Areva et McPhy veulent faire rouler la Touraine à l’hydrogène

 |   |  476  mots
McPhy espère à nouveau équiper l'Isoparc de Sorigny avec son modèle de station McFilling
McPhy espère à nouveau équiper l'Isoparc de Sorigny avec son modèle de station McFilling (Crédits : Reuters)
SORIGNY (37). Le parc d’activité de Sorigny, au sud de Tours, connaîtra la construction d’ici fin 2020 d’un second électrolyseur destiné à produire du carburant vert à base d’hydrogène. Le nouvel équipement s’inscrira plus globalement dans la politique de mobilité propre porté par la métropole tourangelle.

La crise sanitaire et le confinement au sein des collectivités territoriales n'empêchent pas les dossiers en cours d'avancer. Le résultat définitif de l'appel d'offre, lancé début 2020 par la communauté de communes Touraine vallée de l'Indre (CCTVI) associée avec la métropole de Tours pour la construction d'une seconde station d'hydrogène, devrait ainsi être connu courant juillet. D'un montant compris entre 2,5 millions et 3 millions d'euros, le futur équipement, qui sera basé à Sorigny à 20 kilomètres au sud de Tours, comprendra une unité de production mais aussi de distribution et de stockage de gaz propre. A ce stade, les offres de trois concurrents ont été retenues lors d'une première sélection. Il s'agit d'une part de McPhy, société basée dans la Drôme et cotée à la Bourse de Paris sur le marché Euronext.

Deux atouts majeurs

D'autre part, Areva H2Gen, la filiale d'Areva spécialisée dans la fabrication et le stockage d'hydrogène, est aussi sur les rangs. Un troisième acteur de l'énergie, dont l'identité n'a pas été dévoilée, a également été pré-sélectionné par la CCTVI. Outre son empreinte carbone nulle, l'hydrogène présente deux atouts majeurs, un rechargement rapide comparable à l'essence, et une autonomie conséquente comprise entre 300 et 500 kms. Le prix élevé des véhicules reste en revanche un handicap, avec seulement quelques modèles disponibles chez Renault et Toyota.

Une première station de fabrication d'hydrogène avait déjà été réalisée en 2019 par McPhy sur Isoparc, le parc d'activité de la petite commune de Sorigny. L'objectif était à l'époque d'alimenter une dizaine de véhicules communaux ainsi qu'un parc de vélos grâce à ce carburant alternatif. Le second étage de la fusée est nettement plus ambitieux. Le futur électrolyseur sera en principe en capacité de produire sur site l'hydrogène propre pour tous les types de véhicules équipés du territoire, publics comme une flotte de bennes à ordures, mais aussi privés. Pour répondre à la demande, l'équipement sera par ailleurs alimenté en électricité par un champ de 14.000 panneaux voltaïques construit sur Isoparc à partir de mai. L'ensemble devrait être opérationnel en principe à la fin de l'année.

Projet à l'échelle de la métropole tourangelle

L'installation d'un second électrolyseur à Sorigny s'inscrit au sein d'un dispositif plus large de promotion du carburant vert à l'échelle de la métropole tourangelle. A ce titre, une autre station de production d'hydrogène est également en projet au nord de Tours, à proximité de l'aéroport. Comme celui de Sorigny, le futur équipement sera également situé non loin de l'autoroute A10 afin de servir de borne de rechargement pour les véhicules de tourisme traversant l'agglomération. Cette dernière alimentera également la future flotte de bus à hydrogène de Tours.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/04/2020 à 9:11 :
PPE et SNBC préconise de diminuer notre consommation d'énergie qui est de 1650TWh à 950TWh afin d'obtenir la neutralité carbone donc éliminer l'utilisation des énergies fossiles carbonées qui représente actuellement 70% de cette consommation. Pour cela RTE dans un rapport de Janvier 2020 préconise pour l'hydrogène dont 98% des 990kt/an sont issuent de ces énergies , de diminuer à 660kt/an de H2 produit par électrolyse ce qui représente 30TWh de consommation d'électricité . RTE précise que la mobilité ne peut rentrer dans cette estimation par manque de rentabilité énergétique .
avec 5 kWh d' ENR la chaîne "électrolyse+compresseur+PAC" permet de parcourir 7km, l'ensemble "chargeur+batteries Li Ion" 21km !
a écrit le 16/04/2020 à 15:05 :
Que voilà des investissements vertueux relatifs à la transition énergétique, pas exorbitants et opérationnels rapidement pour fournir un carburant 100% vert (hydroliseurs alimentés par une ferme photovoltaïque avec un système de stockage et de distribution de H2).
Il faut bien sûr avoir au préalable un parc de véhicules de service électriques ( bus / véhicules de nettoyage / bennes à ordures / voitures de services...) fonctionnant initialement à H2 ou transformables avec des kit H2.
De telles initiatives doivent se multiplier ds les années à venir pour les parcs techniques des gds ctres urbains.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :