DS7 Crossback : le premium français s'assume enfin

 |   |  681  mots
La DS7 Crossback crédibilise enfin l'automobile française dans le segment premium.
La DS7 Crossback crédibilise enfin l'automobile française dans le segment premium. (Crédits : DS)
La DS7 Crossback est le premier modèle de la marque entièrement conçu dans une démarche premium. Ce grand SUV coche toutes les cases exigées par ce segment : design statutaire, finitions soignées, confort de conduite remarquable. Le résultat est extrêmement encourageant.

C'est fait. L'industrie automobile française s'est enfin dotée d'une voiture premium. Ce n'est pas seulement une pieuse incantation d'un patron illuminé, c'est un vrai véhicule très concret, et disponible en concession. Et n'en déplaise aux esprits chagrins qui vouaient l'automobile française à son carcan généraliste, la DS7 Crossback a de solides arguments pour faire face aux meilleurs !

Parmi ces arguments, il y a bien sûr le plus important dans ce segment : le design. Le premier SUV (vendu en Europe) de la marque DS, ne laisse pas inaperçu. Les regards se détournent, les compliments pleuvent... La DS7 Crossback plait. Plus encore, elle s'impose comme une véritable voiture premium et tout ce que cela comporte dans son allure statutaire. Sa silhouette toute en élégance, cette calandre musclée, ses lignes racées, cette signature lumineuse et ses feux tournoyants comme sertis de diamant, ce SUV de 4,57 m s'est construit une véritable identité stylistique. Certains la trouveront trop allemande... Le subtil travail des lignes sur le capot avant et ces flancs discrètement ajourés infirment, selon nous, cette perception.

--

DS7 Crossback

DS7 Crossback

--

DS7 ne ressemble à aucun autre, sans pour autant refonder les canons des standings premium. Peu importe, car l'élégance du design se traduit à l'intérieur. Sur cette finition Rivoli, la planche de bord se pare de belles surfaces en cuir capitonné qui se poursuivent sur les portières. Les bouches d'aération en triangle font une discrète, mais efficace jonction avec les portières. Impossible de passer à côté de cette assise en cuir, matière dont DS veut se faire le champion. Confortable, électrique, chauffant, aéré... Les sièges assoient les ambitions de DS dans le domaine du confort dans un univers tout en cuir.

--

DS7 Crossback

--

Une touche "bling bling"

L'ambiance se veut tout en sobriété et en raffinement. Même si on continue à s'interroger sur cette montre signée du prestigieux horloger français B.R.M. qui surplombe la planche de bord dans une ostentatoire rotation à chaque démarrage. C'est peut-être la touche bling-bling qui ne nous paraissait pas nécessaire.

Sur le reste, nous aurions également préféré un écran GPS mieux intégré pour mieux faire valoir la qualité des cuirs. Les raccourcis sont extrêmement pratiques, mais ils auraient également gagné à être mieux "designés", toujours dans un esprit de planche stylistiquement équilibrée. Le tableau de bord est une belle dalle numérique dont on apprécie les codes graphiques, très haut de gamme. Les effets graphiques de changement de menus nous paraissent néanmoins superflus et ralentissent inutilement leur lecture. Il n'empêche que le design du guidage GPS est un vrai plaisir.

Un confort remarquable

Côté conduite, il faut apprécier le remarquable confort des suspensions. En mode "confort", justement, la voiture calibre les suspensions en fonction des aspérités du bitume. La DS7 Crossback se positionne parmi les meilleurs standings. En termes de motorisations, cette version essence 225 chevaux est plutôt efficace. On sent néanmoins quelques creux en accélération que même le mode sport ne parvient pas à résoudre. Dommage, mais rien de dommageable pour une conduite tranquille.

--

DS7 Crossback

--

Les prix démarrent à 31.000 euros pour sa version diesel de 130 chevaux. Il faut aller autour de 38.000 euros pour accéder à la gamme essence (180 chevaux) et à partir de 41.000 euros pour l'essence 225 chevaux. Soit une gamme de prix assez raisonnable si on la compare aux grilles tarifaires des autres marques premium allemandes.

Le DS7 Crossback accomplit avec brio les ambitions de la marque française de se positionner sur le segment premium : le design résolument statutaire et élégant, l'intérieur raffiné et ergonomique, un confort de suspension parmi les meilleurs du marché, et une qualité moteur de très bonne facture. Quelques menus détails sont à relever, mais impossible de passer à côté du véritable enjeu de ce SUV : l'industrie automobile française a désormais un véhicule premium crédible et convaincant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/08/2018 à 21:50 :
Très jolie voiture, confort présidentiel et tenue de route impériale... Intérieur luxueux... Cette voiture est une réussite.
a écrit le 23/07/2018 à 12:15 :
Sauf que c'est une Citroën que la valeur en revente n'attendra jamais Mercedes Audi BMW et consort et franchement les moteurs Citroën sont vraiment creux et sans noblesse
Franchement il n'y a pas photo statutairement entre nous avec un X5 un Q7 ou un GL

Cette voiture est le Premium du pauvre.
Réponse de le 23/07/2018 à 12:57 :
merci de souligner qu'un certains nombres de personnes (comme vous?) s'achètent d'abord une voiture pour obtenir ou confirmer un statut social...mon dieu....vivement la voiture autonome, pour tous, partout...combat d'arrière garde
a écrit le 23/07/2018 à 11:34 :
Je l'ai essayé , très bling bling, moteur très creux, bouton de leve vitre dans la meme rangé que le frein a main pneumatique . Position de conduite très mauvaise. Start and stop qui se remet en marche a chaque fois que l'on redemarre ... conclusion : attendez la prochaine version. Claquements dans l'essieu arrière .... et encore d'autre ratés moteurs à tiède....
Réponse de le 23/07/2018 à 18:23 :
Au moins une personne qui l'a effectivement essayé et fait des remarques de fond ... contrairement à certains autres!
a écrit le 23/07/2018 à 11:02 :
DS c'est vraiment un carnage et une image vraiment bizarre, il n'y a aucune gamme de voiture !! La DS3 c'est déjà vieillot, la DS4 et la DS5 ont disparus du catalogue, et maintenant une DS7 au design trop compliqué, c'est cela la stratégie DS? Oui c'est peut-être du haut de gamme français...mais vraiment très médiocre.
a écrit le 22/07/2018 à 10:23 :
easy devrait commencer par payer les frais pour annulation de vol et retard de bagages car il faut attendre des mois et souvent attendre pour rien
Réponse de le 23/07/2018 à 9:23 :
Daniel devrait déjà commenter le bon article....
a écrit le 22/07/2018 à 10:13 :
Article écrit avec les pieds. Et par “standings” vous voulez dire “standards” je présume?
a écrit le 21/07/2018 à 13:36 :
NB a retenu la leçon de la semaine dernière semble t-il qui faisait la pub éhontée des SUV VAG, c' est un plus, on le gardera donc encore u petit peu en observation...

Ceci dit, le plastique c' est fantastique et le DS7 Crosback aussi.
a écrit le 21/07/2018 à 9:40 :
Pourquoi pas un modèle essence entrée de gamme (pas plus cher que le Diesel 130cv) ?
A quand une version électrique (et pas hybride rechargeable) sur les gros modèles PSA ?
Réponse de le 21/07/2018 à 11:37 :
Il y a une version essence 130ch 1000€ moins cher que le diesel... ceci étant une version essence pas même hybride sur un SUV... aïe les consommations.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :