L'or noir devrait atteindre de nouveaux pics

 |   |  393  mots
Copyright Reuters
Axé sur le pétrolier, leparapétrolier et le gazier, Craigston Pure Energy mise sur un raffermissement du prix du pétrole.

Après la découverte, au large de la Guyane française, par quatre firmes pétrolières, dont Total, d'un gisement d'une taille considérable, l'intérêt des acteurs du marché pour l'exploration, particulièrement dans cette zone, est ravivé. Une découverte qui survient alors que le prix du baril s'inscrit dans une tendance baissière depuis le printemps. « Cette baisse ne doit pas faire illusion. Les tensions restent fortes sur un marché toujours soumis aux aléas géopolitiques et davantage dépendant de la croissance des pays émergents », explique la gérante de Craigston Pure Energy, qui ajoute, « nous avons assisté à un choc de l'offre. Les prix ont amorcé un recul en mai, qui s'est confirmé et renforcé fin juin quand l'AIE a annoncé qu'elle allait puiser dans ses stocks afin de compenser la perte de production de la Libye. »

Celle-ci rappelle que, par le passé, les stocks stratégiques de l'AIE n'ont été utilisés qu'à deux reprises : lors de l'invasion du Koweït par l'Irak en 1990-1991 et suite à la destruction d'une partie des installations pétrolières du golfe du Mexique par l'ouragan Katrina en 2005. En dépit de cette décision, les prix sont restés élevés.

« Le marché ignore les échéances de court terme et se penche sur le déséquilibre attendu entre l'offre et la demande dans les prochaines années. Dès lors, les prix devraient donc rester durablement élevés, à 100 dollars et plus dans les années à venir », estime la gérante. Dans ce contexte, elle privilégie les sociétés de services pétroliers comme Technip, Saipem et Schlumberger ou encore les indépendantes pétrolières comme Tullow Oil, l'un des quatre architectes de la récente découverte et la première position du portefeuille (8,77 % de l'actif géré).

Compte tenu du contexte actuel, la gérante n'a investi son portefeuille qu'à hauteur de 60 %, soit l'exposition minimum. De cette manière, avec prudence, elle compte participer aux tendances de long terme sur le prix de l'énergie, confortées par l'émergence de nouveaux pays consommateurs. Son objectif est de « profiter de la revalorisation du secteur et de la naissance d'un nouveau cycle d'investissement d'équipement de production et, au final, se protéger contre le manque de ressources et le risque d'inflation ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :