Épargne : des rencontres virtuelles partout en France pour sensibiliser à l'investissement

Les régulateurs financiers organisent cet automne une quarantaine de webinaires en région. Objectif : rappeler aux particuliers les enjeux autour de l'épargne dans un contexte de taux durablement bas et de relance économique, transmettre les fondamentaux en matière d'investissement et prévenir les arnaques, de plus en plus nombreuses sur internet.
Photo d'illustration. Ces rendez-vous viennent à point nommé à l'heure où le gouvernement souhaite orienter l'épargne des Français vers le financement de l'économie en cette période de relance.
Photo d'illustration. Ces rendez-vous viennent à point nommé à l'heure où le gouvernement souhaite orienter l'épargne des Français vers le financement de l'économie en cette période de relance. (Crédits : AdobeStock)

L'Autorité des marchés financiers (AMF) et l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) viennent de donner le coup d'envoi des "Rendez-vous de l'Épargne" : des conférences en ligne, sur inscription, dédiées au grand public pour l'informer sur les enjeux de l'épargne. Des rendez-vous dans une quarantaine de villes de la France métropolitaine sont prévus du 15 septembre au 19 novembre.

Cette initiative s'inscrit dans le cadre de la stratégie nationale d'éducation financière, mise en place dès 2016 et orchestrée par la Banque de France. Objectif : que l'éducation financière fasse partie du patrimoine des Français, alors que leurs connaissances en la matière sont très peu développées. Selon une enquête de la Banque de France, réalisée en 2018 auprès d'un échantillon de plus de 2.100 personnes, 77% des Français interrogés jugeaient leurs connaissances financières moyennes ou faibles.

Développer les bons réflexes

"L'objectif de ces rendez-vous est de développer chez les épargnants les bons réflexes, les bonnes questions à se poser, et de prévenir les arnaques, notamment celles qui utilisent la puissance d'internet et des réseaux sociaux", expose Claire Castanet, directrice des relations avec les épargnants et de leur protection à l'AMF.

Les organisateurs insistent sur le fait qu'il s'agira d'un conseil désintéressé, apporté en toute neutralité et qui répondra à des critères d'intérêt général.

Initialement, ces conférences devaient démarrer au printemps dernier. Elles ont été reportées en raison de la crise sanitaire. Elles devaient aussi accueillir le public dans des lieux physiques.

Derrière les "Rendez-vous de l'Épargne", il y a une volonté d'établir "une communication de proximité et la dimension territoriale est très importante", explique Claire Castanet. "Avec la crise sanitaire, il a fallu réfléchir à une autre formule qui garde l'esprit de sensibilisation et de proximité", poursuit-elle.

Les organisateurs ont donc opté pour une approche hybride, reposant sur des conférences en ligne mais animées en région par différents acteurs locaux.

Des acteurs locaux

"Chaque webinaire sera donc animé par deux chargés de mission depuis une succursale de la Banque de France en région. Chacun sera introduit par le directeur de la Banque de France locale. L'occasion de faire un point sur la conjoncture locale, mais aussi sur les spécificités d'un univers de taux durablement bas qui change les points de repère par rapport à la performance de l'épargne", détaille Claire Castanet.

Dans certains cas, ces conférences accueilleront des invités, à l'image de Guy Grandgirard, président de l'Association de défense des consommateurs en France, qui interviendra à Nancy et Metz, les 16 et 22 septembre prochains. Des professeurs d'université pourront aussi partager leur point de vue et expertise, notamment en matière de finance comportementale.

Quelque 700.000 investisseurs peu expérimentés

Ces rendez-vous viennent à point nommé à l'heure où le gouvernement souhaite orienter l'épargne des Français vers le financement de l'économie en cette période de relance. Pour rappel, les ménages français ont accumulé quelque 85,6 milliards d'euros d'épargne entre janvier et juillet dernier.

Ces conférences semblent d'autant plus importantes que les particuliers manifestent un regain d'intérêt pour la Bourse.

Lire aussi : Bourse : en pleine crise, le courtage en ligne bat des records historiques

"700.000 nouveaux investisseurs particuliers ont acheté des titres du SBF 120 entre novembre 2019 et fin août 2020. Par nature, ces nouveaux investisseurs, n'ont pas ou peu d'expérience et il est primordial de rappeler les fondamentaux comme la diversification, le profil de risque, les questions de performance ou encore de liquidité", souligne Claire Castanet.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 12/09/2020 à 11:09
Signaler
Dans la réalité ( non le virtuel et le blabla ) Les taux bas sont utiles pour les classes supérieures : pas pour les épargnants Français ( les ménages ) dire cela est un grand mensonge . Monsieur Macron et son équipe avant et après ont enrichi ces ...

à écrit le 12/09/2020 à 11:08
Signaler
Dans la réalité ( non le virtuel et le blabla ) Les taux bas sont utiles pour les classes supérieures : pas pour les épargnants Français ( les ménages ) dire cela est un grand mensonge . Monsieur Macron et son équipe avant et après ont enrichi ces ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.