Enterrer la "gauche de gouvernement", est-ce enterrer la gauche ?

 |   |  1786  mots
Deux candidats, deux gauches et pas d'avenir ?
Deux candidats, deux gauches et pas d'avenir ? (Crédits : Reuters)
Manuel Valls et les partisans d'Emmanuel Macron accusent Benoît Hamon de "dérive gauchiste". Une accusation tactique, mais qui masque la réalité de l'échec de la social-démocratie gestionnaire

La campagne du deuxième tour des primaires de la Belle Alliance Populaire (« BAP ») a pris les oripeaux anciens des débats internes au sein de la gauche européenne : celle d'une gauche « de gouvernement », « raisonnable et gestionnaire » qui serait incarnée par Manuel Valls, ancien premier ministre et représentant de l'aile droite du parti socialiste (PS) s'opposant à une gauche « de protestation », « rêveuse et utopique » que représenterait Benoît Hamon. Ce type de débat est vieux comme la gauche et opposait déjà - sous des formes différentes - les Marxistes aux Utopistes avant 1848, Eduard Bernstein à Karl Kautsky cinquante ans plus tard et Lénine à son opposition de gauche peu après (c'est la raison de son pamphlet "le gauchisme, maladie infantile du communisme").

La fonction de l'épouvantail

Les partisans de Manuel Valls avaient toutes les raisons de relancer ce vieux débat sur le « vote inutile » contre Benoît Hamon : l'ancien premier ministre est en position de faiblesse et une telle accusation envers son adversaire oblige à se défendre et à faire les preuves d'une capacité à gouverner. D'autant que ceci revient, évidemment, à instiller un soupçon de « populisme », ce qui, dans le contexte actuel, pose un problème certain pour Benoît Hamon. Le risque que met en avant les partisans de Manuel Valls et, déjà, ceux d'Emmanuel Macron, prêts à accueillir dans leur camp les électeurs déçus du PS, c'est une « extrême-gauchisation soft » du PS, comme le dit un chroniqueur politique. Une tendance qui, selon lui, ramènerait le PS aux expériences de Bernie Sanders aux Etats-Unis, Jeremy Corbyn au Royaume-Uni ou Podemos en Espagne. Le parti socialiste deviendrait alors un parti de « témoignage » inutile politiquement. Sa mort serait alors inéluctable.

Ne pas confondre causes et conséquences

En suivant cette logique, sauver le PS se serait donc l'ancrer dans la « culture de gouvernement » qui lui permettrait de s'occuper de la « réalité ». Mais cette logique se fracasse sur une autre réalité que « les réalistes » oublient :  les expériences gouvernementales des Sociaux-démocrates ont conduit à des échecs cuisants un peu partout dans le monde occidental. Podemos, Jeremy Corbyn, le Sinn Féin irlandais, le PTB belge, Die Linke en Allemagne empêchent sans doute certes désormais les Sociaux-démocrates d'arriver au pouvoir, mais ils ne sont que les conséquences de la réaction des électeurs de gauche aux politiques menées par le PSOE espagnol, le Labour de Tony Blair ou la SPD de Gerhard Schröder. Autrement dit, c'est bien la politique menée par la « gauche de gouvernement » qui a conduit à la rupture de l'électorat de gauche et à sa division. Poursuivre la politique qui a conduit à cette division ne permettra pas de recréer l'unité et jeter des anathèmes sur des positions qui, jadis, étaient utilisées par les Sociaux-démocrates pour l'emporter dans les urnes ne contribuera qu'à renforcer encore le caractère irréconciliable de cette division.

Échec de la gauche de gouvernement

Le PS français est en phase terminale non pas parce qu'il va choisir Benoît Hamon. Il l'était précédemment et le renoncement du président sortant, une première depuis 1958, en est la preuve absolue. Du reste, Manuel Valls peut prétendre ce qu'il veut, il n'a objectivement pas davantage de chance que Benoît Hamon de remporter l'élection présidentielle. Le PS de François Mitterrand avait pu rallier des électeurs de la gauche au centre, celui de François Hollande s'est aliéné ceux de la gauche et du centre. Si la faible cohorte de ceux qui restent fidèles au PS cherche son salut sur la gauche, c'est qu'ils prennent acte de l'échec immense que la « gauche de gouvernement » incarnée par le duo Hollande-Valls et qui a conduit le parti de 28,63 % des voix en 2012 à moins de 10 % sans doute en avril... Dès lors, deux choix se présentent à eux : ou poursuivre cette stratégie perdante, ou reconstruire un projet cohérent pour préparer l'avenir.

Son inutilité

Force est de constater que c'est bien la « gauche de gouvernement » qui apparaît aujourd'hui comme inutile. Quel est son projet ? Sur le plan économique, il se limite à une « gestion au mieux », autrement à l'application progressive et adoucie des « réformes », donc la politique de dévaluation interne. Ce projet est un suicide politique. Non seulement il aliène la partie de l'électorat qui rejette cette application de la politique de l'offre et recherche une alternative, mais il fait également fuir ceux qui croient sincèrement au libéralisme social (c'est-à-dire dans l'apport social du libéralisme) et dans les réformes. Ceux-là, en ce début d'année 2017 en France, tendent à aller voir du côté d'un Emmanuel Macron qui se garde bien, de son côté, de s'affirmer de gauche, préférant se placer dans une position « progressiste » et « réformiste » au-delà des clivages traditionnels. Et pour une raison simple : conseiller de François Hollande et ministre de Manuel Valls, il doit tout faire pour éviter qu'on lui rappelle que, lui aussi, fait partie de cette "gauche de gouvernement". Le ralliement d'une grande partie des cadres PS sera, du reste, un défi, pour l'ancien banquier...

Le divorce avec les classes populaires

La « gauche de gouvernement » se dit « réaliste » parce qu'elle accepte une vision dominante de l'économie. Mais en renonçant à tout projet de transformation et même d'évolution sociale, cette gauche abandonne de facto les victimes de ces politiques à qui elle demande en permanence de prendre leur mal en patience et de « souffrir pour leur bien ». Elle se tourne contre ses propres électeurs, par exemple en adoptant les accusations de « privilégiés » contre les salariés en CDI ou les chômeurs, selon les réformes à défendre. Ceci est absolument mortel politiquement, comme l'a montré le cas de la SPD allemande, longtemps présentée par les chroniqueurs français comme l'horizon final du PS français et le nec plus ultra de la social-démocratie, c'est-à-dire du Bien (on se souvient de la requête d'un journaliste à François Hollande début 2014 : « mais pourquoi ne dites-vous pas que vous êtes social-démocrate ? »). Entre 1998 et 2013, la SPD a perdu 9 millions de voix sur 20 millions ! C'est pourtant là une gauche de gouvernement assumée...

Le destin des Sociaux-démocrates : devenir supplétifs de l'austérité

Le problème, c'est que, inutiles pour les victimes de la mondialisation, incapables pour les partisans des « réformes »,  la « gauche de gouvernement » est devenue de plus en plus une coquille vide, réduite en France à tenir un discours sécuritaire qui lui aliène ses derniers défenseurs... Elle n'a alors plus qu'une fonction, celle d'être une force d'appoint aux « réformistes » conservateurs, ce qui achève de la discréditer. C'est l'histoire du Labour irlandais, du PvdA néerlandais ou du Pasok grec, qui connaissent le même sort que s'apprête à vivre le PS français pour avoir été les « idiots utiles » de l'austérité. Voter social-démocrate, dans ce cas, revient à donner une forme de blanc-seing à un opportunisme débridé et sans vergogne. On comprend que les électeurs néerlandais qui ont porté Jeroen Dijsselbloem au poste de ministre des Finances et qui ont subi sa violente politique d'austérité ne soient guère tentés de renouveler ce choix. Et ce n'est pas le fruit d'une « extrême-gauchisation » qui conduira le PvdA à passer de 24 % des voix voici cinq ans à 10 % le 15 mars prochain...

Renouveler l'offre

La responsabilité de l'échec actuel revient à ceux qui ont gouverné au nom du PS, non pas à son opposition interne qui a été muselée par l'usage de tous les moyens constitutionnels internes. On peut penser ce que l'on veut des propositions de Benoît Hamon qui, par ailleurs, ne sont pas proches de celles de Jeremy Corbyn ou de Podemos, mais du moins ont-elles l'ambition de renouveler la position idéologique du PS et de lui redonner une forme d'utilité. La ferveur du débat sur le revenu universel est un succès de ce point de vue. Évidemment, ceci ne permettra pas de gagner l'élection de 2017. Mais, qu'on le veuille ou non, la primaire de la « BAP » n'avait pas pour fonction de désigner un candidat à l'Elysée. Il s'agissait de désigner un perdant chargé de reconstruire une offre politique. Poursuivre l'offre proposée par François Hollande en 2017 et qui s'est fracassée en un échec historique immense eût été illogique et tout aussi suicidaire que de tenter de refonder le parti sur sa gauche.

La politique est une dynamique. Les idées qui apparaissent comme les plus folles peuvent devenir plus tard des évidences. L'impôt sur le revenu était un « crime contre la propriété » pour Adolphe Thiers en 1870 et a été violemment combattu par la droite française qui a fini par l'adopter. Le rôle d'un parti politique n'est pas seulement d'imposer ses hommes dans les ministères et de se distribuer les places, c'est aussi de préparer l'avenir par des idées nouvelles qui finissent par s'imposer. Longtemps, cela a été la fonction de la gauche, y compris dans l'opposition.

Réalisme, quel réalisme ?

L'époque oblige à renouveler son statut idéologique. La mondialisation financière a conduit à des déséquilibres sociaux et géographiques profonds, tandis que l'innovation technologique menace les emplois et les niveaux de vie et que l'investissement faible grève la croissance future. Ces situations amènent à des demandes d'alternative dont profitent les partis nationalistes, en France et ailleurs. Dans ces conditions, la position de la « gauche de gouvernement » qui demande l'acceptation de cette situation et l'acceptation de l'impuissance du politique est intenable. Elle est, en réalité, le fruit d'un manque de réalisme sur la situation économique. Si la gauche veut survivre, elle doit accepter de se reconstruire et de rebâtir un projet crédible et fondé sur le réel, non pas se contenter de courir après des places pour, une fois les avoir obtenues, ne rien faire au nom du « réalisme ».

De ce point de vue, la cure d'opposition des gauches européennes est plus que nécessaire. Et la tentation de s'appuyer sur la gauche de la social-démocratie traduit surtout une volonté de retrouver la vocation réellement réformisme du mouvement : celle qui veut améliorer le capitalisme et non pas se contenter de le « gérer ». Ce sera un long travail, mais c'est à ce prix que la social-démocratie pourra retrouver une base sociologique stable et pourra survivre politiquement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/01/2017 à 23:47 :
"sauver le PS se serait donc l'ancrer"
sauvons la langue française :'(
a écrit le 26/01/2017 à 12:34 :
dès les années 70 la gauche n'a été qu'un leurre pour les masses laborieuses , également la droite , la société s'améliora pour le plus grand nombre lorsqu'ils en auront vraiment pris conscience que leur sort et ceux de leurs enfants n'est plus viable et cela commence pour beaucoup .
a écrit le 25/01/2017 à 18:31 :
Bravo pour cet article dur avec les socialistes, qui le méritent pleinement mais assez sympathique malgré tout car leur montrant du doigt là où en effet ils font n'importe quoi depuis 30 ans maintenant le pire est que cela empire.

Bon maintenant vu que ce ne sont que des socialistes ils ne devraient que regarder votre doigt, dommage parce que votre article est remarquable, je ne pensais pas lire une critique aussi juste, intelligente et mesurée sur cette énorme problème démocratique car le fait que la sociale démocratie ne fasse que copier les parties de droite est une faillite totale de notre système législatif, entres nombreuses autres bien entendu..

Vous avez secoué le cocotier comme il le fallait mais j'ai bien peur qu'il n'y ai plus rien à récolter.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :