Pourquoi le « supermétro » parisien vient faire son marché en région

 |   |  388  mots
L’établissement public francilien redoute de manquer de candidats dans une capitale devenue un immense chantier.
L’établissement public francilien redoute de manquer de candidats dans une capitale devenue un immense chantier. (Crédits : Pixabay)
La Société du Grand Paris dépêche ses acheteurs en région pour courtiser les entrepreneurs du BTP. But avoué : stimuler la concurrence pour éviter une flambée de la facture.

La première étape de ce « SGP Tour » s'est déroulée à une grosse centaine de kilomètres de la tour Eiffel, à l'Hôtel de Région à Rouen le 18 septembre. Dans la salle, un peu plus de cinquante entrepreneurs du BTP invités par l'Agence de développement normande, complice de l'opération. Face à eux, plusieurs collaborateurs de la division achats de la Société du Grand Paris et Jean-François Stoll, conseiller du président de la SGP pour les partenariats économiques.

Lire aussi : Grand Paris Express : "La totalité des émissions d'obligations seront vertes"

C'est lui qui a eu l'idée d'aller à la rencontre des entreprises de province à l'approche du lancement d'une cascade de marchés pour la construction des 68 gares du futur métro parisien « à raison d'un appel d'offres toutes les trois semaines », précise-t-il. L'établissement public redoute, en effet, de manquer de candidats dans une capitale qui n'est plus qu'un immense chantier à ciel ouvert. « Il y a de telles tensions dans le bassin parisien que les maîtres d'ouvrage vont se piquer les compétences », pronostique Jean-François Stoll.

Hausse du prix du sable

À la clé, un risque sérieux de dérive des coûts pour ce méga-chantier...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/10/2019 à 10:17 :
Toutes les villes bénéficiant du tramway à Bordeaux, les plus éloignées, ont eu des retombées économiques de celui-ci, maintenant le tram reste plus agréable que le métro.
a écrit le 19/10/2019 à 11:05 :
la vraie raison, c'est qu'il faut trouver des gens qui ne connaissent pas comment ca marche, qui iront sur ce bon chantier public, et qui seront payes a 10 ans fin de siecle par l'etat qui exige des entreprises des delais de paiement courts
un chantier, ca coute moins cher quand les boites font faillite et qu'on n'est plus oblige de les payer, pas vrai?
et les gros chantiers publics, c'est systematique

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :