Législatives : parlementer entre parlementaires et avec les citoyens

NE NOUS FÂCHONS PAS ! Afin d'éviter les écueils des faux dialogues générateurs de suspicion, de rupture et de conflits, La Tribune ouvre ses colonnes à l'Odissée. Pilotée par son directeur et expert de la dialectique, Jean-François Chantaraud, la chronique hebdomadaire « Ne nous fâchons pas ! » livre les concepts, les clés opérationnelles de la méthode en s'appuyant sur des cas pratiques et sur l'actualité. Aujourd'hui, parlementer entre parlementaires et avec les citoyens.

9 mn

(Crédits : Reuters)

Sans majorité à l'Assemblée, une nouvelle façon de gouverner va voir le jour : ni jupitérienne, ni cohabitation, mais citoyenne.

Après les élections présidentielles et législatives 2022, la France n'est pas gouvernable en l'état. Non parce qu'il n'y a plus de parti ni coalition majoritaire, mais surtout parce qu'il n'y a ni pratique ni même de culture de débat. Les résultats électoraux sont le produit du déclassement de la France, des non-dits politiques et sociaux, du rejet des sortants, du hasard des incidents électoraux, des interactions difficiles à la vitesse des médias sociaux et de l'abstention.

  • Le déclassement - Francophonie, influence dans le monde, PIB par habitant, chômage, système de santé, Éducation Nationale, dette publique... : le pays est en décrochage depuis des décennies. Au décalage entre l'imaginaire des Français et leur vécu correspond la difficulté de leurs élus à aligner leurs actes sur leurs discours. Certes, les attentes sont telles que qu'il est bien ardu d'y répondre. Ceux qui maîtrisent le verbe, voire la pensée, savent manœuvrer pour obtenir la victoire électorale. Mais la victoire économique et sociale à long terme sur la scène internationale nécessite un tout autre genre de profil et de compétences. Les échecs prévisibles et visibles sur les sujets stratégiques produisent chaque fois un peu plus d'insatisfaction. Et les mécontents sortent à nouveau les sortants.
  • Les non-dits - La logique du front républicain, qui a présidé à plusieurs séquences électorales depuis quarante ans, a remplacé la formulation de diagnostics partagés sur les grands enjeux. Le système public centralisé a réussi à tenir non par son efficacité, mais par sa faculté d'exclusion de certains acteurs et, avec eux, d'informations, analyses et idées dont ils sont porteurs. Mais les faits sont têtus et rattrapent les acteurs : les effets réduits de solutions imparfaites à des problèmes mal posés finissent par se voir. Les citoyens découvrent que l'État et ses représentants sont démunis et leurs masques s'estompent.
  • Le rejet - Rejeter les uns n'est pas adhérer aux autres. Le grand-écart des reports de voix entre les extrêmes entre les deux tours révèle que les électeurs sont loin de tous approuver les idées du candidat de leur second choix. Si le parti majoritaire en 2017 a fait l'objet d'un rejet en 2022, les votes recueillis par ses concurrents ne révèlent pas un accord avec leurs propositions. Dans nombre de territoires, les vainqueurs bénéficient plutôt du licenciement de leurs prédécesseurs et prennent tout simplement sa place devenue vacante.
  • Le hasard - Dans quantité de circonscriptions, le résultat s'est joué à peu de voix. Les derniers événements médiatisés auraient pu être tout autres. Ils auraient alors fait pencher la balance autrement... Et une majorité aurait pu surgir d'un coin ou d'un autre de l'échiquier politique. De plus, l'équation individuelle d'une personnalité dans son terroir joue en sa faveur ou sa défaveur, quelle que soit son orientation politique, parfois elle-même en désaccord partiel avec son parti. Le vent aléatoire qui pousse ici ou là peut changer de cap au moindre incident de dernière minute lors de la prochaine élection.
  • La déconnexion - Les internautes ont pris l'habitude de s'exprimer aisément avec l'outil qu'ils ont dans leur poche : ils ne se contentent plus d'une voix... ils prennent la parole et aspirent désormais à être entendus ! Si l'interaction facile et immédiate devient une norme, elle ne produit cependant pas encore de raisonnement collectif. Convertir des empilements de monologues en dialogue fécond est un défi pour tout décideur. Comme les autres, partis et candidats sont encore loin de répondre à cette exigence.
  • L'abstention - Avec près de 54% d'abstention (environ 57% au sein du corps électoral, non-inscrits inclus), le premier choix du corps électoral est donc : un non-choix ! Quel qu'il soit, l'élu n'obtient que le second score. Une alliance entre tous les candidats n'obtiendrait pas un score supérieur à l'abstention. Aussi, aucune alliance de second plan ne sera assez représentative pour asseoir une légitimité réelle et durable aux yeux de nombreux citoyens.

Nouvelle situation, nouvelle méthode

L'élection ne relève donc que rarement d'un ancrage intellectuel compris et assumé à la fois par l'élu et par ses électeurs. Si la légitimité légale est indéniable, il n'en va donc pas de même pour la légitimité éthique : si le choix des électeurs n'est pas affirmé, le mandat qu'ils confient n'est pas clair non plus. Aussi, un élu se doit de concilier son programme électoral avec la variété des nuances de la diversité des citoyens. Cette ré-conciliation des divergences ne peut s'opérer qu'à travers le débat producteurs d'évolutions perceptibles.

Certes, l'émiettement de l'Assemblée Nationale constitue une occasion d'établir une meilleure qualité de délibération intergroupe. Et donc au sein des groupes et des partis qui devront s'y préparer. Cela pourrait même constituer une bouée de sauvetage pour la Ve République, pour un temps au moins.

Mais le débat entre leurs représentants ne pourrait suffire pour provoquer le réveil de nos concitoyens, pour les extirper de leur rancœur issue de discours infantilisants et des petites phrases simplistes dont ils sont abreuvés depuis des générations. Les parlementaires doivent donc parlementer entre eux, mais aussi parlementer avec les citoyens, et même jouer de médiateur entre citoyens opposés, voire hostiles. Surtout que les contraintes désagréables vont s'enchainer du fait de l'entrée dans la transition globale de la planète (climat, énergie, pollutions, biodiversité, matières premières...). Cela au moment même où l'État n'a bientôt plus de moyens, d'autant que l'inflation qui arrive va augmenter la charge du remboursement de sa dette, alors qu'il reste cependant attendu partout et par tous.

Comment faire passer nos concitoyens de l'état de vassaux qui attendent la protection de l'état-providence centralisé et lointain à celui d'inventeurs proactifs d'une nouvelle société ?  Pour accélérer la qualité du discernement et la créativité collective, puis le repérage et la mise en œuvre des meilleures solutions, encore faut-il activer la responsabilité intellectuelle de chacun vis-à-vis de tout et de tous.

Un saut qualitatif : le réveil citoyen par le débat citoyen

Actionner sans délai toutes les intelligences suppose un réveil citoyen. Or, pour que le citoyen se lève, il faut lui donner une raison, lui démontrer l'importance de ses contributions, lui donner le signal de son utilité dans la société.

Cela passe par l'appel à participer à des débats non partisans. Mais attention, il s'agit de débattre, débattre véritablement : il faut casser les miroirs aux alouettes et les outils de marketing politique. Car, faire croire aux électeurs qu'ils seront entendus alors que l'on a que faire de leurs propos ferait encore le lit de la violence.

L'attractivité du processus dépend de sa faculté à organiser la production de consensus forts car fertiles, innovants et visibles. Pour cela, la méthode de réflexion collective doit garantir la consolidation interactive du raisonnement collectif par l'intégration de la diversité des apports de tous :

  • Informations, analyses, expériences et propositions,
  • Paramètres politiques, économiques et sociaux,
  • Dimensions locales, nationales et internationales,
  • Enjeux personnels, professionnels et sociétaux,
  • Intérêts particuliers, intérêts collectifs et intérêt général,
  • Idéaux, contingences et comportements actuels,
  • Orientations à long terme et objectifs opérationnels à court terme,

Les sujets, y compris les plus stratégiques, doivent être abordés les uns après les autres, selon un calendrier préétabli en accord avec les participants. Tous doivent être retravaillés à fréquence suffisamment élevée pour optimiser leurs interconnections entre eux ainsi que leur ré-adéquation systématique au monde qui bouge.

Dans tous les territoires et à tous les niveaux, les décideurs politiques, économiques et sociaux vont devoir assumer un nouveau rôle d'organisateur de débats responsables et efficaces. Dans tous les partis, syndicats et entreprises, l'enjeu consiste à réinventer le lien dirigeant-dirigé. Il s'agit de placer chacun en situation de contribuer à la réécriture de leurs propres projets. De la faire avec toutes les parties concernées. Et de les inscrire dans un nouveau projet de société forgé peu à peu ensemble. Il revient à chaque décideur de décider de rompre avec la verticalité, d'adapter à la France l'exemple des pays du Nord de l'Europe qui fonctionnent mieux qu'elle.

Alors seulement la France et les Français procéderont à une relecture de leur présent et de leur passé, ainsi qu'à l'articulation d'une vision partagée et enthousiasmante de leur avenir. Chacun pourra s'engager dans l'accomplissement du destin commun défini ensemble et abonder avec ses moyens, ses talents et ses énergies. Sans cet accouchement collectif, quels qu'ils soient, élus et citoyens ne seront pas en mesure de prendre en mains le destin français.

Sans cela, l'inertie sociale fera ressurgir la colère et la violence, encore amplifiées. Ce serait alors la dissolution, une nouvelle roulette électorale sans plus d'assise socio-politique qu'aujourd'hui et, quel que soit le vainqueur, la poursuite de l'affaissement !

________

NOTES

(*) Afin d'éviter les écueils des faux dialogues générateurs de suspicion, de rupture et de conflits, La Tribune ouvre ses colonnes à l'Odissée. Pilotée par son directeur et expert de la dialectique, Jean-François Chantaraud, la chronique hebdomadaire « Ne nous fâchons pas ! » livrera les concepts, les clés opérationnelles de la méthode en s'appuyant sur des cas pratiques et sur l'actualité.

L'Odissée, l'Organisation du Dialogue et de l'Intelligence Sociale dans la Société Et l'Entreprise, est un organisme bicéphale composé d'un centre de conseil et recherche (l'Odis) et d'une ONG reconnue d'Intérêt général (les Amis de l'Odissée) dont l'objet consiste à "Faire progresser la démocratie dans tous les domaines et partout dans le monde".

Depuis 1990, l'Odissée conduit l'étude interactive permanente Comprendre et développer la Personne, l'Entreprise, la Société. Dès 1992, elle a diffusé un million de Cahiers de doléances, ce qui l'a conduit à organiser des groupes de travail regroupant des acteurs des sphères associative, sociale, politique, économique qui ont animé des centaines d'auditions, tables rondes, forums, tours de France citoyens, démarches de dialogue territorial et à l'intérieur des entreprises.

9 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 23/06/2022 à 11:55
Signaler
Plus de 70% des gens qui sont contents de voir que le président n'a pas de majorité expose en masse que le peuple français exige chaque jour un peu plus une démocratie participative or la pyramide pourrissant par le haut il semblerait salutaire, à dé...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.