Prise d'otages : le point sur l'offensive d'In Amenas

A la mi-journée, ce vendredi, la situation reste confuse sur le site gazier de Tiguentourine en Algérie. Des preneurs d'otages se trouveraient toujours sur place, de même que les forces de sécurité algériennes. Le nombre d'otages encore retenus de même que celui des personnes disparues restent incertains.
La base d'In Amenas en Algérie, là où travailailent certains des otages. Copyright Kjetil Alsvik / Statoil
La base d'In Amenas en Algérie, là où travailailent certains des otages. Copyright Kjetil Alsvik / Statoil (Crédits : Statoil)

Confusion à Tiguentourine. Au lendemain de l'attaque aérienne menée par les forces armées algérienne sur le site gazier de la région d'In Amenas située a proximité de la frontière avec la Libye, des preneurs d'otages se réclamant d'Al-Qaïda au Maghreb islamique sont toujours retranchés dans le complexe. "La situation reste mouvante et dangereuse", a indiqué le Premier ministre britannique David Cameron ce vendredi. Un peu plus tôt le ministère des Affaires étrangères du Royaume-uni annonçait que "l'incident terroriste était toujours en cours". Une information confirmée par des "sources sécuritaires" algériennes citées par l'AFP. Côté Français, le chef du gouvernement Jean-Marc Ayrault a pour sa part déclaré que l'opération menée par les forces de sécurité algériennes était toujours en cours. De nombreuses zones d'ombre entourent encore cette prise d'otage et l'assaut aérien qui a suivi.

? Quel bilan?

Le cas de 22 étrangers reste incertain ce vendredi à la mi-journée et le nombre de personnes tuées est lui aussi inconnu. Quelques 60 personnes toujours retenues en otage seraient actuellement secourues par l'armée algérienne. Aucun bilan officiel n'est encore communiqué."A l'heure où je vous parle, le décès de plusieurs otages est à déplorer. Nous n'en connaissons pas le nombre ni la nationalité", a indiqué Jean-Marc Ayrault. 

Selon des estimations émanant des sources de sécurité algériennes citées par l'AFP et la chaîne Al Jazeera, au moins 30 otages et entre 11 et 18 terroristes auraient été tués. Parmi les personnes décédés figureraient huit Algériens, et sept étrangers dont deux Britanniques, deux japonais et un Français.

Par ailleurs, quelque 639 otages dont plus de 100 étrangers sur les 132 retenus auraient été libérés selon l'agence de presse officielle APS. De son côté, le ministre Français de l'Intérieur, Manuel Valls, a affirmé sur RTL que deux Français avaient pu s'enfuir.

>> Grande confusion autour de l'assaut de l'armée algérienne à In Amenas

De son côté, le patron de l'entreprise marseillaise CIS Catering, dont quelque 150 employés algériens étaient retenus sur le site gazier objet d'une prise d'otages en Algérie, a déclaré ce vendredi qu'ils étaient tous "sains et saufs". Il a également signalé qu'un employé Français avait pu lui aussi s'échapper.

Sur la situation, le flou était tel que la journaliste de RFI Leila Beratto, qui se trouve sur place, a pu noter dans un tweet que les chancelleries en venaient à contacter la presse pour obtenir des informations.


 

? Pourquoi Alger a-t-elle décidé d'agir seule?

L'incertitude planait également sur le déroulé de l'attaque aérienne lancée jeudi par les forces de sécurité algérienne. La France n'aurait pas été prévenue de l'opération ont indiqué des sources gouvernementales à l'agence Reuters. L'information n'aurait pas non plus été transmise aux Etats-Unis, au Japon et au Royaume-Uni, dont des ressortissants sont également concernés par la prise d'otages.

Une action unilatérale que l'essayiste et journaliste algérien Akram Belkaïd explique par "l'obsession de la souveraineté" d'un pays qui "ne supporte pas l'ingérence de l'extérieur". A ses yeux, le choix d'agir rapidement participe d'une position ancienne de l'Etat algérien. "Au-delà de tout c'est un message envoyé par l'Etat algérien. Ceux qui seraient tenté de faire la même chose savent à quoi il faut s'attendre", juge-t-il pour La Tribune.

? Comment réagissent les entreprises étrangères?

Face à cette situation, le groupe pétrolier britannique BP, qui exploite le site gazier avec l'algérien Sonatrach et le norvégien Statoil a fait évacuer des salariés présents dans le pays. La direction de la compagnie pétrolière a fait savoir que 3 vols avaient été affrétés jeudi à bord desquels ont pris place 11 employés de la compagnie et "plusieurs centaines" de salariés d'autres entreprises. Un quatrième vol est prévu pour ce vendredi.

? D'autres actions à venir?

Enfin, d'après l'agence d'information mauritanienne ANI, les preneurs d'otages auraient promis d'autres actions. L'attaque du site gazier de Tiguentourine fait en tout cas figure de première dans une zone cruciale pour l'économie algérienne. "Le site produit entre 8 et 12% de la production algérienne ce qui est beaucoup. Mais toute la zone alentour, dans un rayon de 500 km est une zone gazière. C'est ça qui pose problème. Il y a une vraie menace. On pensait que ces sites étaient inviolables. Pendant la guerre civile, ils n'avaient jamais été touchés. Là, c'est une nouvelle étape, un palier a été franchi", commente ainsi Akram Belkaïd.

(article créé à 15h04, mis à jour à 18h11 )

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 19/01/2013 à 21:23
Signaler
il faut arrêter d appeler cette opération "une prise d'otages". Il est clair que ce n'était pas le but de cette opération. Lorsque l on veut prendre des otages on vient les chercher et on repart immédiatement les mettre en lieu sûr pour ensuite négoc...

à écrit le 18/01/2013 à 19:49
Signaler
J'approuve le comportement de l'armée algérienne qui ne concéde aux preneur d'otage aucun marchandage contrairement aux USA, les britannique et le Japon. Admettre eventuellement des pouparler avec les preneurs d'otages conduit toujours a une escalade...

à écrit le 18/01/2013 à 19:33
Signaler
pour moi mon pays a fait le bon choix il nest pas necessaire deinformer avant dagir parceque nous sommes un pays libre

à écrit le 18/01/2013 à 19:08
Signaler
Merci à BHL pour son interventin en Libye qui a contribué à enflammer toute la régin. Merci également à Sarko, qui, come en économie, a fait n'importe quoi...

à écrit le 18/01/2013 à 17:52
Signaler
a 48h du debut de l'intervention, on en sait toujours tellement peu; l'Algerie voulait faire cavalier seul et agir rapidement certes, mais pourquoi donc conserver une chappe de silence sur cet incident, qui concerne aussi d'autres Pays. Bonjour la de...

le 18/01/2013 à 19:30
Signaler
Je pense surtout qu'il s'agit pour les algériens d'un message clair aux éventuels futurs preneurs d'otages : vous savez ce qui vous attend !! De plus, la rapidité de l'algérie est à mon avis à mettre sur le compte du fait que le gouvernement algérien...

le 18/02/2015 à 14:10
Signaler
Des promesses et encore des promesses!!! Du pure enfumage sauce hollandaise......

le 18/02/2015 à 20:53
Signaler
Je ne vois aucune proposition pour pouvoir rembourser la dette. ou est l'echeancier? par quel raisonnement, un excédent primaire de 1.5 est il suffisant vu la taille de la dette?

à écrit le 18/01/2013 à 15:43
Signaler
informations et contre informations !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.