Le Bitcoin et les complotistes

 |  | 694 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
CHRONIQUE. Avec une valeur à plus de 55.000 dollars, le Bitcoin a-t-il encore une valeur rationnelle ou surf-t-il sur la défiance des individus face aux institutions ? Par Michel Santi, économiste. (*)

Les excités de cette « révolution monétaire » s'y réfugient soit par méfiance vis-à-vis de leur État, soit par perte de confiance en leur monnaie dont ils estiment qu'elles ne vaudra plus grand-chose demain du fait de l'activisme des banques centrales. Soit pour les deux raisons, qui sont hélas un peu confuses dans des esprits n'ayant en général aucune culture historique, prompts à échafauder et à privilégier les scénarios les moins vraisemblables. Il faut donc impérativement se débarrasser de ses euros et de ses dollars, bref de cet argent traditionnel qui est l'attribut d'un État souverain ayant à leurs yeux failli. Ne surtout plus accorder sa confiance à un ordre politico-monétaire dont le seul objectif serait de dévaloriser toujours un peu plus notre argent et notre pouvoir d'achat. Honnir une monnaie adossée à du vent depuis qu'elle a été décorrélée de l'or suite aux effondrements des accords de Bretton Woods au début des années 1970. Ces libertariens - ceux-là mêmes qui aux États-Unis sont les plus fervents adeptes des armes à feu - ne jurent désormais plus que par le Bitcoin qu'ils jugent tellement plus fiable que l'étalon-or qui a été lui aussi, après tout, le reflet de choix politiques et donc d'un système organisé autour d'une banque centrale, d'une production, de créanciers, de débiteurs, bref de structures.

> Dossier : En pleine crise, la folie bitcoin

Le Bitcoin n'a aucune valeur, juste un prix !

Il ne produit pourtant rien, le Bitcoin. Il n'a strictement aucune matérialité ni présence physique. Il ne représente aucune participation dans une société ou dans une propriété immobilière. Il n'offre pas de revenu, ne paie pas d'intérêt ni de dividende. Le Bitcoin ne peut être jaugé qu'en fonction de lui-même, que comparé à lui-même, car nul indice de référence n'est capable de nous indiquer si son niveau de prix est conforme à sa réalité économique vu que cette dernière n'existe tout bonnement pas. En fait, personne, nul analyste, aucun investisseur ni spéculateur n'est en mesure de démontrer ou d'expliquer si cette entité digitale qu'est le Bitcoin est surévaluée ou sous-évaluée. Car le Bitcoin n'a aucune valeur, juste un prix, lequel est déterminé par des hordes de joueurs qui tentent de le propulser et par d'autres qui le vendent pour prendre leurs profits pendant qu'ils le peuvent encore.

Vous l'aurez compris, l'essence même du Bitcoin est que son prix peut osciller entre zéro... et l'infini, car sa nature fait en sorte qu'il est impossible de lui fixer une limite de prix, même théorique. Son prix pourrait bien centupler en l'espace de 48 heures sans aucune conséquence fondamentale, sans aucun effet monétaire sur l'économie, mais simplement grâce à un casino attirant encore et toujours plus de joueurs.

Le prix du Bitcoin à un moment donné bien spécifique est donc juste un chiffre qui n'a aucun fondement. Et ce même prix pourrait bien redevenir zéro sans que le vrai monde et que l'économie réelle n'en soient affectés. Seuls ceux qui en seront encore détenteurs seraient les perdants, car personne n'a besoin de Bitcoin, à part les flambeurs et les spéculateurs qui refusent d'admettre l'aspect purement artificiel de la constitution de son prix. Le Bitcoin n'est, en réalité, pas un phénomène monétaire, mais juste la toute dernière création de ce néolibéralisme qui ne cesse de nous produire des machines à spéculer, à enfler des bulles, dans l'espoir de multiplier ses gains, accessoirement de tout perdre.


__

(*) Michel Santi est macro-économiste, spécialiste des marchés financiers et des banques centrales. Il est fondateur et directeur général d'Art Trading & Finance.
Il vient de publier « Fauteuil 37 » préfacé par Edgar Morin. Il est également l'auteur d'un nouvel ouvrage : « Le testament d'un économiste désabusé ».
Sa page Facebook et son fil Twitter.

Lire aussi : Le bitcoin dépasse pour la première fois la barre des 60.000 dollars

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/03/2021 à 15:38 :
Le bitcoin en gros, c'est acheter du rien avec de la monnaie de singe (euro, dollar).

Je rêve du jour où cette jolie chaîne de Ponzi va ruiner les spéculateurs.
a écrit le 22/03/2021 à 13:37 :
Donc si je parie sur le bitcoin on peut prétendre selon l'auteur de cet article que je pense que la Terre est plate ? Que les ancien astronautes ont colonisé la Terre et nous ont apporté le feu et la roue c'est bon j'ai juste ? Qu'Igor et Grichka Bogdanov sont des aliens ? (Non mais ça c'est vrai)
a écrit le 21/03/2021 à 10:42 :
Dans le droit fil de votre analyse : " Il ne représente aucune participation dans une société ou dans une propriété immobilière. Il n'offre pas de revenu, ne paie pas d'intérêt ni de dividende.", j'aimerais que vous nous disiez comment se justifie la différence de "valeur" entre un alto de STRADIVARIUS (20 millions d'euros) et un alto contemporain de Charles Coquet primé à Crémone et plutôt meilleur à l'oreille en aveugle que le strad (20 000 euros).
999/1000 de la valeur d'un strad, c'est du vent, de la vanité et l'espoir de trouver un autre vaniteux pour le racheter dans 10 ans. A tout prendre j'aime mieux acheter un Coquet et 400 BTC : il y a moins de frais de garde et de transaction.
a écrit le 19/03/2021 à 8:05 :
Encore un article écrit par un boomer... Qui ne comprend rien a l'œuvre de Satoshi ni même au marché actuel de la crypto monnaie. Dire qu'il n'y a aucun projet derrière le btc ou les autre et se dire économiste... Big boomer
Réponse de le 19/03/2021 à 11:56 :
Tout à fait d'accord..... Puis ça commence à mélanger complotisme et cryptomonnaies

Les ignorants sont décidément ceux qui ont le plus d'exposition sur ces sujets...
a écrit le 18/03/2021 à 21:38 :
Bisous aux haters du BTC et des cryptos, qui n'ont pas compris qu'ils sont en train de se faire disrupter. À toute nouvelle révolution, la peur, le rejet et finalement l'acceptation ! Je vous laisse observer à quelle étape on en est 😘
a écrit le 18/03/2021 à 10:26 :
Article collector !
Je le copie au cas ou l'auteur le supprimerait.
L'auteur connait d'ailleurs bien mal son sujet. Un ramassis de clichés.
Btc 1 million d'ici peu.
a écrit le 18/03/2021 à 9:44 :
Et encore, la Libra n'est pas encore là ! ^^
a écrit le 18/03/2021 à 9:23 :
Le bitcoin et le complotisme n'aurait aucune existence si les médias n'en faisait pas constamment la publicité.. faute de trouver l''info!
a écrit le 18/03/2021 à 8:22 :
Le bitcoin est l'oeuvre de ces génies de l'économie que sont les gafam, à savoir ceux qui ont humilié nos vieux actionnaires milliardaires en seulement 20 ans. Il était facile de prévoir que la cupidité actuelle de la finance allait anéantir l'économie réelle dont acte, et ces mêmes gens qui se sont sabordés eux-mêmes leur poule aux oeufs d'or en décidant de la découper en morceau pour la vendre toujours plus cher se rapatrient sur cette dernière valeur qui n'est pas rien et vous le savez très bien, qui est le potentiel de croissance de l'économie numérique.

Où quand les vieux milliardaires aliénés par leurs cupidités mangent dans la main de ces jeunes génies de l'économie, un véritable plaisir de fin gourmet à observer. Tandis que nous sommes nombreux à légitimement, quand même, les critiquer ces riches aliénés, ce qui n'aura aucun effet car leurs cerveaux ne sont plus capables de quoi que ce soit, les gafam eux les exploitent et avec quelle efficacité ! Chapeau bas les champions. Comme le disait Nietzsche, tenté de s'opposer au déclin ne sert à rien le mieux étant de le faire grossir nous permettant de l'accélérer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :