Mäder rend la peinture industrielle moins polluante

 |   |  403  mots
En partenariat avec Safran, Mäder a mis au point une peinture anti-corrosion sans chrome 6 ni composés organiques volatils (COV), matières considérées comme dangereuses pour la santé. Cette peinture est destinée aux pièces des moteurs d'avion qui s'échauffent à très haute température. © Mäder
En partenariat avec Safran, Mäder a mis au point une peinture anti-corrosion sans chrome 6 ni composés organiques volatils (COV), matières considérées comme dangereuses pour la santé. Cette peinture est destinée aux pièces des moteurs d'avion qui s'échauffent à très haute température. © Mäder (Crédits : Mäder)
Grâce à ses nombreuses innovations, cette ETI familiale est devenue leader mondial dans la fabrication de peintures ferroviaires. Elle vient de commencer la commercialisation d'une peinture anti-corrosion très innovante pour l'aéronautique. Le groupe, qui consacre 10 % de ses revenus à la R&D, est très impliqué dans le développement de peintures biosourcées.

Il y a vingt ans, la société Corsain, à l'origine du groupe Mäder actuel, était en vente. Son avenir était menacé. Depuis, la petite entreprise installée dans un village du Pas-de-Calais, Maroeuil, est devenue un des principaux acteurs mondiaux de la peinture industrielle. Présente dans plusieurs pays européens ainsi qu'en Inde et en Chine, le groupe Mäder réalise un chiffre d'affaires d'environ 200 millions d'euros et emploie 850 personnes.
Cette ascension, l'entreprise la doit à plusieurs rachats, comme celui du groupe suisse Mäder dont elle a pris le nom, et à de multiples innovations. Le groupe compte en interne 16 laboratoires spécialisés en Europe.
Créée en 2010, sa société Mäder Research gère en amont les projets de recherche menés dans le cadre de partenariats industriels et académiques. « Nous consacrons 10 % de notre chiffre d'affaires à la R&D avec comme objectif de sortir des peintures toujours plus respectueuses de l'environnement », souligne Corine Molina, présidente du directoire depuis mai 2013 en remplacement de son mari Antonio Molina devenu président du conseil de surveillance.
Mäder produit 12 000 tonnes de résines par an à partir desquelles le groupe réalise ses peintures. Chaque année, il élabore de nouvelles formules et a été parmi les premiers à sortir des peintures à l'eau hautement résistantes. « Pour les pièces des moteurs d'avion qui s'échauffent à très haute température, nous lançons actuellement, en partenariat avec Safran, une peinture anti-corrosion sans chrome 6 ni composé organique volatil (COV), deux matières considérées comme dangereuses pour la santé », révèle Corine Molina.

Polymères agrosourcés

En tant que partenaire de l'Ifmas (Institut français des matériaux agrosourcés), institut d'excellence du Nord-Pas-de-Calais dédié à la chimie végétale, l'industriel s'implique aussi dans la recherche de peintures élaborées à partir de polymères agrosourcés. Mäder s'attache également à trouver des solutions qui rendent les procédés de fabrication de ses clients moins énergivores.
Ses résines et ses charges destinées à la fabrication de pièces en composites se solidifient sous des rayonnements UV réalisés par des LED. Avec ce procédé, plus besoin d'avoir de très hautes températures ni de fortes pressions, sans pour autant avoir à consommer trop d'énergie électrique. L'entreprise a encore bien d'autres projets en cours mais pas question de les dévoiler pour l'instant.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :