Pressions déflationnistes en zone euro : de pire en pire

 |   |  513  mots
Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision de Xerfi./ DR
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, la pressions déflationnistes en zone euro

Si ce n'est pas encore de la déflation cela y ressemble de plus en plus.

En décembre dernier, les prix à la consommation dans la zone euro ont reculé de 0,2%.  Excepté la courte parenthèse allant de l'été à l'automne 2009, jamais la progression de l'inflation n'a été aussi faible depuis la création de l'euro. Et ce panorama d'ensemble a du sens car tous les pays sont pris dans le même mouvement : parmi les 6 économies majeures eurolandaises,  il ne reste plus qu'un mince filet d'inflation en Allemagne et en France (+0,1%). Elle est déjà légèrement négative aux Pays-Bas, en Italie et en Belgique et s'enfonce encore plus loin en Espagne (-1,1%).

Le point de non retour de la déflation ?

Pourtant le décryptage des chiffres de l'inflation est rendu délicat car la baisse actuelle des prix est le produit de plusieurs facteurs dont tous ne sont pas négatifs. Depuis plusieurs mois maintenant, les prix du pétrole sont en chute libre. Exprimés en euros, les cours sont passés de près de 85 euros le baril à à peine plus de 40 aujourd'hui.

Une division par deux qui impacte directement la composante énergie de l'indice des prix à la consommation comme le montre sa superposition avec l'évolution du cours du brut : la baisse du pétrole c'est une contribution négative à l'indice général des prix d'environ de 0,7 point.

La baisse des prix est une bonne nouvelle

L'argent « économisé » par les ménages, par les entreprises sur la facture pétrolière peut servir à consommer d'autres biens ou services, ou à investir. Mais, il y aussi une autre tendance celle d'une pression générale très forte sur tous les biens manufacturés consommés : les prix sont là aussi sévèrement en baisse : -1,8%.

Hormis, la parenthèse de récession historique, jamais ils n'ont été aussi bas.

Et là, il n'est plus question d'exploitation de nouveaux gisements pétroliers où de hausse de la productivité. Non le recul des prix est ici la conséquence de la faiblesse des ventes, de carnets de commandes vides qui poussent toutes les entreprises de l'amont à l'aval à baisser leurs tarifs afin d'essayer de toucher une plus large clientèle. La faible demande est ici la cause de la déflation, mais la désinflation importée est là encore moins un facteur d'aggravation qu'un début de solution puisqu'elle redonne un peu de carburant à la reprise.

Reste l'évolution des prix des services

Les prix administrés sont là en effet là pour assurer l'essentiel et maintiennent artificiellement les prix à la hausse. Dans de nombreux cas, on le sait notamment dans les services BtoB, la compétition entre entreprises devient toujours plus vive.

Mais là encore, la baisse des coûts importés tend à desserrer l'étau sur les marges. En définitive, les symptômes de la déflation se sont renforcés. Mais pas nécessairement les causes.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/01/2015 à 6:41 :
Dans une version homérique, nous pourrions donc conclure que nous allons de charybde en scylla ;-))
a écrit le 31/01/2015 à 4:47 :
Chouette, la partie de Monopoly est bientôt terminée...
a écrit le 31/01/2015 à 3:52 :
Désolé, mais je n'ai pas compris la fin de votre exposé qui avait pourtant le mérite d'être court et clair.
En effet, vous écrivez en guise de conclusion : "En définitive, les symptômes de la déflation se sont renforcés. Mais pas nécessairement les causes".
So What ???
Renforcer les symptômes ? renforcer les causes ? Renforcer les symptômes des causes ?
Allez, encore un petit effort, les causes sont dans votre texte : faiblesse des ventes, compétition toujours plus vive !
Comme disait l'.autre : "un problème bien posé est déjà à moitié résolu !"
Maintenant comment augmenter les ventes et réduire la compétition ?
Il faudra bien un jour ou l'autre repenser la répartition des ressources et introduire un peu de protectionnisme, ne trouvez-vous pas ?
Sinon, au bout du chemin de la paupérisation (relative ou absolue...) que nous avons emprunté, on y trouvera rien de moins que la guerre (à commencer par la guerre civile mais pas toujours et en tous cas pas seulement ). A mon humble avis, nous sommes presque au bout de ce chemin...
Quant à l'idée d'une régulation mondiale qui circule épisodiquement, je pense qu'elle est extrêmement perverse (atteinte à la souveraineté...) et qu'en outre elle n'est pas accessible au genre humain vu en tant qu'animal opportuniste. Il y aura peut-être un jour une "intelligence artificelle" en lieu et place, mais ce sera pour notre plus grand malheur si l'on en croit Bill Gates, Elon Musk ou encore Stephen Hawking (voir leurs récentes déclarations)
a écrit le 30/01/2015 à 8:22 :
Des riches plus riches, des pauvres plus pauvres = le luxe et le low-cost en fête.Toute la beauté d'un système divergent...
a écrit le 29/01/2015 à 15:34 :
LA VRAIS DEFLATION N AI PAS ENCORE LA ? ELLES VAS VENIR? LA LES POLITIQUES CONPRENDRONT QU IL ONT TOUS FAUT ? MAIS QUI VAS PAYEZ LES DEGATS ? LE PEUPLE ???
Réponse de le 30/01/2015 à 10:15 :
Si vous pouviez avoir du respect pour les règles orthographiques et grammaticales...
a écrit le 29/01/2015 à 13:24 :
A jkarl : les avantages pour qui? Les Allemands n'auront pas intérêt à rester car cette zone en perdition ne représentera plus un débouché viable. On parle de réformes mais ce ne sont que postures et d'ici 2017 rien ne se fera. La montée des taux d'intérêt sera le coup de grâce. Personne ne peut réduire la dépense publique. C'est trop tard. Il restera un super DM dont la France sera exclue car 57% de dépenses publiques...ce n'est pas viable....
a écrit le 29/01/2015 à 12:34 :
Je crois que l'euro éclatera. C'est une question de temps. Les Allemands partiront avec leurs satellites et la France sera lessivée. Fini le modèle français, la gabegie publique et les leçons de morale. Va falloir défiscaliser le capital, travailler 40 h et se battre pour survivre dans la compétition mondiale. Le rêve socialiste mène à ça...
Réponse de le 29/01/2015 à 12:58 :
Cela fait pendant quelques années que certains annoncent la fin de l'euro. Moi, je n'y crois pas car les avantages sont plus nombreux que les inconvénients. Je sais que cela ferait plaisir pour tout ceux qui rêve à la fin du modèle français. Mais, le modèle se réforme progressivement quoique vous en pensiez. je suis un optimiste car je pense que la France est en trin de rebondir. Le quinquennat de FH sera plus réformiste que celui de NS.
a écrit le 29/01/2015 à 11:29 :
La déflation n'est un problème que pour ceux qui vivent à crédit au dessus de leurs moyens.
Réponse de le 29/01/2015 à 12:26 :
Comme les entreprises par exemple, qui ont besoin d'emprunter pour investir
Réponse de le 29/01/2015 à 15:26 :
Cela inclut tous les Français qui ne peuvent échapper au fisc. Les administrations s'endettent à notre place.
Réponse de le 30/01/2015 à 6:42 :
un problème pour tous le monde.
Même déjà avec ce que vous avez dis vous incluez tous le monde. mais la déflation c'est pas juste lié au détenteur de crédit y a tous le reste derrière investissement emploi stabilité plein de chose et non pas quelques chose de limité aux crédits
a écrit le 29/01/2015 à 11:22 :
Aaaah si messieurs les rentiers , votre lectorat ,n'avait pas confisqué l'économie a son profit...
Réponse de le 29/01/2015 à 11:35 :
Et la rente, vous croyez qu'elle sort d'où? Un travailleur honnête qui met de l'argent de côté pour se créer une rente n'a pas de comptes à vous rendre puisqu'il a déjà payé des impôts dessus. Et si vous n'êtes pas content, autant demander la confiscation du salaire de tous et la mise en place de bons d'état puisque que visiblement les prélèvement obligatoires ne vous suffisent pas.
Réponse de le 30/01/2015 à 10:17 :
Chut monsieur le bhl philosophe, ne dénoncez surtout pas les privilèges, ça ne passe pas sur ce site....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :