Primaire de la gauche : le ton monte entre Valls et Hamon

 |   |  647  mots
Entre Benoît Hamon et Manuel Valls, le deux finalistes de la primaire organisée par le Parti socialiste, le ton monte entre les deux tours. Manuel Valls, surtout, ne ménage pas ses piques.
Entre Benoît Hamon et Manuel Valls, le deux finalistes de la primaire organisée par le Parti socialiste, le ton monte entre les deux tours. Manuel Valls, surtout, ne ménage pas ses piques. (Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)
La Tribune publie son "journal de campagne" quotidien, reprenant les principaux faits et déclarations des candidats (et de leurs soutiens) à la présidentielle de 2017. Aujourd'hui : Hamon et surtout Valls ne ménagent pas leurs coups.

Avant le débat qui va les opposer mercredi 25 janvier à 21 heures sur TF1, France 2 et France Inter, Benoît Hamon et Manuel Valls, les deux finalistes de la primaire organisée par « La belle alliance populaire » s'affrontent, parfois durement, à travers les ondes. Manifestement, Manuel Valls a décidé de frapper fort pour tenter de combler son retard et séduire de nouveaux électeurs.

Valls ne veut plus dire s'il soutiendra Hamon

L'ancien Premier ministre, ne voulant surtout pas endosser le costume du perdant a refusé sur France Info, de se prononcer sur la question de savoir s'il soutiendrait Benoît Hamon si celui-ci sortait vainqueur de la primaire :

"Je ne répondrai pas à cette question parce que j'en vois tous les pièges. J'attends dimanche et je fais campagne pour gagner." Et d'ajouter : "J'ai déjà dit que les règles de la primaire seraient respectées, j'ai fait la démonstration suffisamment de fois que je respectais les règles. Vous êtes dimanche soir, nous sommes mardi, je respecterai les personnes et le candidat mais je veux de la clarté."

Manuel Vall, intervenant lundi 23 janvier au « JT » de TF1 a également lancé à propos du programme économique de Benoît Hamon : "Il est le chantre de la fin du travail", à propos de l'idée de revenu universel chère à son opposant ; "ça va se traduire par plus d'impôts et la ruine de notre budget", alors que lui défend le "sérieux budgétaire et la société du travail". Sur la laïcité aussi, Manuel Valls juge que Benoit Hamon "est ambigu sur ces questions".

Bien entendu, Benoit Hamon a répliqué. Sur LCI, il a lancé : "Ne pas avoir une vision dévoyée de la laïcité (...). On me fait le procès de quoi ? D'être élu de banlieue [il est député de Trappes, Yvelines, NDLR], d'être confronté à la réalité de ce communautarisme que je combats autrement que par des mots."

Sur Europe 1, Benoît Hamon a d'ailleurs prié Manuel Valls "de faire attention à ses mots". Le décor est planté pour le débat de mercredi soir...

 Du « Bug » à l'erreur humaine dans le décompte des voix

Le moins que l'on puisse dire, c'est que ça la fiche mal ! Un véritable pataquès s'est produit rue de Solférino, au siège du PS, dans le décompte des voix au premier tour de la primaire dimanche 22 janvier. Lundi 23 au matin, le site internet où sont publiés les résultats affichait environ 350.000 votes supplémentaires par rapport au dimanche soir... Mais, le résultat en pourcentage obtenu par chacun des concurrents, lui, était strictement identique. Ce qui statistiquement parlant s'avère hautement improbable. Après avoir évoqué un « bug » informatique, Christophe Borgel, responsable de l'organisation de la primaire a expliqué qu'il s'agissait en réalité d'une « erreur humaine » :

"Le permanent a mis sur la page du site [...] le nouveau nombre de votants sans chercher à regarder où on en était des résultats. Il n'y a strictement aucune manipulation »

In fine, selon les toutes dernières estimations, il y aurait eu environ 1,6 million de votants. Il n'empêche, un doute s'est installé dans les esprits sur la fiabilité du nombre réel des votants.

Immédiatement, Manuel Valls a demandé que tout soit « irréprochable » pour le second tour du scrutin dimanche 29 janvier.

Et aussi.

 François de Rugy, candidat du parti écologiste à la primaire, qui a obtenu 3,82% des voix au premier tour, a décidé de ne pas choisir un candidat pour le second tour : "Ni Benoît Hamon ni Manuel Valls n'ont apporté des éléments nouveaux pour justifier un éventuel soutien." "Je ne me résous pas aujourd'hui à devoir choisir entre écologie et responsabilité."

 Bernard Kouchner, ancien ministre de François Mitterrand et de Nicolas Sarkozy a décidé d'apporter son soutien à Emmanuel Macron

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/01/2017 à 17:23 :
il s'agit d'un duel socialiste(hamon) contre la droite (valls).
Le p^remier a des positions socialistes, se préoccupant donc des questions sociales.

Le second a des positions qui sont plus celles du centre droit, et de la droite que des positions de gauches.
C'est pour ça que sa politique et celle de hollande ont été rejetés par beaucoup de gens de gauche, et que hollande se retrouve dans la mouise.
Valls se prétend le rassembleur, alors qu'avec ses positions à droite, il ne peut que diviser la gauche.
Pour rassembler la gauche il faut être porteur de valeurs de gauche, et non juste agiter un panache où serait écrit gauche .
a écrit le 25/01/2017 à 12:41 :
Il s'agit d'un duel Socialiste ( Valls ) Communiste (Hamon)
a écrit le 25/01/2017 à 11:24 :
la petite musique de Valls aura eu son raison échec...le peuple sera toujours souverain
a écrit le 25/01/2017 à 11:24 :
la petite musique de Valls aura eu son raison échec...le peuple sera toujours souverain
a écrit le 25/01/2017 à 8:30 :
A Retraite:
Le Maroc, pays de liberte ! Diantre
Vous devriez vous documenter un peu.
Allez- y vivre, vous dechanterez vite.
Changez de destination tant qu'il temps.
a écrit le 25/01/2017 à 8:26 :
Primaire de la gauche : le ton monte entre Valls et Hamon,

ce qui est clair, ce qui est certain,

c'est que Valls 1er Ministre porte la très lourde responsabilité de la rétrogradation régression dramatique de la France dans tous les domaines économiques et sociétaux,

Valls n'a fait que d'aggraver l'étalement de la pauvreté et la misère en France

In finé le trio infernal VallsMacron-Hollande est un clône du trio Sarkozy-Fillon-Copé

avec ses comportements emportés colériques et méthodes quasi dictatoriales Valls incarne le délitement du PS

la France ne veut pas d'un Valls qui voudrait faire peur et terroriser les citoyens en manipulant les termes de "guerre" à "tous bout de champ" de façon inappropriée
Réponse de le 26/01/2017 à 21:30 :
" VallsMacron-Hollande est un clône du trio Sarkozy-Fillon-Copé" entièrement d'accord et ce qui est le plus inquiétant c'est que dans ces noms un sera surement le prochain président... Vivement que les citoyens se réveillent..
a écrit le 25/01/2017 à 8:22 :
Douce France, cher pays de mon etc....
J'ai helas quitte ces contrees benies pour des cieux plus exposes.
Au final, je vis tres heureux, sans crainte d'etre agresse, vole, voire assasine.(rayer la mention inutile)
C'est cela la France d'aujourd'hui.
Franchement, je vous la laisse.
Neanmoins, bon courage a tous; ca va saigner....
a écrit le 25/01/2017 à 8:13 :
Le débat important concerne la notion d'allocation universelle. Woerth a évoqué cette idée mais sans suite. Macron ne semble pas intéressé par cette idée. Qui en parlera?
a écrit le 24/01/2017 à 23:54 :
Après tout c'est le PS qui a crée la primaire à la française et celle de 2011 a été un succès à tous point de vue.
La primaire de gauche aurait donc du être un exemple de rigueur et d'organisation.

Sauf qu'entre 2011 et 2017, la gestion hollandaise a fait perdre au PS 60% de ses militants, une bonne dizaine de millions d'euros en cotisation et une bonne partie de ses élus de terrain.
Difficile avec seulement 40 000 militants démotivés de tenir 7500 bureaux de votes. En 2011, il y avait plus de 150 000 militants PS mobilisables.

D'où les bugs à répétition, la faible participation et la dispersion (par chez moi, il fallait faire 30km dans la neige pour accéder au bureau local).
a écrit le 24/01/2017 à 23:15 :
Soyons un peu plus clair et disons quel électorat drague Hamon avec ses ambiguïtés sur la laïcité 'pour ne pas parler de complaisances)... élu à Trappes... tout est dit.
a écrit le 24/01/2017 à 22:47 :
Avec les voix de Montebourg, Hamon a la majorité et plus de 20 points d'avance sur Valls. Et à cause de son foutu caractère Valls ne séduit personne donc il a perdu et le vit mal.

C'était couru d'avance. Si les français de gauche n'ont pas voulu que Hollande se représente ce n'est surement pas pour mettre à sa place le fossoyeur des promesses du Bourget.

Il n'y a pas deux gauches irréconciliables, il y a seulement des gens qui se prétendent encore socialistes alors qu'il sont en fait des modem, des UDF, des centristes de droite... Les plus lucides ont rejoints Macron, qui est le successeur de Giscard.
Réponse de le 26/01/2017 à 21:34 :
Valls est un petit prétentieux imbu de lui même qui ne connais rien de la vie des Français... Il a un parcours presque identique à celui de Sarkozy, il a juste perdu la présidentielle lorsqu'il a accepté de devenir premier ministre... Finalement même Sarkozy (pourtant très prétentieux et imbu de lui même et très très mauvais politicien) semble meilleur stratège...
a écrit le 24/01/2017 à 20:11 :
Encore une cyber attaque de Poutine ...!
a écrit le 24/01/2017 à 18:49 :
Hamon va emporter la primaire....certes pour au final faire 6% à la présidentielle, c'est courru d'avance. Tout comme Fillon qui atteindra péniblement 16% à égalité avec Mélenchon....le choix se fera entre Macron et Lepen sauf catastrophe industrielle entre temps....
a écrit le 24/01/2017 à 17:47 :
Séparez-les, quelqu'un ! Dieu du Ciel, pourvu qu'il ne se reprenne pas une torgnole !...
Mais ces deux-là nous feront mourrir de rire ! Les autres aussi, du reste.
Ciao
a écrit le 24/01/2017 à 17:46 :
Séparez-les, quelqu'un ! Dieu du Ciel, pourvu qu'il ne se reprenne pas une torgnole !...
Mais ces deux-là nous feront mourrir de rire ! Les autres aussi, du reste.
Ciao
a écrit le 24/01/2017 à 15:27 :
De Perreti, Kouchner qui soutiennent Macron, ben oui ça fait longtemps qu'ils ont pas été ministres, ils aimaient bien avoir des chauffeurs.

Avec des soutiens comme ça...
Réponse de le 24/01/2017 à 22:38 :
Gattaz et Minc...

En fait si j'étais Macron, je serais inquiet du dernier cité.

Minc a systématiquement misé sur le mauvais cheval électoral ces 30 dernières années.
Réponse de le 25/01/2017 à 10:58 :
Merci pour cette précision, mais je pense vraiment qu'il est difficile de distinguer le pire entre Kouchner; Gattaz, Minc et De Peretti ! Même si moi aussi j'aurais peut-être une petite préférence pour minc...

Bref ça sent totalement l'imposture le truc là.
a écrit le 24/01/2017 à 15:24 :
les français ne veulent pas du désordre:si Vals,Hamon et Macron continuent,un seul homme(Hollande) pourra revenir faire la synthèse et ramener un peu d'autorité a la tete du ps.Hollande sera probablement le dernier rempart face a Fillion le prédateur social ou le désastre MLP
Réponse de le 24/01/2017 à 17:06 :
Nous allons voter fn et quitter ce pays anti social pour le Maroc pays de la liberté
Réponse de le 24/01/2017 à 18:31 :
Bon voyage et surtout ne revenez pas en enfer vous serez tellement mieux au paradis!
Réponse de le 26/01/2017 à 21:38 :
Vous vous trompez le seul et l'unique qui aurait fait venir un max de citoyens pour voter pour lui c'est DSK. Mais comme la gauche semble préférer les fessés déculotter, en mai ils perdront...
a écrit le 24/01/2017 à 14:51 :
tous les mêmes hypocrisie plus plus
petite retraite 1000 euros seule le loyer 50 % Du budjet ( 600) plus 25 % EDF ET GDF LOYER loyer HLM CONDUIRE LE PEUPLE DROIT DANS LE MUR RAS LE BOL
APRES AVOIR BIEN TRAVAILLER
le fn en 2017
a écrit le 24/01/2017 à 14:34 :
Hamon contre Vals, c'est la France en ruine contre la France dans le mur. Belle perspective !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :