Haute teneur en plomb dans la gare d'Austerlitz

 |   |  426  mots
(Crédits : DR)
La PME chargée du traitement du plomb de la gare d'Austerlitz a répliqué mercredi aux accusations de la SNCF, rejetant toute responsabilité dans la "situation sanitaire extraordinairement grave" posée par la pollution au plomb mesurée dans la gare parisienne.

Après le plomb de Notre-Dame, c'est au tour du chantier de la gare d'Austerlitz d'être plombé par des accusations de pollution. Mardi, la SNCF Gares & Connexions avait annoncé l'arrêt du chantier, en mettant en cause la société MASCI, basée à Richemont (Moselle). Elle lui reprochait de "méconnaître de manière grave et répétée ses obligations contractuelles" et d'être responsable de "manquements" dans le confinement des travaux.

Interrogé par l'AFP, le directeur général de MASCI, Philippe Lebon, a rejeté toute responsabilité dans la pollution du site. Selon lui, son entreprise a "progressivement découvert une situation de pollution historique extrêmement préoccupante qui dépasse largement le cadre des travaux qui lui ont été confiés".

Selon son directeur général, MASCI a alerté à plusieurs reprises la SNCF. L'entreprise publique avait connaissance selon lui dès juin 2018 de "cette situation de pollution globale et historique de la gare".

Au dessus du seuil réglementaire

Les mesures demandées par MASCI à un laboratoire indépendant révèlent des taux de plomb "très largement supérieurs au seuil réglementaire de 1.000 µg/m2" dans l'enceinte de la gare, a expliqué M. Lebon.

Selon ces mesures révélées par Le Parisien, "l'espace confort sous la grande halle, le 19 septembre, révélait un taux de 17.094 microgrammes (µg)/mètre carré. Pour la palissade à côté du Relay, c'est même plus de 25.000 µg/m2 et 37.000 dans la balayette d'un agent de propreté".

"C'est une situation sanitaire extraordinairement grave", a dénoncé M. Lebon.

"MASCI ne reprendra pas ce chantier tant que ce problème n'aura pas été réglé", a-t-il prévenu, rappelant que les autres entreprises travaillant sur place sans équipement, les riverains et les usagers étaient exposés à la pollution.

La société, spécialisée dans le traitement du plomb, est chargée depuis juin 2018 de "déplomber la charpente métallique et retirer les éléments en bois historiquement peints au plomb" de l'édifice, selon la SNCF.

D'après SNCF Gares & Connexions, "sur 250 mesures réalisées en zone publique dans différents points de la gare depuis septembre 2018, cinq ont dépassé le seuil réglementaire en raison des manquements de l'entreprise MASCI en matière de confinement de la zone de chantier".

La SNCF assure avoir "mis en place toutes les dispositions permettant de garantir la sécurité des personnes et des biens sur le périmètre du chantier et ses abords".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/10/2019 à 14:50 :
On connait bien la communication-langue-de-bois des salariés de la SNCF. On connait bien l'état des biens de cette entreprise. On connaît bien la déresponsabilité statutaire de ses employés. On connait bien la gestion-fuite-en-avant dans le mur de cette entreprise.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :