Quand gestion responsable rime avec taux variable

 |   |  377  mots
Copyright Reuters
Investi en obligations européennes, Ecofi Taux Variable s'émancipe d'une prochaine hausse des taux d'intérêt.

Essentiellement investi en obligations émises par les entreprises et les banques, le fonds Ecofi Taux Variable vient d'être lancé par Ecofi Investissements.

Sa création répond à un contexte de marché particulier qui combine à la fois des niveaux de valorisation plutôt faibles pour les titres obligataires, une situation considérée comme saine pour les entreprises et des niveaux de taux extrêmement bas. Aussi, au-delà de l'investissement en titres à taux variable, qui permettra de bénéficier d'une probable et prochaine hausse des taux, ce nouveau fonds prend-il en compte les critères environnementaux, sociaux et de gouvernement d'entreprise pour la sélection des titres du portefeuille.

Une démarche qui permet à l'équipe de retenir seulement les acteurs les plus vertueux du secteur et d'initier le dialogue avec les mauvais élèves en leur transmettant régulièrement les interrogations soulevées. Pour le reste, le portefeuille est géré de manière classique : « De façon générale, nous portons une attention particulière au risque pays, à la durée d'investissement et aux notes attribuées par les agences de notation », note Florent Combes, directeur de la gestion taux et responsable de l'allocation d'actifs.

Ainsi, aucun risque de voir des titres d'entreprises grecques, portugaises ou irlandaises au sein du portefeuille. Et l'Italie et l'Espagne ont chacune un poids limité à moins de 10 % de l'encours du fonds. Quant aux firmes françaises et allemandes, elles font en revanche partie des principaux émetteurs sélectionnés : « Nous évitons ainsi tout risque inutile. En effet, il n'est pas nécessaire aujourd'hui d'adopter un profil offensif pour obtenir des rendements corrects », estime le gérant.

Malgré tout, l'univers d'investissement reste conséquent, soit environ 120 titres à comparer à la quarantaine qui composent le portefeuille. Il s'agit aussi bien de titres à taux variables classiques que de titres à taux fixes ramenés à taux variables au moyen de produits dérivés.

Ainsi, ont été retenus parmi les valeurs financières des titres du Crédit Mutuel, d'Intesa San Paolo, de Standard Chartered ou encore de RCI, la filiale de financement de Renault. Parmi les valeurs non financières, on retrouve de la dette émise par Vodafone, BMW, Telenor ou encore Vattenfall, un groupe suédois de services aux collectivités.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :