Automobile : pour une transition progressive et réaliste vers l'électrique

OPINION. Convenons-en, le cap est net mais de toute évidence, les échéances fixées pour l'atteindre sont irréalistes. Si rien ne change le tout électrique nous conduira collectivement dans une impasse ! Par Mathieu Seguran, Délégué général de la Fédération de la distribution automobile
(Crédits : DR)

Le projet de la Commission européenne de réduire à zéro les émissions de CO2 des voitures neuves en Europe, à partir de 2035, adopté par les 27 membres de l'Union européenne le 29 juin dernier va dans le bon sens. La mesure doit contribuer à atteindre la neutralité carbone à l'horizon 2050. Mais il faut impérativement revenir sur les délais fixés pour la mettre en œuvre. L'échéance doit être reculée de 2035 à 2040.

Pourquoi ?

Tout simplement parce qu'à ce jour la France ne compte que 62.000 bornes de recharge ! Le gouvernement prévoyait 100.000 bornes fin 2021, un an après nous en sommes loin.

Clairement le compte n'y est pas. Faute de temps pour déployer le dispositif de recharge d'ici à 2035 il sera impossible aux Français de rejoindre leur lieu de travail ou d'effectuer des déplacements dans certaines zones. La Fédération de la Distribution Automobile représente des professionnels de l'après-vente (distribution de pièces détachées et réseaux de garages) qui répondent chaque jour dans 1.300 points de vente et ateliers aux besoins de millions de Français pour leurs déplacements, dont les deux tiers se font en voiture. C'est pour cette raison qu'elle alerte depuis des mois les pouvoirs publics sur un phénomène social massif : l'incapacité pour beaucoup de nos concitoyens à s'équiper d'une voiture de nouvelle génération ! En d'autres termes les ménages les plus modestes choisissent la réparation car ils sont des millions à ne pouvoir renoncer à brève échéance à leur véhicule au profit d'une version électrique par manque de moyens financiers.

Les chiffres parlent d'eux-mêmes pour le second trimestre 2022 : la croissance de l'activité des métiers représentés par la FEDA dans le véhicule léger est en vive progression. Au cours du printemps 2022 on constate une hausse de +12% à comparer aux exceptionnels résultats de l'an passé (+29,5%) A noter que par rapport à 2019, le secteur accentue encore son avance avec une croissance de quasiment 13%.

En revanche le marché du neuf ne cesse de s'éroder et, avec à peine 1,65 million de véhicules immatriculés en 2020 comme en 2021, il atteint des niveaux historiquement bas - il faut remonter à 1975 pour trouver des ventes plus faibles.

C'est dans ce contexte que la Commission européenne envisage d'interdire en 2035 les ventes de véhicules neufs à essence ou diesel, au profit de voitures 100% électriques ou à hydrogène. Les autres motorisations - thermiques et hybrides - seraient donc proscrites. Une telle trajectoire sera d'autant moins soutenable sur le plan social qu'au même moment sont mise en place, d'ici à 2025, les zones à faibles émissions (ZFE) dans 45 métropoles et agglomérations. Représentant le tiers de la population française, ces métropoles risquent de constituer, pour les populations vivant en périphérie, des zones interdites ! Inutile de rappeler que les mobilités quotidiennes ont été à l'origine, avec la hausse des prix à la pompe, de la plus longue et de la plus violente crise sociale des cinq dernières années, celle des Gilets jaunes.

Clairement, nous n'avons pas, pour le moment, les moyens d'avancer dans cette voie sans conséquences sociales et industrielles graves.

Nous alertons le nouveau gouvernement sur le rejet que cette mesure suscitera dans les classes moyennes. Cette privation de mobilité pourrait déboucher une nouvelle fois sur une révolte sociale forte.

Certes, les 27 membres de l'Union, sous l'influence de certains pays, ont accepté de faire une place aux technologies alternatives comme les carburants synthétiques ou les motorisations hybrides rechargeables, si elles permettent d'atteindre l'objectif final. Le dispositif adopté en ce mois de juin 2022 pourra être révisé en 2026 à l'aune des évolutions technologiques.

Les Français comprennent très bien que la voie tracée pour la décarbonation des transports et plus globalement, pour la transition énergétique, est incontournable mais, comme nous-mêmes professionnels, ils doutent de la capacité de notre pays à rattraper le retard accumulé.

Les enjeux sont aussi internationaux. La France, qui cherche à sortir de la dépendance du gaz et du pétrole russe, se mettrait ainsi sous l'emprise de la Chine d'où provient une grande partie des terres rares. Pour atteindre la neutralité carbone en 2050, l'Union européenne aura besoin, pour s'équiper en batteries, de 35 fois plus de lithium qu'aujourd'hui. Jusqu'à 26 fois plus de terres rares seront nécessaires, deux fois plus de nickel, sans parler du cuivre dont les besoins croissent également très rapidement. Tous ces éléments indispensables aux équipements de demain (voitures électriques, rotors d'éoliennes, unités de stockage...) actuellement contrôlés par... la Chine !

La France ne peut gérer sans risque cette conversion, avec de surcroît, la moitié du parc nucléaire à l'arrêt ! EDF vient d'ailleurs de rendre public les prévisions de production d'électricité dans notre pays : alors qu'en 2018 la France produisait 393 TWH elle n'en sortira plus de ses centrales que de 300 à 330 en 2023 !

Une solution évidente s'impose : la transition progressive !

Inutile de nier la réalité, la France et les autres États de l'UE ne seront pas prêts pour 2035. Forcer ainsi le destin serait folie. Le parc thermique compte près de 44 millions de véhicules. Il ne disparaîtra pas du jour au lendemain ! Il faut donc le rendre moins polluant. Pour cela l'entretien est une manière d'accompagner en douceur la transition et de réduire les tonnes de CO2 produites au quotidien.

La France doit peser de tout son poids dans la suite du processus décisionnel à Bruxelles pour obtenir ce délai. C'est à ce jour la seule solution pour éviter à notre pays une nouvelle crise sociale, et à l'Europe un accident industriel majeur !

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 24/09/2022 à 14:40
Signaler
Pro domo attendu... Si les gens ont des problèmes pour entretenir leur véhicule thermique, c'est surtout en raison des marges gigantestques que l'industrie se fait sur les pièces détachées. Ainsi que le coût horaire qui est facturé pour qu'un technic...

à écrit le 24/09/2022 à 9:54
Signaler
Merci pour cet article réaliste, sans réorganisation totale du travail, sans rapprocher le travail des gens, comme vous dites leur lubie c'est l'impasse assurée et c'est pas le télétravail qui va tout régler. Sinon je pense que de bons vélos électriq...

à écrit le 23/09/2022 à 16:11
Signaler
Tout cela est effrayant, les élus sont vraiment "hors sol". Il faut que ce soit des gens de terrain; distributeurs de pièces de rechange, réparateurs qui anticipent le fait que leurs clients à faible pouvoir d'achat ne pourront plus utiliser leur véh...

à écrit le 23/09/2022 à 10:36
Signaler
En fait l objectif de nos dirgeants est probablement de reduire la place de la voiture. donc en rendant l achat d une voiture plus chere, en rendant impossible la recharge on arrive a l objectif de facon detourné. En soi c est pas forcement une mauv...

à écrit le 23/09/2022 à 9:59
Signaler
Il serait bien plus avantageux de nous apprendre le moyen de se "passer" de l'automobile et de son infrastructure routière ! ;-)

à écrit le 23/09/2022 à 9:25
Signaler
"aura besoin, pour s'équiper en batteries, de 35 fois plus de lithium qu'aujourd'hui" d'après un article l'autre jour la future e-308 ne contiendra pas de lithium du tout, miracle de Peugeot ? Mails il faut d'autres éléments (métaux, etc). Une techno...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.