"Dans le mobile, des entreprises croîtront encore plus vite que Groupon ou Zynga"

 |   |  463  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Fondé en 1983, Accel Partners est l'un des pionniers du capital-risque dans la Silicon Valley. Rencontre avec Harry Nelis, associé du bureau de Londres, venu à Paris pour LeWeb.

La crise se fait-elle ressentir dans le capital-risque et faut-il craindre l'éclatement d'une nouvelle bulle Internet ?

Nous traversons la pire crise depuis 1945, donc bien sûr les marchés financiers ne sont pas bons. En revanche, on ne voit pas d'impact à court terme et l'argent va continuer d'affluer pour les fonds d'amorçage. Au cours des onze derniers mois, nous avons levé près de 2 milliards de dollars pour deux fonds. L'important c'est que l'on voit maintenant sur le marché la possibilité de sortir dans des conditions correctes. Le marché du capital-risque suit des cycles de treize à quatorze ans. Le précédent pic remonte à 2000 et nous n'atteindrons pas la fin du prochain cycle avant 2013 ou 2014.

Quels sont vos axes d'investissements ?

Nous avons été les premiers à investir dans Facebook, nous sommes dans Groupon, Baidu, Spotify. Notre priorité aujourd'hui est le mobile, c'est là que l'on observe les croissances les plus rapides, et en particulier dans les jeux : nous avons investi en mars dernier dans Rovio, un montant relativement important [sur une levée totale de 42 millions de dollars, aux côtés du fonds Atomico de Niklas Zennstrom Ndlr]. Son jeu « Angry Birds » a été téléchargé plus de 500 millions de fois, donc 1 personne sur 5 l'a sur son mobile ! Le marché des applications mobiles, dont 50 % à 60 % des recettes proviennent des jeux, pèse déjà 13 milliards de dollars, il va doubler en quatre ans, alors que le nombre de smartphones va passer de 700 millions à plus de 2 milliards. Cela fait beaucoup de nouveaux utilisateurs auxquels vendre nos applications. Il y a deux modèles dans le jeu sur mobile : soit avoir une marque très forte comme « Angry Birds » chez Rovio et la décliner avec des produits dérivés, en devenant un mini-Disney, soit avoir un portefeuille complet de jeux. Dans le mobile, certaines entreprises croîtront encore plus vite que Groupon ou Zynga et qui n'existent peut-être pas encore. Il y aura vraiment des opportunités fantastiques dans le mobile pour les entrepreneurs.

Avez-vous regardé des dossiers en France ?

Nous allons sans doute investir dans peu de temps dans une société du domaine du local. Et nous sommes entrés il y a un an au capital de Showroomprivé, numéro deux derrière Vente-privée, à hauteur de 37 millions d'euros. Je suis membre du conseil d'administration de la société qui est rentable et enregistre une croissance de 80 % par an. Nous sondons le marché, il y a de belles réussites, Deezer par exemple. Mais aujourd'hui la ville la plus dynamique en Europe c'est Berlin, il y a un écosystème incroyable. En Allemagne, nous avons aussi investi dans Gameforge, dont le jeu en ligne massivement multijoueur « Metin2 » est numéro un en Europe devant « World of Warcraft ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/12/2011 à 16:09 :
Devant WOW, heu quelles sont les sources de ce monsieur ??
a écrit le 13/12/2011 à 12:39 :
Et elles s'écrouleront encore plus vite aussi

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :