Le marché ChiNext, une bonne plate-forme pour s'enrichir

 |   |  378  mots
Après un an d'existence, le Nasdaq chinois a permis l'émergence de nouvelles fortunes.

Son objectif était de faire naître des sociétés locales dans des secteurs stratégiques. Mais ChiNext aura également permis, un an après sa création, le 1er novembre 2009, de faire émerger de nouvelles fortunes en Chine. « Cette année nous avons recensé 400 personnes dont la fortune se monte à 1 milliard de yuans (environ 150 millions de dollars), et ce, grâce à des mises sur le marché de sociétés », explique Rupert Hoogewerf, fondateur de l'Hurun Report, qui recense chaque année les plus riches en Chine. Et, « ChiNext a joué un rôle important dans ce processus », ajoute-t-il.

Pour les détenteurs de ces nouvelles sociétés cotées - une centaine - la plateforme ChiNext constitue une aubaine. Fonds de capital-investissement ou des investisseurs individuels, pour l'essentiel, ces investisseurs ont en effet pu s'affranchir grâce à la création de ce Nasdaq chinois des conditions de cotation plus exigeantes réclamées sur les marchés traditionnels de Shanghai et de Shenzhen. A savoir un historique de trois exercices au moins avant l'introduction, contre deux ans pour ChiNext. De surcroît, les sociétés cotées sur ChiNext affichent des niveaux de valorisation en moyenne trois fois plus élevés que ceux de Shanghai.

D'où l'engouement des investisseurs pour les nouvelles mises sur le marchés, avec un montant total levé de 15 milliards de dollars sur un an. « Dans ce contexte, les membres de l'éxécutif et autres responsables à avoir démissionné peu de temps après avoir contribué à la cotation de la société ont été nombreux », relève un analyste de Huatai Securities. Il en dénombre pas moins de 37.

Cet afflux n'a cependant pas permis de sauver les performances. De ce point de vue, ChiNext a quelque peu déçu, en terminant son exercice avec un gain de 6,7%, seulement, contre 17 % pour la Bourse de Shanghaï. Cette tendance s'explique essentiellement par la crainte des investisseurs de voir les entreprises abreuver le marché de leurs titres alors que la période de « lock-up » -de restriction-, s'est achevée. Sur l'ensemble des introductions en Bourse chinoises, ChiNext aurait écopé des cinq opérations de ce type les moins performantes. Lanterne rouge de ce classement, le groupe Netac Technology a cédé 23 %.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :