Uber : aux juges d'éviter une décision rétrograde

Les juges français doivent se prononcer ce vendredi le 12 décembre sur une plainte contre Uber. Tôt ou tard, ce modèle finira par s'imposer, comme il l' a fait dans un pays comme le Canada. par Vincent Delacre, Consultant en réingénierie (RB consulting)
Uber s'est déjà vu condamné une première fois à 100 000 euros d'amende en octobre pour avoir présenté UberPOP comme du covoiturage.
Uber s'est déjà vu condamné une première fois à 100 000 euros d'amende en octobre pour avoir présenté UberPOP comme du covoiturage. (Crédits : DR)
Tribune initialement parue le 27 novembre.

 Au Canada, l'arrivée sur le marché d'applications permettant à tout un chacun de s'improviser chauffeur a été bien accueillie. Les médias ont relayé la bonne nouvelle, la compagnie montréalaise Taxi Diamond a réagi à l'émergence de cette forme de concurrence de façon constructive : elle vient d'annoncer un plan de modernisation de son activité d'un million de dollars. En France, c'est une autre limonade. Uber cristallise les tensions. La « société de technologie » ayant lancé UberPOP, service permettant à des particuliers d'enfiler la casquette de chauffeur sur de courtes distances, et UberPool, variation sur le même thème offrant de partager à plusieurs tout ou partie d'une course en voiture, fait l'objet de violentes charges de la part des taxis et VTC.

 L'économie collaborative, pour la moitié des Français

Près de 50 % des Français ont eu recours à l'économie collaborative en 2014, et ce n'est pas près de s'arrêter. Selon PWC, le marché pourrait atteindre 270 milliards d'euros à l'horizon 2025, contre 12 milliards aujourd'hui. Pourtant, dans le même temps, le concept de consommation collaborative est encore mal identifié par les Français, qui sont seulement 40 % à en avoir déjà entendu parler, selon un sondage réalisé pour l'Institut national de consommation (INC).

Ce hiatus entre le taux de personnes ayant eu recours au modèle CtoC («consumer to consumer », terme désignant les transactions entre particuliers) et le taux de celles parvenant à mettre un nom sur ce nouveau paradigme s'explique. Née il y a une dizaine d'années, l'économie de partage se contentait dans ses balbutiements de valoriser la débrouille entre amis ou en famille. Le troc, l'achat/vente d'objets d'occasion, etc. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, ce qui n'était à l'origine qu'une façon alternative et confidentielle de partager des bons plans pour chouchouter son pouvoir d'achat est devenu un vrai business.

 Le partage des biens connaît un succès fracassant

96 % des Français connaissent le site Leboncoin.fr, et 73 % affirment l'utiliser régulièrement. Mais la plupart d'entre eux ne savent pas qu'en faisant des affaires sur ce site de petites annonces, ils participent déjà d'une forme de consommation collaborative. Les nouvelles technologies, en venant se greffer au modèle CtoC, ont donné une envergure considérable à un phénomène de niche. L'émergence de startups comme Airbnb, Blablacar ou encore Uber, services permettant de mettre en partage des biens entre particuliers et connaissant un succès fracassant, le dit assez.

 Uber symptomatique de l'évolution du secteur

Uber, justement, est symptomatique de l'évolution ultra-rapide du secteur. Trop rapide, en un sens, puisqu'en envoyant valser en un tournemain la conception traditionnelle que l'on se faisait de l'économie, reposant essentiellement sur le modèle BtoC (« business to consumer », terme désignant cette fois les transactions entre professionnels réglementés et consommateurs), Uber semble être allé plus vite que la musique. En France, la filiale UberPOP de la « société de technologie » californienne se trouve ainsi assignée en référé pour « concurrence déloyale ». A l'origine de la plainte, on s'en doute, taxis et VTC (voitures de transport avec chauffeurs) traditionnels.

 VTC et taxis manquent d'objectivité

Cette opposition se comprend. Comme l'explique l'économiste Robin Rivaton dans les colonnes des Echos, « au fond, il n'y a rien d'étonnant à ce qu'une résistance s'organise. On ne brandit pas fièrement un siècle d'existence en tant que profession réglementée sans un minimum d'expérience dans le lobbying et la fréquentation assidue des cours de justice ». Soit. Si l'on comprend les motivations des « anciens », on ne s'interdit pas pour autant de penser qu'elles sont un peu désespérées, et de mauvaise foi, davantage guidées par l'appât du gain que par l'éthique. En témoigne une récente déclaration (effarante de naïveté, à moins que de cynisme) de Benjamin Cardoso, fondateur de LeCab, une des sociétés de VTC ayant porté plainte contre Uber : « Si UberPOP est reconnu légal tous les VTC devront l'imiter ». Sous-entendu : « on n'a rien contre le système UberPOP, on le trouve même plutôt efficace puisqu'on est prêts à se l'approprier, mais d'ici là si on peut le faire interdire pourquoi pas, ça ne coûte rien d'essayer ». Ubuesque.

Si taxis et VTC manquent cruellement d'objectivité dans cette affaire, et qu'on ne peut donc attendre d'eux un avis éclairé sur l'émergence d'UberPOP, tous les yeux se tournent désormais vers les pouvoirs publics, avec l'espoir qu'ils fassent le bon choix, amendent une loi obsolète. A ce stade, un peu de benchmarking s'impose. La tête dans le guidon, ou plutôt le volant, on en oublierait presque de prendre un peu de recul. Au Canada, il est intéressant de constater que le Bureau de la concurrence, évoquant UberPOP, « est d'avis que ces modèles d'affaires innovateurs ont un grand potentiel d'offrir des bénéfices importants aux consommateurs, par l'intermédiaire d'une plus grande concurrence, qui devrait générer des prix plus bas, un plus grand choix et un meilleur service de qualité pour les consommateurs ». En sera-t-il de même en France ?

 La citadelle tombera...

Robin Rivaton en doute. Uber s'est déjà vu condamné une première fois à 100 000 euros d'amende en octobre pour avoir présenté UberPOP comme du covoiturage. Il craint que ce soit de nouveau le cas ce 28 novembre. Mais qu'importe, selon lui, « les politiques et les magistrats auront beau ériger de nouvelles barrières, hisser tous les ponts-levis et élargir les fossés pour bloquer Uber et les autres, la citadelle tombera car la multitude mène un formidable travail de sape souterrain ».

 C'est sans doute vrai. Il n'empêche, pour ne pas que la France s'établisse une solide réputation de nation rétrograde à l'international, pour ne pas que l'intitulé de la fonction d'Axelle Lemaire, notre ministre du Numérique et de l'Innovation, sonne creux, pour ne pas que les Français soient privés d'un moyen de faire des économies, souhaitons que la décision des juges soit la bonne. Dans le cas contraire, le signal envoyé au monde entier, et plus particulièrement aux acteurs des nouvelles technologies, serait mortifère.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 28
à écrit le 12/12/2014 à 19:16
Signaler
Cet article est affligeant , il n y a rien de solidaire dans UBER, UBER s en met plein les poches au détriment de tout la société !!!

à écrit le 12/12/2014 à 9:06
Signaler
En France, avec le système actuel les taxis ne sont pas assez nombreux et trop chers. Dans d'autres pays, les gens prennent le taxi après être allés au resto car ils sont sûrs d'en trouver un. Il y a donc moins de conducteurs alcoolisés. De même po...

à écrit le 11/12/2014 à 11:13
Signaler
Trop de réglementation, notre pays en est saturé. Il faut dire ce qu'il en est, beaucoup on peur de la "roulement de tambour" : Concurrence !

à écrit le 11/12/2014 à 9:31
Signaler
pour compléter ma réaction précédente, il ne s'agit pas d'économie collaborative ( pourquoi ne pas parler d'Economie Sociale et Solidaire!!) mais d'exploitation classique capitalistique avec une couche moderne qui peut faire illusion ( ou veut).

à écrit le 11/12/2014 à 9:27
Signaler
Article financé par Uber peut être pas mais méconnaissance complète de la réalité de Uber Pop particulièrement: course moins chère, naturellement mais à quel prix: tout est à la charge du " chauffeur" sauf le soft et l'Iphone prêté par Uber ( soft re...

le 12/12/2014 à 9:01
Signaler
Où est le problème ? Le chauffeur est libre d'accepter ou non . Pourquoi leur interdire ?

à écrit le 11/12/2014 à 8:55
Signaler
Si être rétrograde, c'est laisser faire n'importe quoi ou tout déréguler sous prétexte que cela se fait via un smartphone sur une application alors j'espère que les juges seront rétrogrades. Bientôt, ce monsieur viendra nous écrire un article pour n...

le 12/12/2014 à 14:16
Signaler
+ 1000

à écrit le 11/12/2014 à 7:40
Signaler
Au même titre que "le bon coin" qui est dans le collimateur du gouvernement et des professionnels de l'immobilier, cette application permet de contourner l'état (en l'occurrence des professions réglementées qui paient des taxes). Hors en France, l'ét...

à écrit le 29/11/2014 à 0:41
Signaler
Votre article a été financer par Uber pour vous une personne peut travaillée sans payee de charge social et ni reverser la TVA vous êtes un drôle de journaliste

à écrit le 28/11/2014 à 23:37
Signaler
Ce n'est pas bien accueilli au Canada, vérifiez vos sources!

à écrit le 28/11/2014 à 16:54
Signaler
Raisonnement un peu bizarre : un juge n'est pas censé faire de la politique, mais bien appliquer la loi. Que peut donc lui importer que la France passe pour rétrograde ? Ce n'est pas à lui d'en décider mais au législateur ! Donc la seule question est...

le 28/11/2014 à 21:02
Signaler
Uberpool est légal. C'est UberPop qui ne l'est pas....

le 11/12/2014 à 13:55
Signaler
C'est aussi ce dont j'ai l'impression. Et le dire n'est ni rétrograde ni non rétrograde. C'est la loi.

le 12/12/2014 à 9:31
Signaler
entièrement d'accord... et UBER est une société éminemment capitalistique...... et n'a rien à voir avec l'économie solidaire ou ,collaborative... c'est juste un vernis...... ça obliger les professionnel à se remettre en cause, mais les règles ne serv...

à écrit le 28/11/2014 à 13:54
Signaler
Il est mignon le journaliste. Planqué derrière son bureau. Je voudrais voir sa réaction s'il avait une boite de VTC et qu'il voyait ses clients partir les uns après les autres vers uberpop (100% defiscalisé) alors qu'il lui reste des charges, des sal...

à écrit le 28/11/2014 à 13:48
Signaler
Il est quand même assez consternant qu’un grand journal, qui plus est économique, ait une compréhension aussi faible du problème qui se pose. On mélange l’économie collaborative et le travail au noir, Le Bon Coin et UberPop. Qu’Uber ait amené une no...

le 28/11/2014 à 21:03
Signaler
Complètement d'accord. Article affligeant d'ignorance sur le sujet avec confusion des genres...

à écrit le 28/11/2014 à 0:00
Signaler
L'innovation numérique ne doit pas être un passe-droit. Par exemple, vous ne pouvez pas lancer une appli de jeux d argent comme le lotto car c est reservé à l'état. Uberpop est hors la loi. C'est tout.

à écrit le 27/11/2014 à 20:08
Signaler
Le problème de donner son avis sans bien connaître une industrie est qu'on finit par avoir une vision très superficielle et une opinion erronée. 1- Il ne faut pas confondre UBER-X, Lux, Black … et UberPop. UberPop c’est du transport de personne à ti...

le 27/11/2014 à 23:27
Signaler
un peu de bon sens dans ce commentaire! Uber Pop c'est la remise en cause intégrale du droit du travail, qui est certes bancal, mais qui n'est pas à jeter totalement, sous peine de revenir au moyen age: chacun pour sa peau, on prend les pièces que no...

le 28/11/2014 à 8:04
Signaler
Merci pour ces bons commentaires.

le 28/11/2014 à 11:08
Signaler
Uber finira par s'imposer... Je considère Uber et les autres comme des "leboncoin des taxis". Uber ne fait que de la mise en relation. C'est exactement la même chose dans le principe que AirBnB pour ceux qui connaissent. on ne s'improvise pas hôte...

le 01/12/2014 à 21:40
Signaler
C super uber Pop et c pas la même clientèle que les taxi trop cher et trop méchant

le 11/12/2014 à 13:22
Signaler
Pop tu travaille pour uber ? Pourquoi généraliser y'a des taxis gentils et des méchants comme dans la population , avec le travail au black de uber pop plus de charges sociales plus d'impôts , super le système , et un jour un viol ou un accident et l...

le 11/12/2014 à 13:28
Signaler
Les grands perdants se sont les compagnies de VTC , avec uber pop c'est plus ou moins la même clientèle . On a essaye de crée un métier chauffeur de VTC et la tout le monde peut devenir chauffeur , pour être taxis il faut passer un examen réglementai...

le 12/12/2014 à 9:11
Signaler
de toute facon la concurrence passera, et le monopole tombera, surtout pour les taxis vetustes avec chauffeur CRADO et impoli; voire pretentieux, et surtout non competents, ils vont vrev er, ...

le 04/05/2015 à 18:50
Signaler
Uber c'est comme la cigarette electronique, c'est beaucoup plus avantageux pour le consommateur, donc sa passera, perso en tant que tel, j'men balance des considerations des chauffeurs de taxi, j'ai pris 2-3 fois Uber, a chaque fois les conducteur et...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.