Inflation : la menace fantôme

 |   |  1223  mots
Marc Guyot et Radu Vranceanu.
Marc Guyot et Radu Vranceanu. (Crédits : Reuters)
ANALYSE. Aujourd'hui, le comportement de l'inflation est la grande inconnue économique, et donc le plus grand risque pour les prochaines années. Comment peut-elle évoluer? Par Marc Guyot et Radu Vranceanu, Professeurs à l'ESSEC.

La crise sanitaire a provoqué une crise économique d'une ampleur sans précédent, confirmée par les chiffres de la croissance du premier trimestre. En France, Italie, Espagne la baisse de l'activité est de l'ordre de 5% d'un trimestre à l'autre. Aux Etats-Unis, frappés plus tardivement par la crise sanitaire, le recul est de 1,2% mais les chiffres du deuxième trimestre (T2) seront bien pire. Pour l'instant, l'inflation est plutôt en chute (0,4% en avril en zone euro et 1,5% aux Etats-Unis en mars contre 2,3% en février). Ces chiffres pourraient laisser penser que, l'ampleur mise à part, la configuration de cette crise ressemble à la crise des subprime de 2009 et à la crise de la dette européenne de 2012 avec un risque de déflation.

La caractéristique spécifique de cette crise est qu'elle engage à la fois la demande et l'offre globale. Depuis 1929-1933, les crises de demande sont connues et sont traitées avec des outils également bien connus de stimulation de la demande via des relances monétaires ou fiscales.

Choisir entre deux maux

La dernière crise d'offre majeure date des années 1970 lorsque la hausse brutale des prix du pétrole avait apporté la « stagflation », une situation d'augmentation à la fois du chômage et de l'inflation. Une crise de ce type place les gouvernants dans le dilemme de devoir choisir entre les deux maux. A l'époque, on avait fini par comprendre que la bataille pour l'emploi ne pourrait pas être gagnée avant d'avoir réussi à stabiliser les prix.

Aujourd'hui, le comportement de l'inflation constitue la plus grande inconnue, et donc, le plus grand risque pour les années à venir. Si le virus semble être sous contrôle, les confinements assouplis, les écoles ré-ouvertes, les salariés prêts à reprendre le travail et la demande prête à repartir, qu'en est-il de l'offre de biens et services ?

Il est à craindre qu'il y ait de fortes difficultés à l'allumage. Les nouvelles normes sanitaires, les règles de distanciation physique sur le lieu de travail (4m2 par employé en France), le maintien massif du télétravail, l'impossibilité de prendre les transports sans risque, les angoisses des uns et des autres face à la maladie, les pénuries de matériaux, les chaines de production dysfonctionnelles, les tensions politiques avec la Chine, la faible mobilité des travailleurs temporaires dans l'agriculture feront que les coûts de production vont inéluctablement augmenter de manière substantielle. Les entreprises devront répercuter ces surcouts sur leur prix ou sortir du marché.

Les producteurs automobiles en Allemagne sont les premiers à connaitre ce renchérissement des coûts, vu les difficultés auxquelles sont confrontés les équipementiers. L'agriculture européenne est touchée par l'absence de travailleurs temporaires et les prix des biens alimentaires en ville ont augmenté de 3,5%.

Si la crise provoque un trop grand nombre de faillites ou d'arrêt de certaines lignes de produits, la conséquence automatique sera un accroissement de la concentration industrielle donc un accroissement du pouvoir de marché des firmes survivantes créant les conditions d'une inflation structurelle.

Il est paradoxal de constater que seule une demande faible serait de nature à maintenir les prix sous contrôle. La préoccupation des gouvernements, américains et européens, est au contraire d'ouvrir les vannes pour augmenter les dépenses et les transferts « coûte que coûte » c'est-à-dire quasiment sans limite. Injecter de cette façon des revenus dans une économie à offre contrainte est la manière la plus directe de ressusciter l'inflation.

En 2007-2008, les banquiers centraux ont réussi à convaincre les acteurs que leur action de création monétaire était sous contrôle. En Europe, le jeu de rôle entre le gouvernement allemand et la Banque centrale européenne (BCE) autour du Fiscal Compact (des règles budgétaires plus strictes) et le programme Outright Monetary Transaction (OMT) (le soutien possible aux États en défaillance) avait convaincu les agents privés que la BCE maintiendrait par-dessus tout son objectif de stabilité des prix. Aujourd'hui, cette confiance commence à être mise à mal par les achats massifs d'obligations publiques d'Etat fortement endettés et par des prêts à des banques qui n'ont pas d'autre choix que de soutenir des entreprises dont un grand nombre risque la faillite.

Si les anticipations d'inflation refont surface, un cercle vicieux peut s'enclencher car cela provoquerait l'augmentation des taux d'intérêt de long terme renforçant ainsi les difficultés financières des États, ménages et entreprises endettés. Les négociations salariales deviendront plus ardues et ceci malgré le chômage massif. Le retour de l'inflation amènerait les banques centrales à ralentir leurs politiques d'achat d'actifs, ou du moins de ne plus le prolonger, ce qui ferait peser une menace sur la capacité de renouvellement des dettes des États les plus fragiles comme l'Espagne et l'Italie.

La baisse significative du prix de pétrole

Les sceptiques d'un retour possible de l'inflation pointent la baisse significative du prix de pétrole et de l'énergie en général, conséquence directe de la chute de la demande d'énergie. En réalité, il s'agit d'une situation de court terme. La rigidité conjointe de l'offre et de la demande de pétrole font que le prix réagit fortement même à des faibles variations de la demande. Aujourd'hui, la baisse massive des prix a provoqué l'arrêt d'un grand nombre de puits, une forte baisse des investissements des grandes compagnies pétrolières et les premières faillites des petites compagnies surendettées. Un retournement de la demande aura dans un premier temps un effet de yo-yo sur les prix qui pourront accélérer très vite.

Notre analyse suggère que les nouveaux types de surcoûts qui vont accompagner le déconfinement, ajoutés à la concentration industrielle, seront des facteurs inflationnistes importants en fin 2020, sur fond d'une offre de liquidités très probablement excessive. Pour gérer au mieux la politique macroéconomique, les gouvernements doivent modérer leur enthousiasme en matière de nouvelles dépenses publiques, le temps que l'offre revienne à une forme de normalité. Ce retour ne peut être que très progressif. Les États ont un rôle important à jour pour protéger la concurrence et empêcher la concentration des secteurs. Ils doivent continuer à soutenir les entreprises solvables mais illiquides. En revanche, ils ne doivent surtout pas lancer à l'aveugle des programmes de demande majeurs sous peine de voir l'inflation resurgir anéantissant 30 années d'efforts pour bâtir une crédibilité des banques centrales et replongeant les économies dans une crise économique interminable.

Face à un choc qui semble toucher l'ensemble des pays (choc symétrique), les organisations internationales (FMI, OCDE) évoquent de plus en plus le besoin de coordination des politiques budgétaires. A cet égard, Il faut être bien plus précis. En effet, si le choc sanitaire a bien touché l'ensemble des pays, certains d'entre eux comme la France, l'Italie ou l'Espagne, faute de moyens sanitaires suffisant, ont imposé des mesures de confinement très strictes qui ont profondément dégradé l'offre de biens. C'est dans ces pays qu'une relance budgétaire non-maitrisée engendrerait le plus grand risque d'inflation. Les politiques de demande doivent être ajustées en fonction de la capacité de l'offre à revenir à la normale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/05/2020 à 23:47 :
Enfin un article de bon sens dans ce climat ou la folie de tous les dirigeants, en tous cas des états et de la bce, unanimes pour distribuer des revenus imaginaires, est incroyable !

Or c'est simple comme bonjour, + de revenus pour la même production, cela augmente le prix des biens. Sinon ça serait trop facile on ne ferait que distribuer des revenus imaginaires depuis la nuit des temps et on vivrait au paradis...

En réalité on a oublié cela et on a oublié que la bce fera "whatever it takes" pour maintenir l'inflation proche de 2%. Depuis 12 ans elle fait des efforts pour la relever car elle est trop basse, mais que fera-t-elle quand elle sera trop élevée ? Elle n'en aura RIEN à faire du taux de chômage. Elle a un mandat à respecter, point.

Et ça criera au scandale sans jamais avoir compris 1/ que la recession 2020 était annoncée dès l'inversion de la courbe des taux US 2019 suite à une folie d'endettement depuis des années 2/ que la durée et l'ampleur excessifs de ce confinement ont décuplé l'impact qu'elle aurait dû avoir 3/ que ce n'est pas la politique de rigueur de 2021-2022 consécutive au revirement de la bce de fin 2020 qui causera la récession-dépression mais que celle-ci est inévitable dès aujourd'hui suite aux points 1/ et 2/
a écrit le 08/05/2020 à 8:13 :
Cet article n’envisage l’inflation que sous l’angle de l’offre et de la demande.
Ce n’est pas sous cet angle que les français l’appréhendent aujourd’hui.
La question dans la tête de beaucoup, c’est le rôle que peut jouer l’inflation dans la déflation de la dette.
a écrit le 07/05/2020 à 10:37 :
Bien sûr, il vaut mieux faire du chômage que de l'inflation : protéger les rentes et les rentiers d'abord !
C’est ce qu’on a fait pendant trente ans, et c’est pour ça qu’on a eu droit aux Gilets Jaunes.
Et ce n’est pas du tout ce qu’on a fait la dernière fois que l’économie française s’est arrêtée pendant deux mois : après mai 1968, on a augmenté le Smic de 30% et tout est reparti bien vite après.
On doit pouvoir en faire autant avec les salaires de tous ceux qui se sacrifient depuis le début du confinement : infirmières, salariés de l'agroalimentaire et de la distribution, du nettoyage, éboueurs, policiers, postiers, guichetiers, pompiers etc... ?
On remontera les prix après, comme ça tout le monde paiera pour eux, et ça ne sera que justice.
Et le reste, on s’en f…: tous ces brillants raisonnements ne mènent nulle part.
a écrit le 07/05/2020 à 6:08 :
Comment croire que l'inflation pourra etre limitee avec les tombereaux de billets imprimes par la bce. Voir les cour de l'euro / $ depuis trois mois.
La chute continue va encherir les achats hors europe, le petrole va remonter, ne vous y trompez pas, n'oubliez pas au passage les taux directeurs, ce n'est que le debut.
In fine, les ecos des epargnants seront la variable. Arnaque a tous les coups.
a écrit le 06/05/2020 à 21:55 :
Bon et l'indexation des revenus sur l'inflation, la fixation des prix par décrets, la planification économique et les nationalisations....ça attendra le covid 20 ? Quand il ne vous restera plus que ça peut-être vous déciderez vous à ouvrir un manuel d'économie marxiste. En attendant bon courage avec tonton Friedman et tata Walras.
a écrit le 06/05/2020 à 16:48 :
Si j’ai bien saisi leurs hypothèses, la pandémie favoriserait une monopolisation de certains marchés suite à une réduction du nombre des entreprises produisant pour ceux-ci.
En ajoutant les aides massives européennes et nationales en liquidités , l’inflation pourrait être mortifère pour l’économie nationale.
Pour sauvegarder un effet concurrence, on pourrait sauvegarder les secteurs à risque mêmes si cela génère un effet d’aubaine pour certaines entreprises.
Mais encore faut -il avoir suffisamment d’acuité sur les marchés pour être résilient .
Je crains qu’une forte pression lobbyistes et un certain puritanisme néolibéral viennent quelque peu obscurcirent la vision de nos dirigeants sectaires.
a écrit le 06/05/2020 à 13:37 :
Le retour de l'inflation est inéluctable. La question est de savoir jusqu'où elle peut être supportable, voire utile. Le risque est un emballement incontrôlable dont les conséquences sont inimaginables.
a écrit le 06/05/2020 à 13:25 :
"" France, l'Italie ou l'Espagne, faute de moyens sanitaires suffisant,""
disons que la france est un des pays ou le systeme de sante( public) coute le plus cher, donc faut pas se tromper de guerre!
disons qu'il y a des pays sovietiques desorganises ou les batailles sont gerees par nivelle et weygand depuis le chateau de vincennes
et des pays reactifs ou les decisions peuvent etre prises sans besoin d'oukaze; ca n'enleve pas le pb, ca permet de le resoudre plus vite
think global act local, comme on dit
pour l'espagne et l'italie, c'est le temperament latin du non respect des regles, plutot, a mon avis ( cf maires italiens qui promettent le lance flamme a ceux qui ne respectent pas le confinement)
Réponse de le 06/05/2020 à 21:50 :
Vous oubliez l'Angleterre dans votre brillante analyse. Alors ? Caractére latin ou organisation soviétique....je vous suggère 40 années de néo libéralisme sauvage avec comme point culminant la loi Bachelot-Sarkozy...niet ?
a écrit le 06/05/2020 à 11:57 :
Pas de demande, pas d'inflation; stimuler une demande par la publicité sans que l'offre soit présente participe a l'inflation au même titre qu'une mauvaise réponse a une demande! L'inflation est le moteur permettant de répondre a une demande mais l’excès d'offre casse l'inflation et se n'est pas la publicité qui redressera le problème!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :