Grand Paris : la ville pour tous... Vraiment ?

Alors que l'Assemblée Nationale a adopté, le 23 juillet dernier en première lecture, le projet de loi du gouvernement Ayrault sur la décentralisation, certains parlementaires montent au front pour s'opposer à un projet qui renforcerait les inégalités fiscales, et délaisserait encore davantage les zones rurales. Pour François Asensi, député Front de gauche de Seine-Saint-Denis et maire de Tremblay-en-France, la métropole du Grand Paris est au centre même de cette logique...

4 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)

Le débat sur les métropoles n'a pas eu lieu. A l'Assemblée nationale, en quatre jours à peine, l'organisation administrative héritée de la Révolution française a été détricotée, et avec elle, ses espaces de démocratie locale que sont les communes. Après le coup de force sur Marseille, où 109 des 119 maires s'opposent au projet de métropole, le Gouvernement a imposé une reprise en main recentralisatrice de l'Ile-de-France par un amendement tombé du ciel, ou plutôt d'une lettre ouverte d'élus socialistes franciliens. Aussi incroyable et peu démocratique que ce soit, 46 pétitionnaires auront réglé le sort de l'Ile-de-France et de ses 12 millions d'habitants. En une nuit, en changeant du tout au tout le projet initial de création des métropoles, la majorité a foulé au pied les propositions concertées des élus locaux, dans le cadre de Paris Métropole et des Etats généraux de la décentralisation.

Pas de débat dans l'opinion

Pire, le long et patient travail des collectivités locales franciliennes, mené avec les habitants, se trouve mis à terre : suppression programmée des intercommunalités et de leurs projets aussi novateurs que solidaires, marginalisation totale des communes, disparition à terme des départements.

Dans l'opinion, ce débat n'aura pas plus eu lieu, le gouvernement faisant le choix d'un examen en plein c?ur de l'été. Plus que jamais, l'exigence de référendum sur les métropoles, portée par le Front de gauche, est incontournable. Repoussée de manière incompréhensible par les députés socialistes et écologistes, cette consultation des citoyens doit être introduite par le Sénat. Comment espérer construire une métropole francilienne citoyenne en privant les habitants de toute sur une modification aussi radicale des institutions ?

Des zones rurales livrées à elles-même

Bien évidemment, le statu quo est intenable dans une Ile-de-France des paradoxes, une des régions les plus riches d'Europe, mais aussi les plus inégalitaires. Mais une seule question doit prévaloir : l'outil métropolitain permettra-t-il de combattre la spécialisation des territoires ? La réponse est non, elle l'accentuera.

Au niveau national, nous assisterons à une fragmentation du territoire de la République, entre des zones métropolitaines insérées dans la mondialisation et des zones rurales toujours plus délaissées par le désengagement de l'Etat. Au sein de l'Ile-de-France, une nouvelle frontière se constituera entre la métropole et le reste de la région et, au sein même de cette métropole, le centre dominera sa périphérie, avec l'absorption de la petite couronne par Paris. Nous voici revenu au Baron Haussmann ! Le c?ur d'agglomération pourra à nouveau bétonner les villes populaires des grands ensembles, renforçant les logiques de ghettoïsation. La machine à reproduire les erreurs du passé est en route !

L'injustice de la fiscalité locale ne sera pas réglée

Tout aussi révoltant, la solidarité financière manque à l'appel. Dans la loi, rien n'est prévue sur la péréquation des droits de mutation, qui s'alimentent de la spéculation immobilière dans le centre de l'agglomération. Même le fond départemental de 50 millions, cache-misère, a été renvoyé en loi de finances !

Rien n'est prévu pour remettre à plat l'injustice de la fiscalité locale. Les habitants de Sevran paient cinq fois plus de taxe d'habitation que les Neuilléens. Où est l'égalité républicaine ? Alors que des collectivités en grande difficulté, en Seine-Saint-Denis par exemple, doivent imposer lourdement leurs contribuables pour rester à flot, la ville de Puteaux garde jalousement un bas de laine de 228 millions d'euros. Comment une métropole solidaire pourrait-elle se construire en conservant des paradis fiscaux? Je rappelle que si les habitants de Neuilly, dont près du quart s'acquitte de l'ISF, étaient imposés à même hauteur que les habitants de Sevran, 107 millions d'euros pourraient alimenter la solidarité métropolitaine !

Trois principes pour une métropole solidaire et dynamique

Avec cette métropole, monstre technocratique éloigné des citoyens et couche supplémentaire au mille-feuille institutionnel, aucun des problèmes fondamentaux des franciliens ne se réglera : mal-logement, chômage, environnement dégradé, transports en commun coûteux et d'un autre siècle...

Construire une autre métropole, solidaire et dynamique, ne peut reposer que sur trois principes. L'association forte des habitants au devenir métropolitain, le renforcement des coopérations entre les villes pour consolider les projets de territoire, et enfin la réaffirmation du rôle de l'Etat dans l'égalité des territoires, afin de répartir justement les richesses. C'est tout le contraire dans ce projet de loi, avec la victoire du laissez-faire sur fond d'austérité et de baisse des dotations aux collectivités.

Dès la rentrée, un vrai débat doit enfin s'ouvrir dans les territoires, dans les conseils municipaux, dans les associations, pour défendre l'ambition du droit à la ville pour tous : un même accès aux richesses, aux savoirs, aux services publics, à la santé, à l'éducation pour tous les habitants d'Ile-de-France.
 

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 31/07/2013 à 2:37
Signaler
La crise de la dette de 2012 n'a pas servi de lecon. Au lieu de faire des economies, on continue de creer des structures couteuses et des doublons... Par ailleurs, harmoniser la fiscalite locale pourquoi pas, il faudrait commencer par revoir les vale...

à écrit le 29/07/2013 à 18:22
Signaler
Je vois pas pourquoi je paierais plus de taxe pour la ville de Sevran! Les gens ont élus des mauvais, qu'ils payent les taxes suites à cela! J'en ai marre de payer pour les politiciens!

le 31/07/2013 à 19:55
Signaler
Néanmoins la question est quand même frappante : pourquoi les impôts locaux de Neuilly sont-ils si peu élevés ? Encore plus faible qu'aux communes qui profitent de pactole tel le quartier de la Défense ? Ce n'est tout de même pas une commune riche en...

à écrit le 29/07/2013 à 15:56
Signaler
On s'en fiche des parisiens et de Paris

le 29/07/2013 à 18:30
Signaler
Paris, c'est (quand même) un français sur cinq, un tiers de la richesse française.

à écrit le 29/07/2013 à 14:44
Signaler
Voilà un texte qui dénonce sans doute avec raisons, mais qui ne permet pas de savoir exactement de quoi il s'agit.. Est-il possible d'avoir un peu plus d'éclairage?

à écrit le 29/07/2013 à 14:35
Signaler
Donc, si j'ai bien tout compris M. Asensi, vous êtes contre les inégalités, mais vous êtes également contre un projet qui permettrait de les diminuer à terme. Encore mieux, vous vous placez en défenseur d'un système de morcellement communal qui expl...

le 29/07/2013 à 15:24
Signaler
Elifa, vous ne connaissez pas le texte visiblement. En aucun cas le projet de Métropole de Paris va réduire les inégalités territoriales. D'où viennent-elles déjà? Historiquement, elles viennent de l'implantation massive de logements sociaux et des i...

le 29/07/2013 à 16:05
Signaler
Ce projet de métropole est loin d'être parfait, mais il a au moins le mérite de représenter le début d'un commencement de quelque chose, qui pourrait à terme devenir une métropole du Grand Paris au maire démocratiquement élu et responsable devant l'e...

le 29/07/2013 à 17:15
Signaler
Asensi n'est pas pour le statu quo, contrairement à ce que vous dites. Il souhaite une vraie réforme de fond de la péréquation avant de se lancer dans un monstre technocratique, de 7 millions d'habitants, disposant de toutes les compétences dévolues ...

le 29/07/2013 à 17:44
Signaler
Les petits maires actuels n'ont d'intérêt que celui de leur commune, dont ils sont l'émanation. C'est normal, et légitime. Sauf que, du coup, le maire d'une petite commune de 2000 habitants peut décider de bloquer la construction d'un métro qui peut ...

à écrit le 29/07/2013 à 13:50
Signaler
que de poncifs et procès d intention de la part de quelqu un qui a pour modèle l URSS . C est toujours la meme chose avec ces zélus qui comme beaucoup de corporations défendent mordicus leurs avantages acquis . la vérité est que c est l agglo parisi...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.