Ports de Saint-Malo-Cancale : Edeis s'engage pour dix ans

 |   |  343  mots
Edeis a prévu de débloquer 50,5 M€ afin d’accueillir de nouveaux métiers et des projets innovants.
Edeis a prévu de débloquer 50,5 M€ afin d’accueillir de nouveaux métiers et des projets innovants. (Crédits : Valery Joncheray)
Le volet environnemental du contrat de concession fixe la fin de la diffusion des poussières lors des déchargements à 2021.

En signant, vendredi 22 novembre, avec la Région Bretagne, son contrat de concession de dix ans des ports de Saint-Malo et de Cancale, Jean-Luc Schnoebelen, président du groupe parisien d'ingénierie et de gestion d'infrastructures Edeis, s'est engagé à respecter un cahier des charges exigeant. Outre le développement des activités économiques du port (pêche à Saint-Malo et à Cancale, trafic transmanche, fret et réparation navale à Saint-Malo) et la mise en oeuvre de sa transition environnementale, la feuille de route d'Edeis vise à favoriser une meilleure intégration du port dans la ville.

Fixé à 2021, l'objectif de mettre fin à la diffusion des poussières lors du déchargement de produits et engrais est une première étape pour renouer le lien de confiance avec les citoyens. Des trémies aspirantes ainsi que des capteurs pour vérifier la qualité de l'air seront installés sous deux ans.

Investissement d'un « montant inédit »

D'ici à 2029, 190 millions d'euros seront investis par la Région Bretagne et le groupe privé, qui maintient les 90 emplois directs (5.000 indirects). Le conseil régional injectera à lui seul 110 millions d'euros pour la modernisation du terminal ferry du Naye....

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :