De nouvelles stratégies sur les marchés d'actions

 |   |  349  mots
Copyright Reuters
Deux fonds récents tirent parti de la croissance asiatique sans trop s'exposer à la nervosité des places boursières.

Dans leur allocation géographique, les gestionnaires ont pris l'habitude de distinguer la place financière japonaise des autres pays d'Asie. À quelques exceptions près comme Hong Kong, Singapour et, dans une moindre mesure, la Corée du Sud, ces derniers sont en effet considérés globalement comme des marchés boursiers émergents. Par conséquent, surtout depuis que la Chine et l'Inde font l'objet d'une attention particulière de la part des investisseurs internationaux, les fonds Asie hors Japon sont désormais monnaie courante et forment même une catégorie de produits à part entière.

Malgré l'offre déjà importante, Barclays Wealth Managers et Aberdeen Asset Management ont récemment lancé deux nouveaux fonds, avec chacun leur spécificité. Barclays Equity Asie, qui a pour devise de référence le dollar américain, est investi en actions. Le gérant, Ziad Abourgergi, se donne la possibilité de réduire partiellement son exposition au profit de placements d'attentes sécurisés sur les marchés monétaires. Il s'agit ici d'un atout considérable alors que les marchés émergents ne suscitent à court terme qu'un enthousiasme modéré.

Investi en emprunts d'États d'une dizaine de pays asiatiques, Aberdeen Global?Asian Local Currency Short Duration Bond Fund est géré quant à lui par une équipe basée à Singapour. Le portefeuille intègre exclusivement des obligations libellées en monnaies locales. Ainsi positionnée, l'équipe compte tirer parti de l'appréciation à long terme des monnaies asiatiques face à l'euro et au dollar tout en protégeant en partie le portefeuille contre l'actuelle menace inflationniste grâce à un horizon d'investissement qui n'excède pas, en moyenne, vingt mois.

Pour Anthony Michael, responsable obligations Asie-Pacifique : « Les devises asiatiques sont sous-évaluées et devraient ainsi s'apprécier avec le temps. On évoque souvent la devise chinoise à ce titre, mais les devises d'autres pays pourraient à tout moment s'apprécier dans des proportions plus importantes. Il est donc judicieux de diversifier son exposition à l'ensemble de la région en écartant le dollar de Hong Kong qui est ancré au billet vert. »

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :