Ile-de-France : Paris aura sa Métropole. C'est (presque) sûr.

 |   |  867  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Capture décran)
Un nouveau projet de Métropole élaboré en toute discrétion par les députés socialistes franciliens est prêt, Il regrouperait les 6.6 millions d'habitants de Paris, des Hauts de Seine de la Seine Saint-Denis et du Val de Marne. A Jean-Marc Ayrault de trancher.

On y est presque. Avec un an de retard, à quelques jours de la discussion du projet de loi le 15 juillet à l?Assemblée Nationale, les socialistes franciliens sont enfin presque d?abord sur la forme politique, géographique et juridique de la future Métropole. Reste à Jean Marc Ayrault à reprendre l?accord (sans trop le défigurer) à son compte et le présenter à l?Assemblée ; « ce serait en effet inconcevable que ce ne soit pas le Premier ministre qui ait l?initiative de la création de la Métropole de la capitale de la France », commente un député.

La Métropole parisienne, telle qu?elle avait été voulue par le Premier ministre, a en effet été carrément supprimée du texte sur la décentralisation au Sénat. Un camouflet pour le gouvernement. Du coup, la semaine dernière, Marylise Lebranchu, la ministre de la Décentralisation, se remettait au travail en toute discrétion avec Olivier Dussopt, le rapporteur PS du projet à l?Assemblée, pour concocter un autre texte, un peu moins « mou », que celui présenté au Sénat.

 A peine écrit, ce texte était mis à la poubelle par l?Elysée : le secrétaire général adjoint chargé du dossier, Nicolas Revel, ancien directeur de cabinet de Bertrand Delanoë, n?a jamais été un chaud partisan d?une métropole forte. Mais, quelques jours après, en commission, les députés PS décidaient de ne pas rétablir le texte initial voulu par l?Elysée et rejeté par le Sénat. Un point partout !

Eviter le ridicule d?une capitale de la France sans structure métropolitaine
De douche froide en escarmouches diverses, les députés socialistes d?Ile de France, les rapporteurs du texte, la possible future maire de Paris, Anne Hidalgo, et Jean Paul Huchon, le président du Conseil régional, se sont retrouvés pour déjeuner hier à la questure de l?Assemblée Nationale. Mot d?ordre : un peu de vin mais avec beaucoup d?eau dedans. Objectif : présenter un texte commun «opposable» à l?Elysée et Matignon, éviter le ridicule d?une capitale de la France sans structure métropolitaine et arrêter de désespérer le monde de l?entreprise ( les patrons de grands groupes susceptibles de participer au Grand Paris sont excédés par les incertitudes).

Anne Hidalgo et Jean Paul Huchon ont mis beaucoup d?eau dans leur vin et accepté la création d?une Métropole regroupant 6.6 millions d?habitants, soit Paris, les Hauts de Seine, la Seine St Denis et le Val de Marne. C'est la meilleure dimension pour ne pas faire une concurrence trop frontale à Paris comme à la Région... Dans les 4 autres départements de l?Ile de France ( 5.5 millions d?habitants au total pour la Seine et Marne, les Yvelines, l? Essonne et le Val d?Oise), on pourra constituer en revanche des intercommunalités suffisamment grosses pour pouvoir discuter avec la Métropole.

Reste en suspens la question cruciale du logement

Cette Métropole sera dans un premier temps un EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunale), les communes lui donneront la plupart de leurs compétences et les maires seront associés à sa gouvernance. A terme (mais cela n?est pas dit officiellement), si cette Métropole fonctionne correctement, les 4 départements disparaitront. Comme à Marseille ou à Lyon, il n?y aucune raison de maintenir d?ici 5 à 10 ans deux autorités de décision sur un territoire identique.

Une Métropole qui aura de plus des compétences de développement économique (qui appartiennent actuellement à la Région), et vraisemblablement des compétences pour les transports (en liaison avec la Région), l?urbanisme, l?assainissement etc? Reste en suspens la question cruciale du logement : on semble se diriger vers une Autorité de réflexion, sans pouvoirs réels, pour l?instant.

Pas de point de blocage sérieux dans le camp socialiste francilien
Alexis Bachelay, député socialiste des Hauts de Seine, cheville ouvrière de ce début d?accord, redevient confiant : « on avance doucement, mais on avance. On doit rattraper le temps perdu et trancher sur les questions qui ne l'ont jamais été. L?idée essentielle, c?est d?inscrire la Métropole et d?en faire un EPIC à part entière. Pour les départements on verra plus tard ». De même pour les intercommunalités qui, à priori ne siègeront pas dans la nouvelle gouvernance de la Métropole (seuls les maires y seront) : les intercommunalités sont rares en Ile de France et elles pourraient donc disparaitre sur le territoire de la Métropole.

Pour l?instant il n?existe aucun point de blocage solide dans le camp socialiste francilien sur le schéma proposé. Mais Philippe Yvin, le préfet en charge du dossier à Matignon, travaille sur un projet alternatif. Sauf que là, il aura un peu de mal à l?imposer, car François Hollande a toujours expliqué que la Métropole parisienne serait celle sur laquelle les élus franciliens tomberaient d?accord.
 

>> LIRE AUSSI: Grand Paris: les grands patrons agaçés par trop d'incertitudes

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/06/2013 à 22:32 :
Bref, on revient 50 en arrière. On recrée les départements de la Seine et de la Seine et Oise sous d'autres noms.
a écrit le 28/06/2013 à 17:23 :
C'est le moyen âge, les grands du royaume (pardon... de la république) se partagent fiefs et apanages et les manants (c'est nous) qui vont avec. Dits manants qui seront priés de se faire "tailler" à merci par les aristocrates (pardon... les élus locaux) pour payer châteaux (je voulais dire hôtels de région... du grand Paris etc....) et carrosses de fonction à ces messieurs Une structure de plus... Sans rien supprimer :ni la Région, ni les départements, ni la ville de Paris qui n'est plus que l'hyper centre de l'agglomération. A titre personnel, je crois qu'il est temps de se fâcher cotre ces Messieurs.
a écrit le 28/06/2013 à 16:48 :
Etonnant: une fois on nous dit que les métropoles vont remplacer les communes, une autre fois on nous dit qu'elles vont remplacer les départements. Mais dans tous les cas, c'est toujours pour dans 4-5 ans.
Le plus probable, c'est que les métropoles ne remplaceront rien du tout, et qu'elles seront une couche supplémentaire dans le mille-feuille administratif français (qui en compte déjà 5 + l'europe).

Pas de doute, on va simplifier et faire des économies!!!

Proposition (tirée des rapports d'"experts" qui finissent à la poubelle): Supprimer les communes partout où il y a existence ou possibilité d'existence d'une communauté de commune (ne laisser qu'un bureau dans les communes pour maintenir la présence du service public), et supprimer les départements, qui datent de Napoléon (!), en renforçant les prérogatives des régions.
a écrit le 28/06/2013 à 15:22 :
alors Miguaud et la cour des comptes on se réveille?rien a redire?
a écrit le 28/06/2013 à 13:14 :
Pour ma part, j'ai un peu de mal à discerner les avantages concrets pour la collectivité, en rationalisation des coûts par exemple, ou en organisation concertée.
Il me semble qu'en termes de priorités, il y a plus urgent ...
a écrit le 28/06/2013 à 11:44 :
s'agit 'il encore d'une ouche dans le mille feuille administratif ?
Réponse de le 28/06/2013 à 12:25 :
Eh oui, les socialistes nous sortent encore un nouvel outil de leur boîte : pour lutter contre le chômage, créons de nouvelles administrations !
Réponse de le 28/06/2013 à 12:57 :
Oui, ce sera la dixième.
Réponse de le 28/06/2013 à 14:54 :
Le Grand Paris de Sarkozy aussi créait une strate supplémentaire... Ce n'est donc pas une spécialité "socialiste". Mais un mal Français.
a écrit le 28/06/2013 à 11:23 :
Encore une strate administrative supplémentaire, qui coutera très cher au contribuable, mais qui permettra à Bertrand Delanoë d'avoir un poste sur rémunéré une fois qu'il ne sera plus maire de Paris et de caser ses petits copains. Ce gouvernement ne sait faire qu'une seule et unique chose : gaspiller notre argent au nom du copinage, de la démagogie et du clientélisme.
a écrit le 28/06/2013 à 11:01 :
En quoi cela va améliorer le quotidien (logement, transports, ...) des habitants de cette zone ? Si c'est seulement pour satisfaire la mégalomanie et l'ego d'élus, c'est inutile.
Réponse de le 28/06/2013 à 14:53 :
Plusieurs nouvelles lignes de métro/tram/bus. De nouveaux plans d'urbanisme retirés aux maires et confiés aux intercommunalités. Décentralisation de grandes entreprises. Entre autres.
a écrit le 27/06/2013 à 19:03 :
Ca a l'air légèrement bancal leur truc, j'ai peur que les appétits politiciens prévoient sur l'interet general.
A lire l'article, visiblement rien n'encadrera la logement....Les prix en proche banlieu risque bien de flamber comme a paris, les ex banlieusard devront migrer vers la 2 eme couronne. Comment degager les classes populaires et moyennes en toute discretion....
Réponse de le 28/06/2013 à 11:33 :
....que les appétits politiciens prévalent ...
a écrit le 27/06/2013 à 18:48 :
Tout le temps des projets dispendieux , alors que l'on est à l'économie , pour boucher les trous, les dérapages qui continuent. Après , c'est le social qui en fait les frais, les retraites sont minorées avec de nouvelles directives pour abaisser le montant des pensions versées , les taxes et impôts pour compenser et de nouveau de la dette à l'emprunt. Est-ce qu'un jour les politiques auront compris comment gérer l'économie du pays .Ils ne vivent pas tous seuls comme des roitelets, les mauvaises décisions c'est les autres qui en supportent les erreurs.
a écrit le 27/06/2013 à 18:43 :
Jusqu'en 1968, il y avait deux départements concentriques: la seine (75) et la seine-et-oise (78). La seine comprenait Paris et la proche banlieue, c'est à dire à peu près ce que sera la future Métropole. On a supprimé le département de la Seine en 1968 pour détacher la proche banlieue, et le 75 est devenu Paris intra muros. Avec la création de cette métropole, on reconstitue l'ancien département de la Seine. Faire et défaire...A l'heure où il faut réduire l'épasseur du mille feuilles administratif, on va en rajouter une couche. Si on crée une métropole, il faudrait que cela remplace le département de Paris, et non que ça vienne s'ajouter.
Réponse de le 28/06/2013 à 11:45 :
D'accord, on revient pratiquement au statu quo ante, mais que de postes déjà créés, et ce n'est pas fini! Faut bien lutter contre le chômage.
Réponse de le 28/06/2013 à 11:49 :
Parfaitement d'accord. Il ne faut pas rater cette occasion unique d'enfin fusionner ces quatre départements inutiles (excepté pour le maintient des privilèges des élus locaux ) pour créer un grand Paris capable de rivaliser avec les autres métropoles européennes ! Si cet organisme n'est pas une nouvelle usine à gaz ( hypothèse pour le moins illusoire ), il permettrait d'enfin coordonner les politiques publiques avec plus d'efficacité...
Réponse de le 28/06/2013 à 12:21 :
Ca veut dire quoi rivaliser avec les autres métropoles ? Pouvez-vous m'expliquer concrètement ce qui va changer ? Parce qu'a part créer du boulot pour encore plus de parasites, je ne vois pas. Si vous me dites qu'on réduit de 80% les strates administratives diverses, qu'on va avoir des transports en meilleur état et que le logement va etre abordable, moins de pollution, alors je signe. Mais pour l'instant, je ne vois que l'inverse...
a écrit le 27/06/2013 à 18:29 :
Un truc pensé que par des politiques, du même bord en plus... Oh my god!!!
Combien ça va nous coûter....
Qd je vois en 10 sur Paris la bastos en impôt qu'on a pris....
G peur
Réponse de le 28/06/2013 à 11:18 :
MOI AUSSI !!!!!!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :