Et si l'épargne responsable contribuait à construire un modèle économique et social plus solidaire  ?

 |  | 799 mots
(Crédits : George Hodan / PublicDomain / CC0)
OPINION. Si la crise sanitaire nous a fait collectivement basculer dans un avenir incertain, elle a en revanche fait émerger une certitude : le besoin de plus de solidarité. Le fameux « monde d'après » devrait-il faire preuve de plus de solidarité ? Solidarité internationale, intergénérationnelle, familiale ou encore sociale, d'après une récente étude réalisée par OpinionWay, les Français aspirent à un monde plus solidaire. Et si le champ de la solidarité traditionnelle et attendue en temps de crise, s'élargissait pour inclure un volet économique et financier plus responsable, la marche du monde en serait-elle radicalement changée ? Jean Sébastien Antoniotti, Président des associations ANPERE et ANPERE Retraite (*), revient sur la question et plaide pour le développement d'une épargne mieux maitrisée et plus responsable.

Si l'importance des liens intergénérationnels n'était déjà plus à démontrer avant la crise covid-19, elle est aujourd'hui renforcée et plébiscitée par les Français. Véritable vecteur de cohésion sociale, l'intergénérationnel est au cœur des enjeux sociétaux et des aspirations collectives et individuelles. Il s'agit d'un facteur de mieux-vieillir pour les aînés, mais également d'un élément fondateur du mieux vivre ensemble pour tous, qui favorise une société plus humaine.

Une étude récente OpinionWay (1) le démontre avec force : le renforcement des solidarités entre les âges est avéré, notamment auprès des plus âgés de même qu'un resserrement des liens au sein de la famille. Un Français sur deux a effectué un geste d'entraide au sein du cercle familial pendant le confinement et trois Français sur quatre jugent que les liens entre générations se sont renforcés au cours de cette même période. Si la hausse de ces comportements apparait comme une tendance forte des deux dernières années, elle s'est particulièrement accrue pendant la période de crise sanitaire. On ne peut que se féliciter que les Français aient de telles aspirations responsables pour leur futur immédiat ou plus éloigné.

En parallèle et de façon logique en situation de relative visibilité face à l'avenir, les comportements sont conservateurs : les Français dépensent et consomment moins maintenant ainsi leur argent sur leur compte courant.

Ne faire aucun effort et conserver son argent, voilà un mirage pour tenter de compenser le caractère anxiogène d'une période troublée. En effet ne pas s'occuper de son épargne avec une stratégie raisonnée peut conduire à une perte de pouvoir d'achat.

Dans cet environnement complexe, changer de démarche et structurer son approche de manière globale et individualisée est une réponse adaptée pour mieux maitriser son avenir. On ne le répètera jamais assez, reprendre en main sa stratégie d'épargne, c'est une question de sérénité et pas simplement financière.

Dès lors, la question qui se pose est de savoir comment croiser deux aspirations en apparence contradictoires : organiser son épargne tout en agissant pour un monde plus généreux. Comment mener cette démarche et, plus largement, effectuer un changement de paradigme ?

Bien que soutenu par six Français sur dix (2), et alors que notre pays connaît la plus grave récession depuis les années 1930, l'investissement socialement responsable peine à s'imposer. Au-delà du souhait des Français à « placer utile », des incitations sont depuis peu mises en place par les pouvoirs publics via, par exemple la Loi Pacte. Il est désormais possible et simple d'investir responsable c'est-à-dire dans des projets qui donnent du sens en plus du rendement et contribuent à un monde plus durable et respectueux des liens humains essentiels.

Pour de nombreux acteurs du secteur de l'économie sociale et solidaire promoteurs d'une finance responsable auprès des épargnants le moment est particulièrement propice à un tel changement. Ne devons-nous pas nous mobiliser collectivement pour agir en ce sens ?

L'autre grand axe qui doit permettre à chacun de devenir maître de sa stratégie d'épargne passe par un effort de pédagogie. Alors que nous allons toutes et tous avoir besoin d'une épargne plus conséquente pour assurer notre propre protection et celle de nos proches (retraite, dépendance, aide intergénérationnelle), la pédagogie de la part des acteurs de la finance doit se renforcer. La méconnaissance en matière de finance de nombreux Français est un frein à cette prise en main pourtant nécessaire aujourd'hui. La diversification de l'épargne et sa rationalisation passent nécessairement par une éducation et un apprentissage.

J'appelle de mes vœux une plus grande prise de conscience du rôle crucial des acteurs du secteur de la finance tant du point de vue de la pédagogie que de la réflexion sur des produits d'épargne en phase avec les nouvelles aspirations des Français. Gageons que cette crise nous aura toutes et tous fait grandir en rendant nos épargnes plus responsables.

--

(1) L'étude « Perception et comportement des Français à l'égard du lien intergénérationnel » OpinionWay pour ANPERE, a été réalisée en ligne du 30 avril au 4 mai 2020 auprès d'un échantillon de 1000 Français représentatif de la population française et constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d'âge.

(2) 10e enquête Ifop pour le Forum de l'investissement responsable et Vigeo Eiris septembre 2019

___

(*) Par Jean Sébastien Antoniotti, Président des associations ANPERE et ANPERE Retraite

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2020 à 9:31 :
Et si l'épargne dite "responsable" contribuait au contraire a détruire plutôt qu'à construire "ce modèle économique et social plus solidaire"? Les décisions sont prise par ceux qui améliore "leurs intérêts" au dépend du plus grand nombre!
a écrit le 16/09/2020 à 18:34 :
et comme toujours on demande au peuple de faire des efforts
alors que nos dirigeants eux ne pense que taxes
quand vont ils remettre la fiscalité a égalité avec les autres pays européens
qu"ils arrete de penaliser la france
a écrit le 16/09/2020 à 17:10 :
Et si, bien au contraire, il ne fallait pas de cet épargne... pour construire un modèle économique et social plus solidaire, parce orienté vers des intérêts privés?!
Nous verrions sans doute le véritable modèle se construire naturellement!
a écrit le 16/09/2020 à 12:22 :
mais oui, les francais sont pour la solidarite en general, et l'investissement responsable et solidaire en particulier
je traduis ' je veux de la solidarite vers moi, et je veux des imbeciles qui financeront de bons investissements gratuits pour que j'ai un tarvail bien paye ou je ne travaille pas trop'........
au passage, balancer la solidarite familliale au milieu, c'est melanger des choux et des carottes.....on comprendrait d'un stagiaire premiere annee, mais venant d'un institut comme ca ca releve de la malhonnetete intelectuelle!
effectivement, les gens vont certainement donner, mais a leurs enfants, pour les enfants des autres ils sont deja passes a la caisse
et l'etat l'a bien compris vu qu'il a sorti un rapport comme quoi il faut confisquer l'argent des successions car ca cree des inegalites ( et accessoirment ca remplit les caisses, hein).......
la france devarait arreter de jouer avec le feu, ca peut vite tres mal tourner
a écrit le 16/09/2020 à 12:12 :
Avec des ultralibéralistes déchainés et poursuivant les autorisations de fabricants de produits nocifs?

Ou alors espérant faire financer par les gens les conséquences?

La destruction programmée de l'état social, pour ensuite en plus parler de solidarité lorsqu'il y a une explosion des mises a la rue?

Franchement avoir le président du pays qui fait l'inverse, le concept et le climat du pays allant avec, vous allez parler de solidarité?

Pourquoi pas remarque, actuellement nos impôts ne sont t'il pas solidaires des entreprises?

Au vue des sommes que l'on verse, la ou l'on laisse les gens tomber dans la rue, le mot de solidarité paraît du coup incroyablement cynique !

La seule solidarité qu'il y a en France, c'est celle des hauts fonctionnaires pour se refiler les postes, pour le reste je ne vois pas.....
a écrit le 16/09/2020 à 12:07 :
Bref, si j'ai bien saisi le texte, on demande a ceux qui ont des pepites de cote de les investir dans des trucs incertains ?
Faut arreter de prendre les gens pour des imbeciles.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :