La relation Australie-France peut-elle être sauvée après l'abandon du sous-accord ?

OPINION. L'accord sur les sous-marins français a offert à l'Australie un moyen de diversifier ses partenaires internationaux au-delà de ses alliés traditionnels, les États-Unis et le Royaume-Uni. Maintenant, cette relation est en lambeaux. Par Romain Fathi, Flinders University et Claire Rioult, Monash University (*)

9 mn

Emmanuel Macron en compagnie de Scott Morrisson le Premier ministre australien
Emmanuel Macron en compagnie de Scott Morrisson le Premier ministre australien (Crédits : PASCAL ROSSIGNOL)

Le langage diplomatique français peut être subtil. Lorsque Canberra a annoncé son brusque changement de politique étrangère et sa décision unilatérale de se retirer de son contrat avec le constructeur de sous-marins français Naval Group, les ministres français des Affaires étrangères et de la Défense ont publié une très courte déclaration pour « noter » la « décision malheureuse ».

Mais ne vous y trompez pas. Derrière un langage diplomatique feutré, Paris est furieux et il y aura des répercussions pour l'Australie.

Les médias français ont été beaucoup moins retenus dans leurs réactions, utilisant des termes comme « stabbing », « backstabbing » et « trahison ».

Tout n'est pas une question d'argent. La France est le troisième distributeur mondial de systèmes d'armes. L'affront vient plutôt de la manière dont Canberra a annoncé la décision : à travers les médias.

Laissées dans l'ignorance du changement soudain d'avis de l'Australie, la France et l'Union européenne plus largement sont désormais confrontées à une refonte radicale de leur doctrine diplomatique et militaire dans la région indo-pacifique dans un délai très court.

On peut s'attendre à quatre conséquences majeures de l'annulation de l'accord de 90 milliards de dollars australiens sur les sous-marins avec la France.

1 - Possibles représailles économiques de la part de l'UE

Dans le sillage du Brexit, le Royaume-Uni et l'Australie renégocient actuellement des accords de libre-échange avec l'UE. Il ne fait aucun doute qu'une sorte de représailles économiques viendra désormais à la fois contre la Grande-Bretagne et l'Australie par le biais de la législation de l'UE.

Avec la démission prochaine de la chancelière allemande Angela Merkel , le président français Emmanuel Macron aura le droit de façonner ces ALE, ce qui signifie que l'Australie pourrait se trouver la porte de l'Europe et ses marchés bloqués pour les décennies à venir.


À lire aussi : Après le Brexit, la meilleure option pour l'Australie est un pacte commercial avec l'UE


Par exemple, la France était censée contribuer à faciliter l'accord Australie-UE sur les ressources minières, notamment . Ce soutien est désormais susceptible d'être retiré.

Le parlement français pourrait également refuser de ratifier l'ALE une fois celui-ci officialisé. L'un des principaux politiciens libéraux français, Renaud Muselier , appelle l'UE à suspendre complètement les négociations avec l'Australie.

2 - Perte d'entraînement et de perfectionnement en défense

L'ensemble de l'écosystème high-tech construit autour de Naval Group en Australie, et en Australie du Sud en particulier, va désormais disparaître.

L'effet d'entraînement de cette décision sera important. Au cœur du contrat avec la France figurait l'emploi et la formation de la main-d'œuvre australienne pour, à terme, prendre le contrôle complet de la flotte de sous-marins.

Il s'agissait de l'autosuffisance australienne et de la souveraineté nationale. Désormais, les nombreux Australiens formés en France dans le cadre du « futur programme sous-marin » ne termineront probablement plus leurs programmes d'échange et d'apprentissage.


À lire aussi : L'entreprise française DCNS remporte la course pour construire la prochaine flotte de sous-marins australiens : les experts répondent


De même, certains sous-traitants français de Naval Group dans les domaines de la cybersécurité, des télécommunications et du spatial sont également susceptibles de quitter l'Australie ou de réduire leurs activités , mettant ainsi fin à tout transfert de technologie et de montée en compétences des Australiens.

L'ancien Premier ministre Paul Keating a fait remarquer que le nouvel accord sur les sous-marins nucléaires avec les États-Unis et le Royaume-Uni entraînera

une nouvelle perte dramatique de la souveraineté australienne, car la dépendance matérielle vis-à-vis des États-Unis a privé l'Australie de toute liberté ou choix dans tout engagement que l'Australie peut juger approprié.

3 - L'Australie-Méridionale perdra d'autres investissements

De nombreux effets se feront également sentir au-delà du secteur de la défense.

Depuis 2016, le gouvernement d'Australie-Méridionale a tiré parti de l'accord sur les sous-marins pour attirer un certain nombre de grandes multinationales françaises dans l'État et créer un Bureau de la stratégie française pour accélérer les entreprises franco-australiennes.

L'Australie-Méridionale a également établi une relation sœur avec la région de Bretagne en France, résultant en des échanges culturels et éducatifs .

De plus, le Premier ministre de la SA Steven Marshall s'est également engagé à ouvrir un bureau commercial à Paris pour stimuler la croissance des exportations de la SA en Europe.

Beaucoup de ces efforts seront désormais vains, Paris étant susceptible de réorienter ses investissements ailleurs.

4 - La French connection, c'est fini ?

Enfin, l'annulation de l'accord sur les sous-marins mettra un terme triste à la « French connection » naissante au sein de l'Australie.

Des centaines de familles françaises récemment installées à Adélaïde seront contraintes de rentrer en France. Cela signifie que le programme éducatif bilingue mis en place pour les enfants français et australiens apparaît désormais sombre.

De même menacés sont les nombreux accords de partenariat entre les trois universités d'Australie-Méridionale et des universités et pôles de recherche français centrés spécifiquement sur le soutien à l'écosystème de Naval Group à Adélaïde.

Un représentant syndical de Naval Group a au moins confirmé que les travailleurs français d'Adélaïde rentreraient chez eux pour travailler.

Mais qu'adviendra-t-il des milliers de travailleurs australiens et de la centaine d'entreprises locales qui fournissent des pièces détachées à Naval Group ? Le nouvel accord avec les États-Unis ne garantit pas qu'ils seront employés, car aucun contrat n'a encore été signé.

L'avenir des relations franco-australiennes au point mort

Le changement du jour au lendemain de la politique stratégique australienne a laissé les Français perplexes. L'accord sur les sous-marins français a assuré la souveraineté, l'indépendance et l'autonomie de l'Australie, mais Paris découvre que le réflexe conditionné de s'appuyer sur des « amis grands et puissants » (les États-Unis et le Royaume-Uni) est très présent dans la psyché australienne.

La France a proposé une véritable alliance stratégique avec l'Australie, fondée sur le respect mutuel et des valeurs communes qui auraient renforcé la souveraineté de l'Australie sur le long terme et diversifié les partenariats de l'Australie pour réduire sa dépendance vis-à-vis de ces « grands et puissants amis ».

Cependant, il est peu probable que le partenariat franco-australien soit sauvé de si tôt étant donné l'humiliation publique que la France a ressentie. L'Australie sera désormais probablement confrontée à des représailles économiques et diplomatiques de la France. Le moment et le comment seront décidés en temps voulu à Paris et à Bruxelles.


À lire aussi : Ce que signifie une présidence Biden pour l'Europe


Et il y aura un autre bras de fer entre la France et les États-Unis, entre lesquels une crise diplomatique se prépare.

Tout en condamnant la trahison et le manque de fiabilité de l'Australie à la télévision nationale française, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a également exprimé sa colère contre les États-Unis, affirmant que "cela ne se fait pas entre alliés" et que c'est "un couteau dans le dos".

L' ambassadeur de France aux Etats-Unis a déclaré sur Twitter :

Fait intéressant, il y a exactement 240 ans, la marine française a vaincu la marine britannique dans la baie de Chesapeake, ouvrant la voie à la victoire à Yorktown et à l'indépendance des États-Unis.

La diplomatie n'est pas une affaire du jour au lendemain ; elle est bâtie sur des siècles de relations construites avec les autres dans le grand Concert des Nations. Les Français ont aussi une longue mémoire, et le sens de l'histoire.

Aux yeux des Français, l'Australie n'est pas encore assise à la table de ce grand Concert des Nations avec une souveraineté, une politique étrangère et des sous-marins qui lui sont propres.

The Conversation _______

(*) Par Romain Fathi, Maître de conférences, Histoire, Flinders University et Claire Rioult, Doctorant en histoire moderne ancienne, Université Monash

 La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

9 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 22/09/2021 à 9:17
Signaler
MANU sois à la hauteur sinon je ne vote pas pour toi

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.