qui aurait été beaucoup plus étroite dans une configuration classique. Astucieux !

Une tarification élevée

En termes de tarifs... C'est beaucoup plus compliqué... La version de base démarre à 32.400 euros (après bonus écologique). Le modèle que nous avons essayé équipé du réservoir essence et bénéficiant de la technologie sportive, revient à 43.150 euros. Il reste la solution Location longue durée (LLD), qui vous permet de rouler en i3 (version de base) pour 400 euros par mois (sans apport).

Avec l'i3, votre arbitrage prendra en compte votre budget, mais également votre sensibilité aux questions environnementales. Vos affinités avec l'univers BMW qui reproduit ici parfaitement ses valeurs tournées vers la distinction et l'élégance pèseront également sur la balance, pour nuancer une grille tarifaire très au-dessus de ce que la concurrence (encore peu fournie) peut proposer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/04/2018 à 10:58 :
Chic où ça svp ? Ha ça va que sur les gouts et les couleurs on ne puisse trop rien dire hein...
a écrit le 28/04/2018 à 22:31 :
Le journaliste semble découvrir la bmw i3. Cela fait déjà 4 ans qu’elle a le prolongateur d’autonomie et deux ans la nouvelle batterie ! En plus, elle ne fonctionne pas en thermique pur c’est le moteur qui recharge la batterie qui actionne le moteur électrique. Bref, comment dire des tas de bêtises en un seul article. Il est vrai que l’électrique pour un journaliste auto c’est comme le tgv pour une vache cela va trop vite
Réponse de le 30/04/2018 à 17:04 :
Et quand la batterie est vide, le lourdaud thermique doit ravitailler 300 kgs de batterie, c' est à dire le poids de 4 personnes ?

Où se trouve l' économie, certes pas dans le prix ?
a écrit le 28/04/2018 à 17:23 :
une "cote descendante " ça s'appelle tout simlplement une descente !
Réponse de le 30/04/2018 à 11:10 :
Ca sent le publireportage en allemand mal traduit par le traducteur automatique. Bref, pas bien sérieux. Faut néanmoins avoir envie pour payer autant une voiture qui ne fait pas mieux que la concurrence.
a écrit le 28/04/2018 à 13:36 :
Une côte descendante, par hasard, ça ne serait pas une descente?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :