À Chalon, Packinox se diversifie dans le stockage des énergies solaire et éolienne

Le groupe suédois Alfa Laval, leader mondial de l’échange thermique, a investi 2 millions d’euros dans une nouvelle machine laser de précision, sur son site de Chalon-sur-Saône où se trouve sa filiale Packinox, jusque-là spécialisée dans l’industrie pétrochimique et pétrolière. Objectif : diversifier son activité et se positionner sur le stockage d’énergies renouvelables.
Un échangeur thermique de grande dimension prêt à être expédié chez un client à l'international.
Un échangeur thermique de grande dimension prêt à être expédié chez un client à l'international. (Crédits : Amandine IBLED)

Parmi les cinq sites de production que possède le groupe Alfa Laval en France, celui de Packinox se distingue par un savoir-faire reconnu au niveau international depuis les années 1970 : le formage (ou emboutissage) par explosion sous l'eau. « Les Chinois avaient tenté de le reproduire il y a dix ans mais ils ont fini par abandonner », affirme Thierry Sourp, directeur général d'Alfa Laval Packinox, à Chalon-sur-Saône.

L'entreprise réalise un chiffre d'affaires de 65 millions d'euros et assure plus de 75 % de part de marché sur son secteur de niche. La maîtrise de cette technologie lui permet de réaliser des échangeurs thermiques avec des plaques de très grandes dimensions, jusqu'à 14 mètres de long. Ces échangeurs thermiques représentent des pièces clés dans les procédés de raffinerie permettant un échange thermique entre deux fluides, froid et chaud, sans mélange.

« S'il y a une défaillance sur un échangeur, c'est toute la raffinerie qui s'arrête ! », souligne Thierry Sourp.

Avec sa dernière innovation industrielle, représentant 2 millions d'euros d'investissements (dont 400.000 euros financés par la Région et par le plan France Relance), Packinox vise de nouvelles applications industrielles, comme le stockage d'énergies renouvelables (centrale solaire à miroir parabolique, éolien...) ou encore les cleantech.

Alfa Laval Packinox a investi deux millions d'euros dans cette machine laser de précision

Une stratégie de diversification pour répondre à un marché fluctuant

« Nous sommes sur un marché cyclique, aux amplitudes de plus en plus importantes, et aux périodes creuses de plus en plus marquées », souligne Thierry Sourp. « Avant les carnets de commandes étaient remplis à cinq ans. Aujourd'hui, la visibilité à moyen terme est plus compliquée », poursuit-il.

Cette année, par exemple, la guerre en Ukraine a fait baisser l'activité de 20%. Les Russes avaient été parmi les premiers à signer des contrats à la sortie de la crise sanitaire : cinq projets, comprenant chacun deux ou trois échangeurs thermiques (un échangeur coûte en moyenne 2 millions d'euros mais peut aller jusqu'à 5 millions d'euros). Résultat, trois ont été annulés.

Le directeur général précise que cette activité sur la Russie était tout à fait exceptionnelle. Habituellement, ce pays ne représente qu'un marché de 2 à 3 millions d'euros par an. Cette baisse n'est donc que très ponctuelle mais illustre les écarts d'activité qui peuvent se créer d'une année à l'autre, en fonction des contextes géopolitiques des pays.

« Nous avons opté pour une stratégie commerciale soutenue par des efforts de R&D, pour nous diversifier », précise Thierry Sourp. Plus de 2% du chiffre d'affaires annuel est consacré à la recherche et développement (R&D). Depuis 2011, le groupe Alfa Laval a déjà des références dans le domaine du stockage d'énergie thermique sur des centrales solaires, par exemple, en Arizona et en Afrique du Sud. Ce type de centrale requiert des échangeurs de très grandes dimensions pour pourvoir emmagasiner de l'énergie durant la journée et la restituer la nuit. Elles utilisent le stockage d'énergie dans des sels fondus.

Le formage par explosion sous eau

Renouvelables : Alfa Laval vise l'Europe, l'Amérique du Nord et la Chine

Les solutions de Packinox sont constituées d'un assemblage compact de plusieurs centaines de grandes plaques en acier inoxydable (pouvant aller jusqu'à 14 m de long et 2 m de large) de faible épaisseur (environ 1 mm) formées par explosion sous eau.

Grâce à cette nouvelle machine laser de haute précision - opérationnelle dès la semaine prochaine - l'entreprise peut ainsi produire de nouveaux échangeurs plus étanches et plus performants, offrant de nouvelles fonctionnalités adaptées aux procédés des centrales solaires, pour le stockage d'énergie. « Nous sommes en étroite collaboration avec de nombreux acteurs des énergies renouvelables pour concrétiser prochainement des contrats en Europe, en Amérique du Nord et en Chine », confie le directeur général du site.

Pour livrer l'ensemble de ses clients à travers le monde, Alfa Laval Packinox achemine ses commandes à partir de Chalon-sur-Saône. Ces échangeurs de très grande taille sont soient chargés sur des camions, soient sur des barges à proximité du site qui descendent la Saône puis le Rhône, avant d'être transbordées sur des navires à Marseille et de rejoindre leurs destinations finales à l'autre bout du monde.

Packinox ambitionne également à moyen terme, de conquérir d'autres domaines émergents, comme la capture du carbone.

Un opérateur en train de placer les plaques pour le formage par explosion sous eau

___

REPÈRES

Les chiffres clés du groupe Alfa Laval

  • 130 ans d'expertise (fondation en 1883 par Gustaf de Laval et Oscar Lamm)
  • 4,4 milliards d'euros de ventes annuelles en 2019 (société cotée à Stockhom en 2002, puis au Nasdaq OMX)
  • 17.500 collaborateurs dans le monde (*)
  • 3.700 brevets déposés
  • 2,3% du total des ventes réinvestis chaque année en R&D
  • 35 à 40 nouveaux produits lancés chaque année sur le marché
  • 100 pays de commercialisation
  • 42 grands sites de production dans le monde (*)

 (*) La France compte 5 sites de production et environ 900 collaborateurs.

Les grandes dates de Packinox

  • Fin des années 1970, naît l'idée d'un nouveau type d'échangeur à plaques formées par explosion sous eau pour l'industrie pétrolière (Oil & Gas)
  • 1981 : 1er échangeur vendu à Elf Donges (France)
  • 1985 : création de PACKINOX SA
  • 1990 : acquisition par FRAMATOME & implantation à Chalon-sur-Saône
  • 2003 : acquisition par les managers et partenaires financiers (via un LBO)
  • 2005 : acquisition par Alfa Laval

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.