Quand Carlos Ghosn règle ses comptes avec le Japon et... la France

 |   |  833  mots
L’ancien patron a clairement dénoncé la décision de l’État français de disposer d’un droit de vote double à Renault-Nissan.
L’ancien patron a clairement dénoncé la décision de l’État français de disposer d’un droit de vote double à Renault-Nissan. (Crédits : REGIS DUVIGNAU)
POLITISCOPE. Lors de sa conférence de presse, Carlos Ghosn a martelé qu'il était la victime d'une guerre économique entre la France et le Japon en dénonçant la décision de l'État français en 2015 d'appliquer la loi Florange à Renault-Nissan, ce qui lui permettait de disposer d'un droit de vote double. Une décision qui aurait nourrit l'amertume des Japonais qui en retour, selon Ghosn, aurait fomenté la chute de l'ancien magnat de l'automobile.

Un véritable show ! Durant près d'une semaine, Carlos Ghosn, l'ancien patron du groupe Renault-Nissan-Mitsubishi, a assuré le spectacle dans les médias après sa rocambolesque évasion. À la télévision française, le dirigeant a enchaîné pas moins de trois interviews, une à LCI et lors de deux émissions d'infotainment, Quotidien sur TMC et C à vous sur France 5. Conseillé notamment par la communicante Anne Méaux, patronne de l'agence Image 7, Ghosn veut se rendre sympathique auprès du grand public. C'était aussi l'objectif de sa grande conférence de presse organisée à Beyrouth, au Liban. Car, s'il a assuré le spectacle, c'est d'abord pour délivrer « sa » vérité, et se défendre aux yeux du monde. Lors de sa conférence de presse, il a ainsi martelé qu'il était la victime d'une guerre économique entre la France et le Japon, dont le groupe Renault-Nissan-Mitsubishi a été le théâtre depuis 2015. Dans les médias français, cette version a parfois été présentée comme celle d'un grand « complot ».

Sous la plume de nombreux commentateurs, ce terme est utilisé pour disqualifier toute analyse allant dans le sens d'une guerre économique entre le Japon et la France sur ce dossier. C'est pourtant...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2020 à 16:21 :
Il est évident que l'application de la loi Florange au cas de Renaut-Nissan, ainsi que l'entrisme forcené de Macron n'ont pas placé Goshn dans une position très facile vis à vis des japonais.

Maintenant, s'il avait été plus clair dans ses rapports d'argent avec la société RN, il aurait échappé à cette "mésaventure".
Etant donné les éléments connu, il n'est pas impossible qu'il soit innocent de ce dont on l'accuse, mais s'il préfère se mettre en cavale, il n'aura jamais la possibilité de le faire reconnaître.

Une chose est sure, cette affaire lui a déjà couté énormément d'argent.
a écrit le 20/01/2020 à 14:21 :
Pourquoi tant de haine dans les commentaires ... si ce n'est que de balancer autant de fiel gratuitement.
Il a droit à une justice équitable. Et aussi pourquoi n'aurait pas le droit de se défendre...?
Réponse de le 21/01/2020 à 13:22 :
Il n'avait donc pas d'avocats? C'était trop dur d'attendre son procès sans sa villa de luxe? Si c'est la justice japonaise qui est en cause, pourquoi ne s'est-il pas livré à la justice française?
a écrit le 20/01/2020 à 3:49 :
Carlos a besoin d'exister maintenant qu'il n'est plus bankable. Pauvre type.
Réponse de le 20/01/2020 à 20:03 :
Je n'irai pas le traiter de "pauvre type" ... mais des zones inconnues restent à connaître. C'est rocambolesque cette histoire, filouterie de part et d'autre.Comment l'État est resté muet sur le sujet, quiz! Comme dit le proverbe ... dans le cochon tout est bon !
a écrit le 19/01/2020 à 18:13 :
Carlos GHOSN dit vrais quand il affirme étre la victime d/un réglement de compte franco japonnais qui est plus politique qu/économique , le salaire et les avantages que
Carlos GHON disposais ne justifiais pas d/un pareil comité d/accueil doublé d/un traqunard en régle organisé par les japonnais , c/est visiblement un coup monté .

A qui profite le crime.....à personne..... affaire loupée .
a écrit le 19/01/2020 à 18:03 :
Il pourrait donner des noms, parce que la France c'est vague. Bon on sait que c'est pas les riens. Même si sans eux l'économie n'existerait pas. Donc la France des riches, du pouvoir et des bien nés, bien sur mais qui? Des noms svp
Réponse de le 26/01/2020 à 20:27 :
Si il balance des noms il peut plus negocier en coulisse...
Je connais pas le personnage mais le prendre pour un idiot je ne me
Le permettrais pas ..
Il a surement une strategie de defense.. .. un rapace blessee ca peu piquer!!
a écrit le 19/01/2020 à 18:01 :
Ca me fait penser aux rapaces qui se plaignent qu'il y a plus rapace qu'eux
a écrit le 19/01/2020 à 15:45 :
C est que ce type est le sosie dr Mr Bean.....suffisant magouilleur et il a encore le toupet de critiquer la France...
Qui l a aidé à se faire la malle ? Je crois que l on sera très étonné quand ça sortira.
Fric, fric, fric...ils trempent tous dans la magouille !!!!!
a écrit le 19/01/2020 à 14:22 :
Quelle arrogance, il ferait mieux de se montrer plus discret. De plus la maison qu'il occupe à Beyrouth est la propriété de Nissan, c'est un squatteur avec la complicité du gouvernement libanais qui ne répondra pas à une procédure d'expulsion de la part de son ex employeur.
a écrit le 19/01/2020 à 13:36 :
LE Khadafi de Macron ? -_-
a écrit le 19/01/2020 à 13:01 :
Bonjour
Je propose une cagnotte en ligne pour aider Carlos, ainsi que pour notre Président qui fait parvenir au japon du courrier privé a Carlos par Mr Sarkozy. Démocratie Démocratie ou € € je ne sais plus.
Philippe
Réponse de le 19/01/2020 à 15:06 :
Si vous ne savez plus, pourquoi écrire un commentaire?
a écrit le 19/01/2020 à 12:34 :
Il me semble que la loi Florange n'est pas passé, car censurée par le conseil constitutionnel.
a écrit le 19/01/2020 à 8:48 :
La Tribune serait elle devenue un médias people feuilletonnesque qui ne vérifie ses infos qu'une fois diffusés?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :