eLamp  : de l'art de cartographier les talents en entreprise

Créée en 2015, eLamp a réussi à se faire une place dans la récolte et l'utilisation des données des collaborateurs. Malgré une importance concurrence, la startup lilloise a réussi à séduire de (très) grands groupes. Au point de devenir leader sur ce secteur ?

3 mn

(Crédits : dr)

« Clairement, la concurrence commence à émerger », reconnaît Olivier Rohou, co-cofondateur de la start-up eLamp avec Jean-Baptiste Noachovitch et Florian Bojda (tous se sont rencontrés à Institut Mines Télécom IMT de Lille Douai). Heureusement donc que E-Lamp, en référence à la lampe d'Aladin, a un coup de génie d'avance.

L'éditeur BtoB sait aujourd'hui cartographier très finement l'ensemble des compétences et expertises de chaque collaborateur d'une entité, qu'il s'agisse d'une langue, d'un logiciel, d'un prestataire, d'une offre ou d'un service de l'entreprise, d'une culture, une région à l'international, de la maîtrise d'une machine ou d'un procédé, etc. Bref, de tout ce qui permet de mieux connaître un individu dans son ensemble.

Algorithme et savoir-faire

Avec d'un côté, les algorithmes, capables de centraliser toutes ces informations qui font la richesse d'un profil (provenant de documents internes, d'outils de gestion de projets ou de CV publiés en ligne) et de l'autre, le savoir-faire logiciel permettant de rendre le salarié acteur de son profil (voire de recommander les talents des autres), e-Lamp a séduit de grandes entreprises, comme SPIE ICS (filiale du groupe SPIE, spécialisée dans les services informatiques), Teréga (transporteur de gaz), Altera Group (conseil IT), Enorail (équipements ferroviaires) et Naval Group (chantiers navals), la HSC (big data et cybersécurité), Eiffage Construction, le groupe pharmaceutique Innothéra, Orano (ex-Areva, spécialiste des combustibles nucléaires), pour ne citer qu'eux.

Bouygues Construction, par exemple, utilise eLamp sur un périmètre de près de 10.000 collaborateurs, chacun possédant en moyenne 15 compétences. L'un des objectifs affichés est de mieux « staffer » chaque projet, c'est-à-dire associer les profils les plus qualifiés à chaque chantier. « L'entreprise peut ainsi construire une équipe en fonction du type de construction (réhabilitation, neuf, habitat collectif, grands projets, etc.) », commente Olivier Rohou. « La meilleure connaissance des compagnons participe ainsi à mobiliser les compétences adéquates au bon moment, ce qui génère moins de retard et de risques ».

Projection essentielle

GetLink (ex-Eurotunnel) s'appuie également sur eLamp pour assurer la parfaite sécurité des interventions dans le tunnel. « Notre logiciel permet de mettre à jour les compétences mais aussi les certifications et les habilitations qui se multiplient dans ces métiers très techniques ». Les managers peuvent également pousser plus facilement des demandes de formation.

On comprend ainsi mieux tout le potentiel d'eLamp, qui permet non seulement de faciliter la recherche et le maintien d'expertises au sein de l'entreprise mais aussi de mieux gérer la sempiternelle GPEC, la Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences ainsi que naturellement la mobilité interne.

« L'un des enjeux clef des ressources humaines réside justement dans la projection des compétences dont va avoir besoin l'entreprise demain », avance Olivier Rohou. « Par exemple, dans l'industrie automobile, avec la révolution de l'hybride et de l'électrique, les entreprises devront faire évoluer les compétences : d'où l'intérêt de faire évoluer les salariés individuellement dans ce sens ».

Deux millions levés

Le logiciel, en SaaS sur le cloud, se commercialise via un système de licence par profil. En mars 2020, une levée de fonds de deux millions d'euros a été réalisée auprès de la plate-forme d'amorçage MySeedCap, un groupe de business angels d'Euratechnologies et du fonds eLampAlpha réunissant les proches. L'autre moitié a consisté en un prêt auprès de BNP, CIC et Société Générale, BPI France participant en obligations convertibles.

Cet argent a permis d'aiguiser l'algorithme et aussi de penser au déploiement à l'international, pour garder une certaine longueur d'avance sur la concurrence (l'entreprise ne souhaite pas communiquer sur son chiffre d'affaires). eLamp compte aujourd'hui une vingtaine de collaborateurs, répartis entre le département marketing et commercial à Paris et le développement technique à Lille. Dire qu'au départ, les fondateurs avaient imaginé ce service pour du simple échange de services entre collègues...

3 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 10/07/2021 à 16:15
Signaler
Pour mieux fliquer et licencier ...👍

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.