Hervé Thermique, première ETI du Centre-Val de Loire primée par le « Great Place to Work »

INDRE-ET-LOIRE. Première entreprise de plus de 2.000 salariés en Centre-Val de Loire à l’obtenir, l’ETI tourangelle du second œuvre du BTP vient de recevoir la certification très recherchée de Qualité de Vie au Travail (QVT) délivrée par l’organisme Great place to work. Le résultat d’une politique de ressources humaines chez Hervé Thermique largement disruptive par rapport aux modèles classiques. Explications.
Hervé Thermique cultive assidument sa marque employeur appréciées par 78% des salariés selon la dernière étude de Great place to work .
Hervé Thermique cultive assidument sa marque employeur appréciées par 78% des salariés selon la dernière étude de Great place to work . (Crédits : Reuters)

Hervé Thermique, entreprise de taille intermédiaire spécialisée dans le génie climatique, électrique et la gestion énergétique des bâtiments privés et publics, est un groupe où il fait manifestement bon travailler. La société a ainsi obtenu début octobre la certification de qualité de vie au travail délivrée par la branche française de l'organisme américain indépendant Great place to work. L'épais questionnaire adressé aux quelque 3.300 salariés d'Hervé Thermique a ainsi relevé un indice global de satisfaction de 78%.

Détaillés, les chiffres ressortent à 81% et à 82% concernant la crédibilité et la qualité du management, ainsi qu'à 78% et 71% pour le respect et l'équité dans l'entreprise. La fierté de travailler au sein de la société est éprouvée par 80% de ses salariés qui jugent les espaces professionnels conviviaux pour 81% d'entre eux.

Ce label est ainsi obtenu pour la première fois en Centre-Val de Loire par une entreprise de plus de 2.000 salariés. A l'échelle de l'Hexagone, moins d'une dizaine d'ETI de cette taille ont été certifiées jusqu'à présent par Great place to work. Un motif supplémentaire de satisfaction pour Emmanuel Hervé, président du directoire du groupe basé à Joué-lès-Tours dans l'agglomération tourangelle et fondé en 1972 par son père Michel Hervé. L'année dernière, Hervé Thermique a réalisé 550 millions d'euros de chiffre d'affaires exclusivement en BtoB, et compte désormais 70 agences commerciale en France. En 2022, le groupe a ouvert des centres à Cognac, Guéret, Dijon, Massy, Marne-la-Vallée, Nantes, Lens ainsi qu'à Saint-Denis de la Réunion en septembre. Il est également présent à l'international, en Belgique, en Suisse, au Maroc et à l'île Maurice où il emploie 400 salariés.

Face aux géants du BTP tels que Bouygues, Vinci, Eiffage et Spie, Hervé Thermique reste l'un des derniers ensembles encore indépendant avec le groupe multi-services marseillais SNEF, trois fois plus important que l'entreprise tourangelle.

Lire aussiBTP : face à l'inflation, Bercy se défend de faire des « petites annonces » mais les professionnels restent sur leur faim

Marque employeur

La certification QVT vient couronner une organisation à la fois décentralisée et reposant sur l'autonomie des équipes d'Hervé Thermique. « Nos collaborateurs participent à la stratégie de développement, dans le respect des objectifs fixés par les managers du groupe, assure Emmanuel Hervé. Cette relation de travail horizontale et non plus verticale, qui prend en compte au premier chef les souhaits des clients, se traduit par une efficacité et une innovation renforcées ». Dans un contexte d'extrême tension des recrutements dans le secteur du BTP, la politique RH basée sur la confiance permet également de pallier en partie la pénurie de main-d'œuvre. « Les deux tiers des recrutements, soit une centaine de salariés annuellement, s'effectue par le bouche à oreille, se félicite le dirigeant. Le label obtenu en septembre viendra encore renforcer la marque employeur Hervé Thermique ».

Dans ce cadre, la culture de l'entreprise privilégie les contrats de travail à durée indéterminé, qui représentent 99% du total. Depuis 2018, chaque nouveau collaborateur bénéficie également d'un parcours d'intégration de 18 mois réalisé avec l'appui d'un tuteur. A la clé, une fidélisation des effectifs limitant le turn-over.

Développement émanant de la base

Cette politique de ressources humaines collaborative facilite aussi les projets de développement sur plusieurs plans. La création de nouvelles agences sur le territoire, en croissance organique ou externe, émane régulièrement d'initiatives portées par la base. Ainsi, ce sont les équipes des Hauts-de-France qui ont proposé et piloté le rachat de la société Effet d'0 à Lens, passée au premier semestre sous la bannière Hervé Thermique. La décentralisation encourage également l'émergence et le développement des solutions proposées par le groupe à ses clients. C'est le cas notamment pour le dispositif lancé début 2022 auprès des collectivités locales pour réduire l'empreinte énergétique et la consommation d'eau des piscines publique.

Hervé Thermique s'appuie enfin sur les initiatives de ses propres employés pour accélérer son implantation à l'international. Après l'océan Indien avec la Réunion, le groupe envisage de s'installer sur le marché espagnol à l'horizon 2023-2024. Objectif, booster les recettes à l'export qui représentent actuellement 20% du total avec 100 millions d'euros réalisés hors des frontières de l'Hexagone.

Lire aussiLe transport et la distribution d'électricité, le nouveau terrain de jeu du BTP

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 20/10/2022 à 8:21
Signaler
Bravo et félicitations à la direction ! Mais bon on reste dans un secteur particulièrement prometteur et donc un peu privilégié quand même, avec certainement une croissance à deux chiffres du fait de sa nécessité absolue d'économiser l'énergie, alors...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.