La valse des collaborateurs de cabinets

 |  | 1043 mots
(Crédits : Reuters)
POLITISCOPE. Depuis l'été, un vaste chassé-croisé de nouvelles nominations agite les hautes sphères technocratiques de l'Etat. Ministres, haut-commissaire, conseillers, administrateurs sont chargés de mettre en marche la relance économique "made in France", tout en répondant à des ambitions plus politiques pour l'Élysée...

En macronie, les « technos » ont une place toute particulière, prépondérante. Au grand dam des « élus de terrain ». Quelques grandes figures de la majorité, telles que Richard Ferrand ou François Bayrou - nouveau « haut commissaire au plan » - s'en désolent régulièrement auprès de leurs proches, de leurs camarades ou des journalistes politiques. Selon eux, les technocrates auraient la mainmise sur la direction de l'Etat. Et c'est ce qui expliquerait, en partie, les difficultés d'Emmanuel Macron dans son rapport aux Français.

Ces analyses oublient un peu vite que le président lui-même est un pur produit de la technocratie à la française - en tant qu'ancien inspecteur des finances -, et qu'à l'heure où certains essayent de trouver l'essence du « macronisme », il est évident que ce dernier constitue d'abord l'expression ultime du pouvoir des techniciens de l'Etat sur les affaires de la cité. Certes, depuis la crise des Gilets jaunes, Emmanuel Macron multiplie les coups de com' pour apparaître comme proche des Français, mais la nomination récente de Jean Castex à Matignon ne peut faire oublier que lui, tout comme le président, fut par le passé secrétaire général adjoint de l'Elysée. Du reste, c'est...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/09/2020 à 9:04 :
Macro est lui-même un pur techno. Il a une vision de l'avenir courte et insensible, façon petit jeu politique. L'administration est le principal ciment de la France qu'elle a noyautée. Une France sous contrôle et largement taxée : c'est la France réinventée façon ancien régime.
Réponse de le 14/09/2020 à 11:06 :
Merci pour ces confirmations qui a mon avis fait de l'état français la réplique de l'état chinois Confucius en moins !

Espèrer que l'économie va se reveler avec des gestionnaires, franchement, comme la création d'emplois, c'est croire au dahu !

La démocratie française n'existe plus, c'est juste la démonstration du fait.
Et comme le niveau de reproduction social est au top et permanent, nous avons donc des aveugles de l'économie et du social.

Comme ils ne voient rien venir, qu'ils n'ont pas les oreilles et a mon avis l'entre soit est au top, donc nous allons bien nous amuser pendant toute cette période.

Au moins, la déqualification des écoles françaises passera par le constat du résultat et montrera qu'ils n'ont ni vision, ni création ni adhésion, car pour cela il faudrait qu'il n'est pas simplement comme politique les transferts de la richesse collective vers la richesse individuelle.

Je prends les paris qu'a la sortie du macronisme le pays sera ruiné!
a écrit le 12/09/2020 à 7:40 :
Sur la photo on dirait Poutine, mais sans les epaules.
Le palais du Kremlin en comparaison de l'Elysee, c'est un peu du meme tonneau.
a écrit le 11/09/2020 à 19:37 :
C'est la Nomenklatura française. Est-ce un bien ou un mal?
Je pense que c'est plutôt un mal.
Notre richesse vient des entreprises et ces technos non seulement les connaissent mal, mais aussi les méprisent.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :