Prise d'otages en Algérie : "Comment cela a-t-il pu arriver dans une zone aussi militarisée ? "

L'ancien ingénieur et journaliste algérien Akram Belkaïd s'interroge : comment des terroristes ont-il pu s'en prendre à un complexe d'exploitation gazière situé dans une zone stratégique pour les ressources énergétiques algériennes, jusque là épargnée et placée sous très haute sécurité?
Reuters
Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

L?assaut de l?armée algérienne sur la base gazière de Tiguentourine, près d?In Amenas, dans le sud-est se poursuit, tout comme au Mali d?où a démarré cette crise. Le flou règne encore sur le nombre de morts, d?otages libérés et de personnes toujours présentes sur le site. Dans ce contexte, les commentaires vont déjà bon train et se focalisent notamment sur les enjeux énergétiques pour le premier exportateur de gaz d?Afrique. Des enjeux qui expliqueraient en partie le choix d?Alger d?intervenir rapidement, brutalement et unilatéralement. Des questions qui se posent, mais qui en occulteraient d?autres, bien plus fondamentales aux yeux d?Akram Belkaïd, ancien ingénieur, essayiste et journaliste algérien qui écrit, entre autres, pour le Quotidien d?Oran.

Quel est l?enjeu de cette attaque pour les ressources énergétiques algériennes ?

Akram Belkaïd : Il est certains qu'au-delà  du drame humain, la question qui se pose c?est la sécurisation des sites pétroliers et gaziers en Algérie qui jusque là n?avaient pas été touchés. Cela va provoquer un renchérissement des assurances et des difficultés pour les entreprises étrangères sur place pour assurer la sécurité des personnes, leur rapatriement?

Quel est le poids de la base d?exploitation gazière de Tiguentourine elle-même?

Le site compte pour 8 à 12% de la production algérienne. Ce qui est beaucoup. Mais toute la zone alentour, dans un rayon de 500 km est une zone gazière. C?est ça qui pose problème. Il y a une vraie menace. On pensait que ces sites étaient inviolables. Pendant la guerre civile, ils n?avaient jamais été touchés.  Une nouvelle étape, un nouveau palier ont été franchis.

Est-ce ce nouveau palier qui explique la réaction rapide des forces de sécurité algériennes ?

Oui, plus que tout, c?est un message envoyé par l?Etat algérien. Ceux qui seraient tentés de faire la même chose savent à quoi il faut s?attendre. Cela a toujours été la stratégie du gouvernement.

Les chancelleries n?ont pas été prévenues de cette action. Cela participe-t-il de cette stratégie ?

Absolument. L?Algérie a l?obsession de sa souveraineté, elle ne supporte pas l?ingérence de l?extérieur. C?est un pays très chauvin, très nationaliste, où l?on ne se soumet pas au bon vouloir d?autrui. Autant le gouvernement avait des problèmes avec son peuple, autant sur ce point, il ne se trouvera pas grand monde en Algérie pour critiquer cette décision.
Les questions qui se posent portent plus sur "comment on en est arrivé là" mais pas sur le fait que l?armée ait agi sans en référer aux capitales étrangères. La télévision française rend service au gouvernement algérien en se focalisant sur l?assaut alors que d?autres problèmes mériteraient d?être abordés comme par exemple la réalité des liens entre cette opération et la situation au Mali? En fait, je crains que la polémique ne fasse oublier le reste, le c?ur du problème : comment cette situation a pu se produire dans une zone aussi militarisée?

Quelle est votre explication?

Il y a eu beaucoup de relâchement. C?est le signe que l?Algérie est dans une situation difficile. Voilà un pays dont on peut se demander s?il est toujours gouverné ! Avant ces événements, le grand débat c?était de savoir si le président Bouteflika aurait un quatrième mandat.

*Sur la question du Mali, Akram Belkaïd a publié un article sur son blog le 16 janvier.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 27
à écrit le 06/04/2013 à 12:34
Signaler
je dis que la guerre du mali je ne pas parle d'algerie

à écrit le 19/01/2013 à 18:12
Signaler
Comment est-ce possible ? Et bien c'est l'Algérie, c'est le bordel intégral quoi...

à écrit le 19/01/2013 à 11:33
Signaler
Messieurs les journalistes merci de relire vos commentaires avant de les publier : "Le flou règle encore sur le nombre de morts" ...le flou règne serait-il plus judicieux ?

à écrit le 19/01/2013 à 7:23
Signaler
La photo qui accompagne cet article n'est PAS une photo du site gazier de Tiguentourine, mais une photo de la ville d'In Amenas! Le site gazier se trouve quelques dizaines de kilomètres à l'ouest de la ville

à écrit le 19/01/2013 à 3:24
Signaler
?573 otages Algériens libérés, 110 otages étrangers libérés, 12 otages tués, 18 Terros tués et 5 capturés vivants, sur une exploitation gazière d'une centaine d'hectares, la taille d'une ville prête a exploser d'une seconde a l'autre ! Qui aurai fai...

le 19/01/2013 à 9:17
Signaler
+1

le 19/01/2013 à 23:54
Signaler
+1 de meme

le 20/01/2013 à 1:37
Signaler
+1

le 20/01/2013 à 13:48
Signaler
et vive l'algérie

à écrit le 18/01/2013 à 18:54
Signaler
manlicher 8mm hausse 600m,spetnaz environ 200 cela devrais être suffisant et régler en 1heure plus la barbe est longue plus le cerveau est petit

à écrit le 18/01/2013 à 18:46
Signaler
l' Algérie est une dictature dont la stabilité est incertaine . Il est par ailleurs étonnant que le site gazier n' est pas été saboté ? Il ya beaucoup de zones d' ombre .

à écrit le 18/01/2013 à 18:38
Signaler
il serait vraiment difficile à croire que les assaillants n'aient pas bénéficié de "sympathie" parmi les "défenseurs" de ce site...

à écrit le 18/01/2013 à 18:36
Signaler
Il est en effet surprenant de constater que l'Algérie ne dispose pas - à l'instar de l'Arabie saoudite- d'un système global de surveillance des frontières, associant radars,réseaux de télecommunication cryptés et centre de camandement.Un tel système ...

le 19/01/2013 à 21:54
Signaler
Vous êtes un VRP de Thales ?!

à écrit le 18/01/2013 à 17:54
Signaler
La légende de la photo est erronée. Il s'agit d'une photo d'In Aménas.

le 18/01/2013 à 19:56
Signaler
C'est exact, Tiguentourine n'a pas du tout la meme implantation et est tres etendue en longeur

à écrit le 18/01/2013 à 17:49
Signaler
Notons qu'un emargo à empecher l'Algérie de se doter de matériel militaire , notamment pour la surveillance des zones frontalières et du Sahara. Je me rappelle à époque Michelle Alliot-Marie ne voulait vendre des lunettes à vision nocturnes... l'Algé...

à écrit le 18/01/2013 à 17:44
Signaler
Quant 'on part en guerre il faut s'attendre à des victimes .... la guerre n'est pas un jeux vidéo ! ce qui se passe le prouve !!!!!

à écrit le 18/01/2013 à 17:17
Signaler
Le Mali va devenir notre Afghanistan, et l'Algérie, notre Pakistan, dans le rôle de l'allié ambigu tolérant des "zones tribales" et abritant des traîtres au coeur de ses services.

le 18/01/2013 à 17:53
Signaler
je crois que cette vision, d'ailleurs relaté par le Figaro (anti algérie) est complétement fausse. Si l'on doit émettre une doute sur l'intention et les relations qu'entretien un des pays avec les terroriste, ce n'est certainement pas l'Algérie. Peti...

le 18/01/2013 à 17:54
Signaler
L'Algerie votre Pakistan ? !!! Ca va pas !!! on est le seul pays au monde a avoir pue stoppé l extrémisme les autres pays etait ou quand nos femmes se fesaient violé par ces monstres, journaliste tués, jeune appelé égorger on a pas de traitre dans no...

le 18/01/2013 à 18:43
Signaler
D'accord avec vous.

le 19/01/2013 à 2:40
Signaler
Amine a raison.

le 19/01/2013 à 5:44
Signaler
Jean a raison

le 19/01/2013 à 5:44
Signaler
Jean a raison

le 20/01/2013 à 13:49
Signaler
Bien dit

à écrit le 18/01/2013 à 17:11
Signaler
La protection d'un site industriel sensible ne doit pas se limiter à une surveillance somnolente du périmètre du site et de ses approches comme semblent l'avoir fait les algériens, mais en zone désertique, aussi à la surveillance proactive d'un périm...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.