Covid  : pourquoi obliger le port du masque ? !

 |  | 750 mots
NE NOUS FÂCHONS PAS ! Chaque semaine, l'Odissée (*) présente une chronique proposant un Discours de la méthode 2 ! Aujourd'hui : pourquoi obliger le port du masque ?!

La virulence du coronavirus a chuté. Si la vigilance reste de mise, l'obligation du port du masque ne l'est plus. Après l'affolement, voici venu le temps de la sérénité. Le confinement a stoppé la société. Pourquoi donc faudrait-il recommencer ?

Une prise de recul sur les différentes causes de mortalité en France et l'histoire des épidémies mondiales permet de comprendre que le respect des distances physiques sans masques suffit tant que le virus ne mute pas.

La Covid et les causes de mortalité en France

 Avec 30.000 morts au second trimestre 2020, puis environ 1.500 au trimestre, où se situe l'impact sanitaire de la Covid ?

Le cancer fait 158.000 morts/an, soit cinq fois plus que la Covid. Les infarctus et le tabac génèrent 80.000 morts/an chacun, soit près de trois fois plus chacun. L'alcool engendre 40.000 morts/an, soit un tiers de plus.

Par contre, les accidents de la vie courante et les suicides produisent chacun 21.000 morts/an, soit un tiers de moins que la Covid. Quant aux accidents de la route, ils ne sont plus la cause que de 3.500 morts/an), soit presque dix fois moins que la Covid.

-

graph

-

La Covid et les grandes épidémies passées

 Si la Covid est loin d'être la première cause de mortalité, elle reste une épidémie qu'il fallait endiguer. Avec 800.000 morts dans monde, soit 0,01 pour cent de la population mondiale à ce jour, qu'elle a été l'ampleur de cette épidémie ?

La peste noire, à compter de 1348, a produit 50 millions de morts, soit 12% de la population mondiale. La peste de Justinien, à compter de 570, en a généré 25 millions, soit 10% de la population mondiale. Même proportion de mortalité pour la peste Antonine en 170, dont les 5 millions de morts représentaient aussi 10% de la population d'alors. Pour chacune de ces pandémies, le ratio de morts dans le monde est environ cent fois plus élevé que celui de la Covid.

Au début du XXe siècle, l'estimation moyenne de décès dus à la grippe espagnole est de 35 millions, soit 3% de la population. Un ratio encore trente fois plus élevé que celui de la Covid.

Plus récemment, la grippe de Hong Kong a fait mourir un million de personnes dans le monde, soit 0,04% de la population. Tout de même quatre fois plus que la Covid.

-

graph

-

 La Covid au troisième trimestre 2020

Sans confinement et même sans obligation de porter de masques, la Covid n'a plus tué en France que 1.500 personnes, soit environ 6.000 en rythme annuel. La tendance est proche de celle des accidents de voitures, réduits grâce aux vitesses réduites, pare-chocs renforcés et ceintures de sécurité obligatoires. Sauf à ce que le professeur Didier Raoult, l'ancien président de la Haute Autorité de Santé Jean-Luc Harousseau ou l'ancien président de la commission des maladies transmissibles du Haut Conseil de la Santé publique ne constatent une recrudescence de la létalité de la Covid : il ne faut pas reconfiner.

-

graph

-

Au-delà de la distanciation physique et du port du masque en situation rapprochée, nous devons sortir de l'émotion et tendre vers la rationalité : apprenons à mieux respecter les personnes, les faits et les idées... dans ce domaine comme dans tous les autres !

____

NOTES

(*) Afin d'éviter les écueils des faux dialogues générateurs de suspicion, de rupture et de conflits, La Tribune ouvre ses colonnes à l'Odissée. Pilotée par son directeur et expert de la dialectique, Jean-François Chantaraud, la chronique hebdomadaire « Ne nous fâchons pas ! » livrera les concepts, les clés opérationnelles de la méthode en s'appuyant sur des cas pratiques et sur l'actualité.

L'Odissée, l'Organisation du Dialogue et de l'Intelligence Sociale dans la Société Et l'Entreprise, est un organisme bicéphale composé d'un centre de conseil et recherche (l'Odis) et d'une ONG reconnue d'Intérêt général (les Amis de l'Odissée) dont l'objet consiste à "Faire progresser la démocratie dans tous les domaines et partout dans le monde".

Depuis 1990, l'Odissée conduit l'étude interactive permanente Comprendre et développer la Personne, l'Entreprise, la Société. Dès 1992, elle a diffusé un million de Cahiers de doléances, ce qui l'a conduit à organiser des groupes de travail regroupant des acteurs des sphères associative, sociale, politique, économique qui ont animé des centaines d'auditions, tables rondes, forums, tours de France citoyens, démarches de dialogue territorial et à l'intérieur des entreprises.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/09/2020 à 22:07 :
"Respecter les personnes, les faits et les idées", dites-vous? Vous pourriez commencer par respecter notre intelligence! Avant de faire un graphique qui compare des mortalités annuelles et des mortalités trimestrielles, ça ne vous est pas venu à l'idée de ne mettre que des mortalités trimestrielles, question d'avoir au moins L'AIR honnête?
Descartes doit se retourner dans sa tombe! Discours de la méthode 2! Quelle blague!
De plus, le chiffre de 30 000 n'est pas une mortalité sans confinement, ça ne montre pas la létalité de la maladie hors confinement.
Et bien sûr, après avoir annoncé qu'on allait parler du masque, il n'en est plus question par la suite. Si j'investissais en écoutant des analystes dans votre genre, je serais rapidement ruiné!!
a écrit le 01/09/2020 à 16:52 :
La seule vraie question intéressante est, me semble-t-il : « Jusqu'à quand va-t-on être obligé de porter ces « conneries » ?
a écrit le 31/08/2020 à 16:01 :
La peste noire qui a tué environ, les recensements étaient difficiles à l'époque on se doute, la moitié des européens du 14ème siècle à savoir 25 millions de personnes en seulement 5 ans, plus 25 millions répartis jusqu'au 19ème. Belote et rebelote.

Rendez-vous compte que je viens d'écouter tranquillement des présentateurs télés nous affirmer, trouver normal même, tranquillement avec cette froideur habituelle qui caractérise les dictatures, que les enfants de maternelle ne pourrons plus jouer à leurs jeux habituels, déjà que les rentrées ne sont pas simples pour les tout petits si en plus on leur enlève des repères fondamentaux on va pas faire des générations d'étudiants hein.

On est chez les fous c'est une certitude et on se doute tous qu'il y a un loup quelque part, alors on se demande bien ce que cela peut être, voilà ce qui occupe nos esprits en ce moment mais insister de la sorte à imposer le masque c'est vraiment mal jouer même si les populations citadines sont particulièrement obéissantes et c'est bien pour cela qu'ils veulent tous nous y parquer dans leurs villes d'ailleurs.
a écrit le 31/08/2020 à 15:49 :
Le seul problème c'est que l'on connaît les conséquences supposées mais pas le virus par lui même et donc, encore moins ses possibles mutations supposées!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :