Voiture électrique : la Bretagne, un modèle de déploiement des bornes de recharge

ENQUÊTE 4/5. Quatrième volet de notre série de cinq enquêtes sur le business complexe des bornes de recharge électrique, publiées chaque jour depuis lundi jusqu'à vendredi. La Tribune propose ce jour un état des lieux de chaque région en présentant leur feuille de route. Avec un modèle de déploiement fondé sur l'alliance entre les différentes syndicats départementaux d'énergie et la mise en place progressive d'un réseau proposant badge et tarification unique, la Bretagne figure parmi les régions bien équipées. L'enjeu porte notamment sur l'installation de bornes ultra-rapides sur les axes fréquentés. Un challenge amplifié par le fait qu'il n'existe pas de concessions autoroutières sur le territoire.

3 mn

En 2020, le réseau public d'Île-et Vilaine a ainsi réalisé près de 19 000 charges, soit 1 500 charges en moyenne par mois. Sur les deux premiers trimestres 2021, la hausse du nombre de charges et sur juillet (3350 charges au lieu de 2050 en juillet 2020) dépasse 60%.
En 2020, le réseau public d'Île-et Vilaine a ainsi réalisé près de 19 000 charges, soit 1 500 charges en moyenne par mois. Sur les deux premiers trimestres 2021, la hausse du nombre de charges et sur juillet (3350 charges au lieu de 2050 en juillet 2020) dépasse 60%. (Crédits : SDE35)

Avec 1.909 points de recharge (publics et privés) accessibles à la date de mai 2021, dont 1.579 bornes de recharge accélérée, la Bretagne fait office de bonne élève et affiche un des meilleurs ratios avec 1 point de recharge pour 8,6 véhicules 100% électriques.

Mis en œuvre par les quatre syndicats départementaux d'énergie (SDE), le réseau public compte 705 bornes dont 48 bornes rapides, implantées à proximité d'axes routiers ou de carrefours stratégiques. Opéré pour une durée de trois ans par la société Ivizia, le réseau commercial Ouest Charge inclut les bornes des SDE22, SDE35, et du SDEF (Finistère) mais pas encore de Morbihan Énergies. Il propose un tarif unifié (0,20 € à 0,45 € / KWh selon le type de borne pour un abonné) et un badge unique.

Le secteur privé (Stations-e ou Total) complète de son côté les manques

Les conducteurs de voitures électriques ont accès à une borne de recharge tous les 20 à 30 kilomètres maximum, et l'utilisation est en très forte en hausse. En 2020, le réseau public d'Ille-et-Vilaine a ainsi réalisé près de 19.000 charges, soit 1.500 en moyenne par mois. Sur les deux premiers trimestres 2021, la hausse du nombre de charges dépasse 60%. Sur juillet aussi (3.350 charges au lieu de 2.050 en juillet 2020).

Hormis quelques pics de fréquentation sur la côte et dans les centres urbains, le réseau de bornes breton, correctement dimensionné, ne présente pas de gros points de saturation. Outre l'amélioration de la qualité de service et de l'information aux usagers et aux touristes étrangers, l'installation de bornes rapides et ultra-rapides est un enjeu fort

Premières bornes ultra-rapides en 2021

Pour le réseau public, les prochaines campagnes de déploiement devraient renforcer l'offre de stations de recharge (IRVE), dans les zones en tension, et compléter le maillage dans les très petites communes. En Ille-et-Vilaine, 15 bornes nouvelles sont aussi en cours de déploiement (Saint-Malo, Le Rheu, Rennes, Fougères ...) cette année, dont les premières bornes « ultra-rapides » de Bretagne, installées en bordure de rocade de Rennes.

Pour ce type de bornes, les aires de services des routes nationales qui relèvent de la compétence de l'État, ne sont pas encore concernées. Faute de concessions autoroutières en Bretagne, le plan de déploiement des bornes ultra-rapides semble même prendre du retard par rapport aux autres régions. Sur le foncier public, les SDE discutent de leur côté avec des opérateurs privés. « Le hollandais Fastned est un partenaire potentiel » souligne l'association Avere Ouest.

Manque de rentabilité

Payant depuis 2019, le réseau public breton représente un investissement total de 6 à 7 millions d'euros depuis 2014. Le service reste toutefois déficitaire en raison de la volonté de proposer un maillage relativement dense et un tarif mesuré. En Ille-et-Vilaine et en Côtes d'Armor, le choix de proposer une électricité locale et 100 % renouvelable via le contrat avec Enercoop pèse aussi sur la rentabilité. Le département essaie de mutualiser les coûts de raccordement au réseau en couplant l'installation de bornes de recharge normales avec à une production d'énergie via des ombrières photovoltaïques.

>> Cliquez sur la carte pour poursuivre l'enquête en région :

3 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.