La Française AM, c'est le nouveau nom de l'UFG-LFP

 |   |  391  mots
Copyright Reuters
Ce changement est une manière d'asseoir ses valeurs et d'affirmer sa volonté de se développer à l'international

Une nouvelle page se tourne chez UFG-LFP. Deux ans et demi après le rapprochement de l'UFG (Union Financière de Gestion) et de La Française des Placements (LFP), le groupe change de nom et devient La Française AM. Le logo, représentant deux branches d'olivier qui se croisent, est conservé, seules ses couleurs sont modifiées. Cela ne change rien pour les équipes, lesquelles seront toutes regroupées boulevard Haussmann en 2012.

« UFG-LFP était utile pour la reconnaissance du groupe, mais conserver six lettres était compliqué dans le temps », explique Patrick Rivière, directeur général de La Française AM qui ajoute que « c'était le bon moment de changer ».

« Investissons ensemble »

La société de gestion en a aussi profité pour changer sa devise qui devient « Investissons ensemble » et le nom de toutes les entités pour une meilleure visibilité. Avec toutefois un retour en arrière puisque la société de gestion LFP (re)devient... La Française des Placements, nom bien connu des investisseurs français. Quant à UFG REM, après vingt-cinq ans, elle est renommée La Française Real Estate Managers. En revanche, LFP-Sarasin AM, l'entité dédiée à l'investissement responsable du groupe, conserve son nom.

Le choix de la locution « La Française » « montre que la société ne renie pas ses origines et marque l'ancrage sur lequel les bases du groupe ont été construites », indique Patrick Rivière.

LFP, créée en 2000 par Alain Wicker, actuel vice-président du conseil de surveillance de La Française AM, a bâti son développement exclusivement en France. Et en collant l'acronyme « AM », pour « Asset Management », la société de gestion confirme sa volonté de se développer davantage à l'étranger, principalement en Europe aujourd'hui.

Sur les 35,2 milliards d'euros d'actifs sous gestion que compte La Française AM, en hausse de 1,5 % depuis le début de l'année, 700 millions le sont sur l'international, soit à peine 2 % des encours globaux. Autant dire que la marge est grande. Et la société présidée par Xavier Lépine se donne les moyens de ses objectifs. Elle a ouvert des bureaux de représentation commerciale à Madrid (trois personnes) et à Milan (deux personnes).

S'ajoute à Luxembourg une plate-forme opérationnelle de neuf personnes. La présence au grand-duché permet aussi de couvrir la Belgique et la Suisse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :