La Caisse des Dépôts préfigure à Strasbourg sa "Banque des Territoires"

 |   |  812  mots
A Strasbourg, la Caisse des dépôts va garantir une opération de promotion immobilière voisine du siège du parlement européen.
A Strasbourg, la Caisse des dépôts va garantir une opération de promotion immobilière voisine du siège du parlement européen. (Crédits : Olivier Mirguet)
La banque publique veut monter en puissance dans le Grand-Est. Ses missions à Strasbourg se calquent sur les prérogatives de la "Banque des Territoires", grand projet de développement de la Caisse des dépôts en 2018.

Impulsée par son nouveau directeur général Eric Lombard, la réforme du fonctionnement de la Caisse des Dépôts a connu depuis 2017 une préfiguration dans le Grand-Est. Avec sa "Banque des Territoires" en chantier à l'échelle nationale, la Caisse des Dépôts entend proposer un guichet unique aux collectivités, aux élus, aux organismes de logements sociaux et aux instances locales de développement économique. Dès cet été, les activités d'ingénierie publique (SCET), de logement social (CDC Habitat), son financement par les dépôts du livret A et l'allocation des fonds du Programme Investissements d'Avenir se retrouveront fédérés par des guichets uniques en régions.

A Strasbourg, dans la pratique, c'est déjà le cas

L'antenne régionale de la Caisse des Dépôts a assuré 77 appuis aux collectivités locales, et apporté 160 millions d'euros de prêts au secteur public local en 2017. 740 millions d'euros de crédits ont été débloqués l'année passée au profit des organismes de logements sociaux dans le Grand-Est.

"Nous allons essayer d'approfondir cette organisation à un niveau plus déconcentré", a annoncé Olivier Sichel, directeur général adjoint de la Caisse des Dépôts, en visite mi-avril à Strasbourg.

Les interventions en fonds propres dans les entreprises régionales font partie du cahier des charges de la "nouvelle" Caisse des Dépôts. En 2017, l'antenne strasbourgeoise a apporté 127 millions d'euros de capitaux à une trentaine de porteurs dans le Grand-Est, dont 78 millions d'euros dans un projet exceptionnel d'aménagement du réseau régional à très haut débit. C'est neuf fois plus qu'en 2015. La Caisse des Dépôts a notamment investi dans le réseau d'autopartage Citiz, dans le projet hospitalo-hôtelier de l'Ircad à Strasbourg et dans la société bas-rhinoise Ostwind, qui conçoit et exploite des parcs éoliens.

"Nous voulons maintenir un flux annuel d'investissements en fonds propres autour de 50 millions d'euros", propose Patrick François, directeur régional.

La Caisse des Dépôts s'apprête également à investir, aux côtés du Crédit Mutuel, dans la nouvelle salle de la SIG le club strasbourgeois de basket professionnel. Ce projet du "Crédit Mutuel Forum", opérationnel en 2021, mobilise 40 millions d'euros d'investissement.

La Caisse des Dépôts apporte également sa garantie à des investisseurs privés qui répondent à des missions d'aménagement voulues par les collectivités. Ce sera le cas en septembre 2018 aux côtés des promoteurs d'immobilier de bureau qui investiront le quartier d'affaires de l'archipel à Strasbourg. Dans son appel à manifestation d'intérêt pour la construction d'un "centre d'affaires européen", destiné à une hypothétique extension entre 10.000 et 40.000 mètres carrés de l'immeuble du parlement européen, l'Eurométropole de Strasbourg a positionné la Caisse des Dépôts comme "co-investisseur minoritaire susceptible d'apporter des fonds propres". Le projet est ardu, car le parlement européen n'a décidé aucune extension de ses services à Strasbourg, et il n'a pas été consulté pour le cahier des charges de ce projet prévu dès 2020.

"Nous essayons d'apporter de la méthode et de l'innovation"

D'autres opérations, moins risquées, répondent à un cahier des charges national ou à un rythme impulsé par de décisions gouvernementales.

"Nous allons accompagner les organismes de logements sociaux dans leurs stratégies de rapprochement. En-dessous de 15.000 logements, ils doivent se regrouper. Dans le Grand-Est, l'obligation concerne 63 bailleurs sur 70. La Caisse des Dépôts propose de les aider à rallonger leur dette de 5 à 10 ans, d'apporter des prêts de haut de bilan et des aides à la trésorerie", détaille Patrick François.

La Caisse des Dépôts entend enfin jouer un rôle dans la reconversion du site de Fessenheim.

"Nous essayons d'apporter de la méthode et de l'innovation", propose Patrick François. Le bassin d'emploi de la plus ancienne centrale de France (850 emplois directs), dont l'arrêt est prévu en 2019, devra trouver des alternatives. "

L'idée consiste à définir les nouvelles infrastructures nécessaires à la valorisation de ce territoire. Nous allons accompagner les collectivités locales, l'État et les voisins allemands pour créer une société d'économie mixte qui portera ces infrastructures", annonce Patrick François.

Le cahier des charges comprend un volet transfrontalier inédit, avec la participation de la région allemande de Fribourg pour attirer des activités liées à la reconversion énergétique, à la recherche sur les énergies renouvelables ou à la promotion d'une économie décarbonée. La Caisse des Dépôts participera à l'investissement public en co-finançant une étude sur la reconstruction d'un pont ferroviaire sur le Rhin. Elle promet d'ores et déjà son co-financement et son expertise aux futurs lauréats d'un appel d'offres pour l'installation de parcs photovoltaïques, avec une puissance visée de 300 mégawatts.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :