Le géant chinois Huawei a réussi « parce qu’il n’est pas coté en Bourse »

 |   |  359  mots
Ren Zhengfei, 69 ans, le fondateur de Huawei, détient 1,4% du capital de l'entreprise dont le reste est détenu par les salariés chinois.
Ren Zhengfei, 69 ans, le fondateur de Huawei, détient 1,4% du capital de l'entreprise dont le reste est détenu par les salariés chinois. (Crédits : Reuters)
Le fondateur du groupe devenu numéro deux mondial des équipements télécoms dénonce l’avidité des actionnaires et leur vision court-termiste. Une façon de justifier son rejet d’une introduction en Bourse, un refus de se plier aux règles de transparence selon ses détracteurs.

La Bourse ? Très peu pour Huawei. Le géant chinois des équipements télécoms, devenu en dix ans numéro deux mondial derrière Ericsson, devant Alcatel-Lucent et Nokia Networks, n'a aucune intention de sauter le pas d'une introduction pour faire taire ses détracteurs qui le taxent d'opacité. « En réalité, les actionnaires sont avides et ils veulent presser une entreprise au plus vite jusqu'à la dernière goutte » a déclaré le fondateur de Huawei, le discret Ren Zhengfei, lors d'une réunion en petit comité avec des journalistes à Londres, comme le rapportent le « Financial Times », le « Wall Street Journal » et l'agence Bloomberg. L'ancien ingénieur de l'armée chinoise de 69 ans, dont le passé a nourri les rumeurs de liens avec l'Etat chinois, détient 1,4% du capital et « les personnes qui possèdent cette entreprise ne sont pas avides » assure-t-il : le reste du capital est officiellement détenu par environ 7.000 des salariés (tous chinois, les employés étrangers ne pouvant détenir d'actions selon la loi chinoise).

Une vision davantage à long terme

Ren Zhengfei, qui ne confesse « aucun autre hobby que travailler et gagner de l'argent », affirme même que « ne pas être coté en Bourse est une des raisons qui expliquent que nous ayons dépassé nos concurrents », le suédois Ericsson mis à part. Les employés-actionnaires de Huawei « adoptent une vision davantage à long terme au lieu de vouloir juste encaisser les liquidités au plus vite » fait valoir le fondateur. Le plus petit concurrent de Huawei, ZTE, est coté à Hong Kong et à Shenzhen, ce qui ne lui a pas permis d'accéder davantage au marché américain dont les portes sont fermées aux deux équipementiers de l'empire du Milieu. D'ailleurs, Huawei ne compte pas se donner beaucoup de mal outre-Atlantique car « cela prendra aux Etats-Unis dix à vingt ans pour comprendre que Huawei est une entreprise intègre » et préfère concentrer son attention sur les pays qui l'ont accepté, notamment en Europe. Huawei, qui a réalisé un chiffre d'affaires de 39,5 milliards de dollars en 2013, en croissance de 12%, table sur un quasi doublement (70 à 80 milliards) dans les quatre ans à venir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/05/2014 à 18:41 :
Un forum plein de dépités n'est certainement pas le meilleur endroit pour venir apprendre quoi que ce soit, décidément.
Réponse de le 05/05/2014 à 23:27 :
Signé un nanti...
a écrit le 05/05/2014 à 14:02 :
Peu étonnant des Chinois, toujours regarder le long terme, de bons produits peu chers, un très bon quad-cores antutu équivalent aux samsung et apple à moins de 200 euro.
enfin un qui néglige la bourse.
Réponse de le 05/05/2014 à 14:42 :
Vous mélangez tout. Antutu est ue application de benchmarking permettant d'évaluer les performances d'un smartphone et non une marque de processeur.

D'ailleurs en consultant leurs résultats on s'aperçoit vite que les smartphones Huawei sont loin d'égalés ceux de leurs grands rivaux.
a écrit le 05/05/2014 à 13:57 :
Rolex est une fondation et ne veut pas publier ces comptes....
Que dire de Rolex ? est-ce un refus de se plier aux règles de transparence selon ses détracteurs ?
Réponse de le 05/05/2014 à 16:29 :
Mars pareil... mais quand il s' agit de boites ou produits occidentaux c' est le bien, quand il s' agit de Chine ou autre non civilisé, c' est le mal.. va comprendre..
a écrit le 05/05/2014 à 13:52 :
Marrant que parce que non côté en bourse, sa société soit taxée de manque de transparence... D'autres n'y sont pas non plus (BOSCH GmbH), et pour autant, il ne sont pas accusés de cela. Et il n'a pas tout à fait tort. Les actionnaires, pour la plupart, ne recherchent que le profit à court terme, contre productif pour les entreprises. D'ailleurs, il fut une époque où certains actionnaires (fonds de pension...) ne resaient pas plus de 6 mois aux capital des entreprises dont ils prenaient le contrôle...
a écrit le 05/05/2014 à 13:31 :
Il a réussi car il emploi des esclaves et que son état bricole la monnaie. Pour l aider un peu plus on interdit qu une entreprise occidentale ai plus de 50 % du capital
Gloire a la word compagnie
a écrit le 05/05/2014 à 13:29 :
"Les étrangers ne pouvant détenir d'actions selon la loi chinoise". Drôle de concurrence internationale

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :