La 4G fait (un peu plus) rêver les Français

 |   |  336  mots
La majorité des personnes sondées continue cependant de ne pas s'intéresser à la technologie de très haut débit mobile.
La majorité des personnes sondées continue cependant de ne pas s'intéresser à la technologie de très haut débit mobile. (Crédits : Reuters)
Une personne sur cinq a l'intention de souscrire à un abonnement au très haut débit mobile, contre une sur dix il y a trois mois, selon le baromètre numérique de l'Université Dauphine.

Ce n'est pas encore le coup de foudre ni le raz-de-marée, mais l'appétence progresse. Après une série de sondages montrant un profond désintérêt des Français pour la 4G, le dernier baromètre de l'économie numérique de l'Université Paris Dauphine publié ce jeudi révèle une nette amélioration. Un Français sur cinq déclare avoir l'intention de souscrire à un abonnement 4G (21%) en février, contre 11% en novembre dernier, selon une enquête réalisée par Mediamétrie auprès d'un millier d'internautes de plus de 15 ans. La majorité des personnes sondées continue cependant de ne pas s'intéresser à la technologie de très haut débit mobile (51%), mais cette proportion est en recul (61% trois mois plus tôt). Les indécis sont un peu plus nombreux (28% contre 21%).

Baisse des prix et meilleure couverture

Vitesse, fluidité de la vidéo, etc : les arguments de la 4G peinent semble-t-il à convaincre. Une enquête de Deloitte réalisée en juin dernier indiquait que 57% des Français n'avaient pas l'intention de s'abonner à la 4G. Pour autant, Orange, SFR et Bouygues Telecom ont annoncé 1 million de clients 4G chacun en début d'année, soit 3 millions sur plus de 52 millions de forfaits post-payés en Métropole. Le sondage de Médiametrie pour Dauphine révèle que les plus tentés par la 4G sont les 35-49 ans (28%), les moins attirés étant les inactifs (56%). Les campagnes publicitaires massives des opérateurs et les baisses de prix annoncées en décembre, dans la foulée de Free qui a contraint la concurrence à s'aligner et à inclure la 4G dans les forfaits des marques low-cost comme B&You chez Bouygues, ont sans doute contribué à ces dispositions plus favorables des consommateurs. L'amélioration de la couverture a peut-être aussi joué : Bouygues Telecom vient d'annoncer que son réseau 4G couvre 69% de la population, soit 43 millions de personnes, contre 63% en octobre, tandis qu'Orange dépasse les 50%.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/03/2014 à 9:23 :
La 4G, c'est avant tout du CONFORT induit par la vitesse. Ce n'est pas inutile ni idiot. C'est comme si dans les années 20, on avait entendu dire "les voitures qui roulent à plus de 50km/h, c'est inutile et idiot".
a écrit le 21/03/2014 à 0:38 :
Encore un article inspire par les grands des telecoms pour faire vendre??? Honnêtement autour de moi et dans ma famille, personne ne voit l'utilte de cette 4G notre 3G est largement suffisante... Changer de portable pour la 4G ... inutile et idiot. Comme nous devons polluer moins et préserver notre balance commerciale alors nous allons consommer moins... C'est tout benef
a écrit le 20/03/2014 à 18:20 :
Les communications radio sont une aberration écologique d'autant plus lorsqu'elles sont massivement commercialisées. L'énergie diffusée dans l'environnement notamment de manière omnidirectionnelle est source de pollution électromagnétique. Ce qu'on oublie de dire au consommateur avec la 4G, c'est que l'augmentation du débit de données se réalise au moyen d'une élévation de la fréquence porteuse toujours plus dangereuse pour les organismes vivants dans la gamme des micro-ondes (2,6 GHz chez Free Mobile). Evidemment le très haut débit cancéreux est beaucoup plus lucratif à court terme pour les FAI que le très haut débit par fibre optique qui nécessite un véritable investissement de long haleine. Et pourtant le déploiement de fibre optique en zone dense permettrait d'augmenter à court terme le revenu moyen par abonné donc de financer à long terme un réseau plus étendu sur le plan national sachant qu'aucun engagement de couverture ne s'impose actuellement aux opérateurs. Au rythme actuel si les FAI persistent dans la 4G le débit moyen des connexions internet de l'hexagone rejoindra celui des pays sous-développés. C'est une tendance de fond que l'on observe dans tous les pays développant l'internet mobile. Qui serait prêt à regarder Titanic en VOD sur son téléphone?
Réponse de le 20/03/2014 à 20:16 :
Le 2,6 ne concerne pas seulement FREE mais toute la 4G; Et a la limite FREE peut être considéré comme moins pollueur car il utilise le réseau d'un autre fournisseur à l'heure actuelle.
Réponse de le 20/03/2014 à 23:30 :
@anonyme

Sauf que la 4G est une appellation commerciale dont les opérateurs n'hésitent pas à travestir les ressources techniques en faisant passer de la 3G (norme UMTS) pour de la 4G (norme LTE) puisque seule la notion de débit est mise en avant et que la montée en puissance des réseaux véritablement 4G en est à ses balbutiements sur le plan national. Concernant la pollution électromagnétique de Free Mobile, elle est peut être sous-traitée en partie mais pas complètement car Free Mobile possède quelques équipements LTE mais surtout une dorsale WiMAX hautement nocive à 3,5 GHz.
Réponse de le 26/05/2014 à 4:09 :
Sauf que la pseudo nocivite des reseaux mobiles n'a jamais ete prouvee.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :